Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Où sont les 15 millions ? La question qui embarrasse la présidence congolaise

Le président Félix Tshisekedi arrive à la présentation du programme de ses 100 premiers jours, à Kinshasa, RDC, 2 mars 2019. (Twitter/Présidence RDC)

Quinze millions de dollars disparus voire détournés des comptes du Trésor public? L'enquête agite et divise la nouvelle équipe au pouvoir en République démocratique du Congo, avec en ligne de mire le premier allié du président Félix Tshisekedi.

Il s'agit de la première "affaire" depuis l'investiture le 24 janvier de M. Tshisekedi, silencieux sur le sujet entre deux promesses de lutter contre la corruption et pour le "changement des mentalités" en RDC.

Vital Kamerhe, 60 ans, ex-président de l'Assemblée nationale, est davantage que son tout puissant directeur de cabinet: son premier partenaire politique.

Les deux hommes ont conclu un accord en novembre, juste avant les élections présidentielle, législatives et provinciales du 30 décembre.

M. Kamerhe aurait dû devenir Premier ministre après s'être désisté en faveur de M. Tshisekedi. Mais ils ont dû laisser la "Primature" aux alliés de l'ex-président Joseph Kabila, toujours majoritaires au Parlement.

A la présidence, M. Kamerhe n'a pas que des amis. Son parcours sinueux (pilier de l'ancien régime Kabila avant de passer à l'opposition en 2010), son omniprésence et ses ambitions présidentielles pour 2023 agacent la vieille garde des fidèles du président Tshisekedi, formés à l'école des cadres du parti UDPS.

Et depuis quelques jours, il a une bête noire: l'Inspection générale des finances (IGF), organisme placé sous la tutelle directe du chef de l'Etat à l'origine de trois récentes enquêtes.

Dans la plus retentissante, l'IGF cite "le directeur de cabinet" parmi les quatre responsables d'une "irrégularité" qui a privé l'Etat de 15 millions de dollars.

Cette somme a atterri sur le compte d'un "Comité de suivi des prix des produits pétroliers" ouvert dans une banque commerciale, la Rawbank, indique l'IGF dans un rapport daté de juillet disponible sur les réseaux sociaux.

Tshisekedi entre pragmatisme et principes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:43 0:00

Ces 15 millions correspondent à une retenue de 15% qui était destinée au Trésor public prélevée sur une somme de 100 millions versée par l'Etat à sept compagnies pétrolières (dont Total) pour compenser le gel des prix à la pompe.

Ll'IGF relève qu'entre le 27 mai et le 7 juin, la quasi-totalité de la somme - 14,775 millions - a été retirée en six fois du fameux compte ouvert à la Rawbank.

L'IGF détaille les retraits - de 775.000 à cinq millions de dollars- effectués en liquide par les deux mandataires du compte, désignés par l'ancien ministre de l'Economie.

Le compte a été "vidé", constate une source judiciaire.

"Il n’y a pas eu de détournement", s'est défendu M. Kamerhe à Jeune Afrique lundi. "Cet argent n’a pas disparu."

'Des pratiques anciennes'

"J'ai fait mon rapport et je l'ai transmis à qui de droit, aux autorités", a commenté pour l'AFP le ministre de l'Economie sortant, Henri Yav Mulang. Le titulaire du poste vient de changer avec l'investiture d'un nouveau gouvernement.

Où est l'argent? Une enquête judiciaire est en cours. Confronté à des "difficultés", l'IGF a transmis le dossier le 31 juillet à la plus haute juridiction du parquet, le procureur général près la Cour de cassation.

Le parquet a requis des informations auprès de la Rawbank et auditionné les deux mandataires du compte, selon des documents consultés par l'AFP.

Le président Tshisekedi n'a rien dit publiquement sur cette affaire, comme il n'a rien dit sur l'autre dossier qui a opposé M. Kamerhe à l'IGF.

En juillet, l'IGF a été saisie par l'Agence nationale de renseignements (ANR) pour auditer les dépenses des ministères depuis l'investiture du président. Vital Kamerhe a demandé à l'IGF la suspension de cet audit.

Dans un troisième dossier, Vital Kamerhe a aussi bridé les ardeurs de l'IGF qui s'intéressait à des entreprises du secteur privé, dont les deux brasseries Bralima (filiale de Heinekein) et Bracongo (filiale de Castel).

Vendredi, le président Tshisekedi a tenu à "rassurer le monde des affaires" contre les "tracasseries" administratives à l'ouverture d'un forum économique. Des propos interprétés comme un soutien à son "dircab".

Dimanche, l'IGF avait curieusement convoqué puis annulé une conférence de presse, "pour des questions de coordination avec la hiérarchie". La veille le chef de l'Etat avait reçu son chef de service en l'assurant de son soutien, affirme une source proche du dossier.

"Des pratiques anciennes se sont instituées en marge de la loi. Le nouveau gouvernement a l'occasion de prouver sa volonté de changement", rêve une source de l'IGF dont deux agents avaient en août été interpellés avant d'être relâchés.

Toutes les actualités

Cinq morts à Beni, l'armée encourage la reprise des activités agricoles

Des militaires FARDC dans la foret de Beni en RDC, le 14 octobre 2018. (VOA/Charly Kasereka)

Cinq personnes ont été tuées à Beni dans l'est de la République démocratique du Congo, a indiqué vendredi l'armée, qui organise le retour des paysans sur des terres reprises au groupe armé accusé des massacres.

"Cinq civils ont été tués jeudi par ces terroristes en représailles aux revers que leur a infligés l'armée", a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'armée dans la région, Mak Hazukai.

"Ce groupe résiduel sera très rapidement éradiqué par les Forces armées de la RDC (FARDC)", a-t-il insisté.

Les massacres sont attribués au groupe armé d'origine ougandaise des Forces démocratiques alliées (ADF).

Les ADF sont accusés d'avoir tué plus de 1.000 personnes dans la région de Beni depuis octobre 2014, dont 120 à 150 rien que depuis début novembre.

La dernière vague de massacres s'apparente à des opérations de représailles sur les civils aux opérations militaires annoncées par l'armée congolaises le 30 octobre, d'après l'armée et des experts.

L'armée et les Casques bleus ont annoncé des "opérations conjointes" fin novembre.

Des activités agricoles ont repris dans un fief repris aux ADF, d'après l'armée.

"Nous avons autorisé la population à reprendre normalement ses activités agricoles dans la vallée de Mwalika, un fief des ADF récupéré par l'armée, désormais nettoyé et sécurisé", a déclaré Mak Hazukay.

La presse locale a été invitée à assister à la cérémonie organisée à cette occasion, a-t-il ajouté.

L'accès à cette vallée est conditionné par la présentation d'un jeton délivré par des autorités militaires.

La population de Mwalika devait effectuer chaque mercredi des travaux forcés dans les champs appartenant aux ADF dans le parc de Virunga, a indiqué le major Hazukay.

Plusieurs cités et villages du territoire de Beni sont vidés de leurs populations, qui ont fui des massacres.

Douze morts dans deux attaques en Ituri

Des soldats des forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) patrouillent le village abandonné de Kaswara, à 60 km au sud-ouest de Bunia, dans la région de l'Ituri, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 14 juillet 2006.

Douze personnes ont été tuées en 24 heures dans deux attaques en Ituri, l'une des trois provinces de l'est de la République démocratique du Congo, en proie à des conflits, ont indiqué vendredi l'armée et des observateurs locaux.

"Nous avons enregistré trois morts dans une nouvelle attaque des miliciens très tôt vendredi matin", a déclaré à l'AFP le lieutenant Jules Ngongo, porte-parole de l'armée en Ituri.

"J'ai vu ce matin les corps de trois personnes dont un pasteur, un agent des renseignements et une femme. Un commerçant bien connu a été enlevé par ces assaillants", a témoigné à l'AFP Daniel Tibasima, directeur de la Radio télévision communautaire Umoja de Djugu.

Dans la nuit du mercredi à jeudi, une autre attaque sur les bords du Lac Albert a fait "neuf morts dont 4 femmes, une fillette et quatre hommes", a encore témoigné le journaliste.

Un bilan confirmé par une source diplomatique, qui précise que les victimes sont des "pêcheurs" sans autre précision.

Le porte-parole de l'armée a confirmé "des échanges de tirs avec des assaillants", sans donner de bilan, tout en affirmant que la situation était "sous contrôle".

Ces attaques sont attribuées à la milice Codeco, déjà jugée responsable du massacre de civils au mois de juin.

Des dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants avaient été tués et des milliers d'autres avaient pris la fuite.

Un conflit entre les communautés hema (commerçants et éleveurs) et lendu (cultivateurs) avait fait en Ituri, entre 1999 et 2003, des dizaines de milliers de morts, jusqu'à l'intervention de la force européenne Artémis, sous commandement français.

L'Ituri est aussi touchée par l'épidémie d'Ebola.

Tshisekedi réfléchit à voix haute au retour à la présidentielle à deux tours

Le président Felix Antoine Tshilombo Tshisekedi devant l'ONU à New York, le 26 septembre 2019.

Le président congolais Félix Tshisekedi, élu dans la contestation il y a un an, a souhaité vendredi rétablir un scrutin présidentiel à deux tours pour apaiser les esprits en République démocratique du Congo.

"Ne nous voilons pas la face. Vous et moi, nous sommes conscients qu'il y a des choses qui ont choqué la conscience collective et que nous devons absolument corriger", a déclaré le chef de l'Etat dans son premier discours sur l'état de la Nation devant le Parlement.

Il venait d'évoquer l'élection des députés, des sénateurs et des élus provinciaux à la suite des élections générales du 30 décembre - sans faire allusion à la sienne.

Investi le 24 janvier, M. Tshisekedi a lui-même été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 30 décembre. Issu de l'opposition, il gouverne depuis en coalition avec les forces de son prédécesseur Joseph Kabila, qui ont gardé une vaste majorité au Parlement et dans les provinces.

Salué par les diplomates, ce scénario d'une première transition pacifique dans l'histoire du pays a été dénoncé par l'autre candidat de l'opposition Martin Fayulu, qui se proclame vainqueur de l'élection à un tour et dénonce un accord Kabila-Tshisekedi à ses dépens.

M. Tshisekedi n'a fait allusion à aucun fait précis dans son discours prononcé dans une salle chauffée à blanc par les "combattants" de son parti d'origine, l'UDPS.

"Ne devrions-nous pas nous interroger sur les avantages du rétablissement du second tour de l'élection présidentielle de manière à ce que le vainqueur puisse être investi de la légitimité suffisante pour appliquer sa vision", a-t-il déclaré, à la surprise d'une partie de l'assistance.

L'élection présidentielle à un tour avait été supprimé en 2011 sous Joseph Kabila.

L'élection à deux tours en 2006 n'avait pas empêché des violences post-électorales début 2007 dans les rues de Kinshasa entre l'armée du président Kabila et les milices du candidat déçu, Jean-Pierre Bemba (plusieurs centaines de morts).

Le président Tshisekedi a promis qu'il ne toucherait pas à la limitation du nombre de mandats présidentiels (deux).

Tshisekedi défend son budget en détaillant son arsenal anti-corruption

Le président de la RDC Felix Tshisekedi Tshilombo

Le président Félix Tshisekedi a défendu vendredi le projet de budget de la République démocratique du Congo, jugé "irréaliste" par le Fonds monétaire international, en détaillant ses premières mesures concrètes contre la corruption dans une ambiance survoltée au Parlement.

"Comment les gens peuvent-ils s'étonner que le gouvernement propose un budget de 10 milliards de dollars avec 80 millions de Congolais?", a déclaré le chef de l'Etat dans son premier discours sur l'Etat de la Nation devant le Parlement.

Ce projet de budget, actuellement en discussion, représente une forte hausse par rapport à celui de l'année qui s'achève (5,5 mds de dollars). "C'est très rare qu'un pays soit capable d'augmenter ses revenus de 50 à 60% d'une année sur l'autre", a réagi le représentant du FMI à Kinshasa, Philippe Egoume, cité par Bloomberg.

"Ce n'est pas en maintenant un budget à quatre milliards de dollars que nous pourrons changer ce rapport à la pauvreté dont j'ai parlé", a répondu le chef de l'Etat, qui s'est engagé à lutter contre la misère extrême qui touche les 2/3 des habitants d'un pays riche en minerais.

"Je suis au courant de la persistance des pratiques de la corruption et de l'existence des réseaux de fraude massive qui occasionnent des détournements et des manques à gagner pour le Trésor public", a-t-il dit.

"Tous ces réseaux seront démantelés. Et je serai intraitable dans la lutte contre la corruption", a-t-il répété à deux reprises à la demande des "combattants" de son parti d'origine, l'UDPS, bruyamment présents en grand nombre dans la salle du Parlement.

"Aussi, dans les prochaines semaines, souhaiterais-je voir se matérialiser l'option d'une structure judiciaire voire même d'une juridiction spécialisée dans la lutte contre la fraude fiscale, le blanchiment des capitaux ainsi que le détournement des deniers publics", a-t-il détaillé.

"J'envisage très prochainement la création d'une cellule du climat des affaires", a-t-il ajouté, dénonçant le "harcèlement fiscal" des PME.

La lutte anti-corruption et contre le blanchiment d'argent est au cœur d'une nouvelle mission du FMI à Kinshasa jusqu'au 20 décembre.

La RDC occupe la 161e place dans le classement de Transparency international sur la corruption publié en janvier 2019.

Vingt-trois nouveaux cas de fièvre hémorragique Ebola

Vingt-trois nouveaux cas de fièvre hémorragique Ebola
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG