Liens d'accessibilité

Publication d'une photo du président nigérian, hospitalisé à Londres

  • VOA Afrique

Muhammadu Buhari reçoit une délégation délégation de dirigeants de son parti, All Progressives Congress (APC), Londres, Grande Bretagne, le 23 juillet 2017.

Une photo du président nigérian Muhammadu Buhari, hospitalisé depuis mai à Londres et qui n'a pas été vu en public depuis plus de deux mois, a été postée dimanche sur le compte Twitter officiel de la présidence nigériane.

La photo montre le président, âgé de 74 ans, souriant et attablé avec un groupe de personnes. Selon la présidence, il a reçu dimanche après-midi une délégation de "gouverneurs et dirigeants" de son parti All Progressives Congress (APC, au pouvoir).

"Le président adresse ses meilleurs voeux à tous les Nigérians. Il rentrera au Nigeria dès que ses médecins lui donneront le feu vert", a déclaré la présidence dans un autre tweet.

M. Buhari a passé près de quatre mois hors de son pays depuis janvier et n'a pas été vu en public depuis plus de deux mois. Les causes de sa maladie n'ont pas été dévoilées, mais il a semblé extrêmement affaibli pendant ses dernières apparitions publiques.

De retour d'un précédent d'un voyage à Londres en mars, il avait déclaré n'avoir "jamais été aussi malade", révélant avoir subi des transfusions sanguines et une batterie d'examens.

A plusieurs reprises, son entourage a démenti des rumeurs selon lesquelles il était atteint d'un cancer ou même mort.

"Le président était de très bonne humeur et n'a rien perdu de son sens de l'humour", a déclaré Rochas Okorocha, le gouverneur de l'Etat nigérian d'Imo, dans un communiqué publié dimanche par Femi Adesina, le porte-parole de la présidence nigériane.

"La délégation du parti a passé plus d'une heure avec le président Buhari à l'occasion d'un déjeuner et il est apparu au fil des discussions qu'il a suivi de très près les affaires intérieures du pays", a ajouté M. Okorocha.

Le silence autour de la santé de M. Buhari suscite de nombreuses spéculations sur l'aptitude du président à gouverner et sur son éventuel successeur. Son entourage y répond par des avertissements cryptiques.

"Les hyènes et les chacals seront bientôt boutés hors du royaume", a écrit la première dame du Nigeria, Aisha Buhari, sur son compte Facebook en juillet.

Vendredi, le porte-parole de la présidence a posté sur Facebook un texte condamnant les "immondes rêveurs" qui "souhaitent la mort du Président".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG