Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Nouveaux engins explosifs trouvés dans le New Jersey

Des policiers sont en patrouille sur le Jersey shore à Seaside Heights, près de Seaside Park, New Jersey, le 23 mai 2014.

La police américaine a trouvé plusieurs autres engins explosifs artisanaux, dont un s'est déclenché lors d'une tentative de désamorçage dans le New Jersey (est), près de New York, a annoncé le FBI qui continue d'enquêter sur trois attaques survenues ce week-end aux Etats-Unis.

Cette dernière découverte paraît d'autant plus inquiétante que la ville d'Elizabeth, où était le colis, est toute proche du deuxième aéroport de New York, Newark, et que le colis suspect a été trouvé dans la gare d'où partent les trains pour l'aéroport.

Les autorités ne voient pour l'instant aucune preuve d'une coordination entre les différents attentats ou tentatives, mais le fait qu'ils soient tous survenus en moins de 24 heures relance le débat sécuritaire dans la campagne présidentielle entre la démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump.

New York, ville hôte lundi de l'Assemblée générale de l'ONU, a été la plus touchée, secouée samedi soir par l'explosion d'un engin dans le quartier animé de Chelsea, qui a fait 29 blessés.

Plus tôt samedi, dans le sud du New Jersey, une bombe artisanale avait explosé, sans faire de victimes, dans la ville de Seaside Park, sur le parcours d'une course à pied à laquelle participaient des centaines de coureurs, mais qui avait débuté avec retard.

Enfin dans le Minnesota (nord), un homme de 22 ans, qui serait, selon les médias, américain d'origine somalienne, a blessé samedi soir neuf personnes à l'arme blanche avant d'être abattu, dans un centre commercial de la ville de St. Cloud.

Cette attaque est la seule qui ait été revendiquée à ce stade par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Série d'engins explosifs

A New York, la bombe qui a explosé, ainsi qu'une autre trouvée un peu plus loin et que la police a pu désamorcer, étaient composées d'une cocotte minute, munie d'un téléphone à clapet, d'illuminations de Noël, de matière explosive et remplie de fragments métalliques, selon le quotidien New York Times, citant des responsables des forces de sécurité.

Selon la chaîne de télévision CNN, les enregistrements de vidéosurveillance obtenus par les autorités montrent un même homme près du lieu de l'explosion et près de la bombe qui n'a pas explosé.

Toujours à New York, cinq personnes ont été interpellées dimanche, selon les médias locaux, citant des sources policières. Mais le FBI a ensuite précisé que personne n'avait été inculpé.

Si les explosions n'ont pas été meurtrières, l'inquiétude est grande face à la série d'engins explosifs en jeu à New York et dans le New Jersey: deux à New York, quatre à Seaside Park, puisqu'outre celle qui a explosé, trois autres bombes à retardement ont été retrouvées sur place, qui n'avaient pas fonctionné. Et "jusqu'à cinq" à Elizabeth.

Le colis suspect dans cette dernière ville avait été repéré dimanche soir, devant la gare, par des passants ayant remarqué dans une poubelle un paquet dont sortaient "des fils et un tuyau", selon le maire de la localité. Un peu plus tard, le FBI confirmait que le paquet contenait "plusieurs engins explosifs artisanaux", et que l'un d'eux avait explosé, sans faire de blessé, lorsqu'un robot démineur avait "tenté de la désamorcer".

L'enjeu sécuritaire

Dimanche, le chef de la police de New York, James O'Neill, a indiqué que l'explosion de Chelsea n'avait été revendiquée "par aucun individu ni organisation". Pas de revendication non plus dans le New Jersey.

Les autorités se montrent très prudentes dans leur manière de qualifier ces attaques.

Les mesures de sécurité, déjà omniprésentes à New York où les attentats meurtriers du 11 septembre 2001 restent ancrés dans les mémoires, ont été renforcées.

Quelque 1.000 agents supplémentaires ont été déployés dans la première mégapole américaine, où le président Barack Obama est arrivé dimanche après-midi, en vue de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU.

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a cependant souligné que cette mesure était prise par "précaution". Car "nous n'avons aucune raison de penser qu'il y a d'autres menaces immédiates", a-t-il dit.

A l'approche de l'élection présidentielle américaine du 8 novembre, l'enjeu sécuritaire est revenu au premier plan des campagnes de Donald Trump et Hillary Clinton.

Comme certains pays européens, les Etats-Unis ont connu récemment plusieurs attaques sanglantes perpétrées par des musulmans radicalisés, à Orlando en juin (Floride, 49 morts, revendiquée par l'EI) et San Bernardino en décembre (Californie, 14 morts, saluée mais pas revendiquée par l'EI).

Avec AFP

Toutes les actualités

Deux policiers blessés par balle à Louisville dans l'État du Kentucky

La police et les manifestants convergent lors d'une manifestation, le mercredi 23 septembre 2020, à Louisville, Kentucky. (AP Photo/John Minchillo)

Deux policiers ont été blessés par balle et un suspect a été interpellé dans la ville américaine de Louisville, où se déroulait mercredi soir une manifestation antiraciste liée à la mort de l'Afro-Américaine Breonna Taylor en mars, a indiqué la police.

"Deux agents de police ont été blessés par balle. Ils sont en train d'être soignés à l'hôpital University", a précisé le chef par intérim de la police de Louisville, Robert Schroeder, lors d'une conférence de presse, ajoutant que leur état était stable et que leur vie n'était a priori pas menacée.

Les noms des agents ou du suspect n'ont pas été communiqués.

Dernier hommage à la juge Ruth Bader Ginsburg

Dernier hommage à la juge Ruth Bader Ginsburg
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Affaire Breonna Taylor: aucun policier ne sera poursuivi pour homicide

Le procureur général du Kentucky, Daniel Cameron, s'exprime lors de la Convention nationale républicaine depuis l'auditorium Andrew W. Mellon à Washington, le mardi 25 août 2020. (AP Photo/Susan Walsh)

Un policier blanc impliqué dans la mort de l'Afro-américaine Breonna Taylor, tuée chez elle en mars lors d'une perquisition bâclée, a été inculpé, a annoncé mercredi Daniel Cameron, procureur général de l'État du Kentucky.

Brett Hankison, l'un des trois agents mis en cause, est poursuivi pour mise en danger de la vie d'autrui, une charge criminelle en-deçà de celle d'homicide. Il avait été licencié de la police en juin.

Selon Mr Cameron, qui est lui-même Afro-Américain, les deux autres policiers ne seront pas poursuivis.

M. Hankison devait être placé en détention et sa caution a été fixée à 15.000 dollars.

L'avocat de la famille de Breonna Taylor, Ben Crump, a dénoncé sur Twitter une décision "scandaleuse et insultante".

L'ancien policier "a été inculpé pour trois charges de mise en danger de la vie d'autrui. Ces trois charges sont pour des balles qui ont fini dans d'autres appartements mais RIEN pour ce qui est arrivé" à Breonna Taylor, a-t-il écrit.

L'infirmière de 26 ans avait été tuée en pleine nuit à son domicile le 13 mars quand les trois policiers s'y étaient présentés munis d'un mandat d'arrêt dit "no knock", qui leur permet d'entrer chez un suspect sans s'annoncer.

A leur arrivée, son compagnon avait ouvert le feu avec une arme détenue légalement. Les agents avaient riposté et Breonna Taylor avait reçu plusieurs balles. Son compagnon a ensuite expliqué que les agents ne s'étaient pas annoncés et qu'il avait cru avoir affaire à un cambrioleur. Eux assurent s'être présentés avant d'entrer.

Lors de la conférence de presse de mercredi, M. Cameron a dit qu'un témoin qui vivait dans l'immeuble avait confirmé avoir entendu les policiers s'annoncer. Onze autres témoins ont dit le contraire, selon une journaliste du New York Times.

Des manifestants ont commencé à marcher dans les rues de Louisville, où Mme Taylor avait été tuée.

Donald Trump présentera dès samedi une candidate pour succéder à la juge Ruth Bader Ginsburg

Donald Trump présentera dès samedi une candidate pour succéder à la juge Ruth Bader Ginsburg
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Joe Biden en Floride pour courtiser le vote des électeurs hispaniques

Joe Biden en Floride pour courtiser le vote des électeurs hispaniques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:04 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG