Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Basketball

NBA: reprise de la saison, mode d'emploi

Joe Young des Indiana Pacers, à gauche, face à Brandon Knight des Phoenix Suns, USA, le 19 janvier 2016.

Interrompue depuis le 11 mars à cause du coronavirus, la saison NBA reprend jeudi dans la bulle de Disney World en Floride, avec un format légèrement resserré et modifié.

Il restait un mois de saison régulière à jouer lorsque la pandémie de Covid-19 en a décidé autrement, soit 15 à 19 matches encore à disputer pour chaque équipe. Huit d'entre elles, engluées dans le bas de tableau de chaque conférence, n'étaient plus en mesure d'accrocher les play-offs. La NBA a donc décidé de conserver uniquement les 22 mieux classées pour finir le championnat.

A savoir, les huit premiers de chaque conférence: Milwaukee, Toronto, Boston, Miami, Indiana, Philadelphie, Brooklyn, Orlando à l'Est; Lakers, Clippers, Denver, Utah, Oklahoma City, Houston, Dallas, Memphis à l'Ouest.

Ainsi que les six formations se trouvant à six victoires ou moins de la 8e place dans chaque conférence: La Nouvelle-Orléans, Phoenix, Portland, Sacramento, San Antonio à l'Ouest, et uniquement Washington à l'Est.

. Possibilité de barrages inédits

Chaque équipe va jouer huit matches de la saison régulière. Soit 88 rencontres au total jusqu'au 14 août. L'objectif est double: cela permettra de déterminer l'ordre des têtes de séries en vue des play-offs et de donner une chance aux six clubs précités de se hisser à la 8e place, la dernière qualificative.

A ce titre, si les sept premiers de chaque conférence seront directement qualifiés, le 8e et dernier sésame fera, à l'Est comme à l'Ouest, l'objet d'un éventuel barrage.

Deux scénarios seront possibles. Si le 9e est à plus de 4 matches derrière le 8e, ce dernier est directement qualifié pour les play-offs, sans jouer de barrage. Si le 9e est à 4 matches ou moins derrière le 8e, les deux s'affrontent en barrage. Le 8e doit gagner une fois pour se qualifier, le 9e doit gagner deux fois.

. Play-offs au format classique

Au sein des trois salles du complexe ESPN Wide World of Sports, l'Arena, le HP Field House et le Visa Athletic Center, les play-offs pourront alors débuter dans leur format classique.

A l'Est comme à l'Ouest, le tableau se déclinera de la sorte: la tête de série N.1 affrontera la N.8, la N.2 jouera la N.7, la N.3 défiera la N.6 et la N.4 se mesurera à la N.5.

Chaque série, finales comprises, se disputera au meilleur des sept rencontres, avec un champion couronné au plus tard le 13 octobre.

. Pendant ce temps, les huit écartés...

Non concernés par les festivités floridiennes, les Cleveland Cavaliers, Golden State Warriors, Minnesota Timberwolves, Detroit Pistons, Atlanta Hawks, New York Knicks, Chicago Bulls et Charlotte Hornets travaillent avec la NBA et le syndicat des joueurs à la mise en place de matches amicaux dans une autre bulle, qui pourrait être à Chicago.

Aucun calendrier n'a encore été établi, mais l'idée est que chaque formation reprenne l'entraînement d'abord dans ses propres installations, avant de toutes se rassembler dans le site unique choisi pour poursuivre leurs séances durant deux semaines, avant une série de rencontres.

Cela permettrait aux joueurs de ces équipes d'éviter une inactivité préjudiciable de pas moins de neuf mois, si la prochaine saison devait démarrer autour du 1er décembre, comme la NBA l'envisage.

Toutes les actualités

Luka Doncic en mode record porte Dallas en NBA

Luka Doncic de Dallas tire lors du match face à Detroit Pistons, USA, le 12 décembre 2019. (Photo by PEDRO PARDO / AFP)

Luka Doncic a livré un triple-double record mardi contre les Kings, offrant aux Mavericks leur première victoire depuis la reprise de la saison NBA en Floride, où les Suns se sont payés les Clippers au buzzer.

A 21 ans, le jeune Slovène est devenu le plus jeune joueur de l'histoire de la ligue nord-américaine à empiler un triple-double avec un minimum de 30 points, 20 rebonds et 10 assists en un match. Doncic a totalisé 34 points, pris 20 rebonds et offert 12 passes décisives pour mener les Mavs à la victoire (114-110), au bout du suspens, contre Sacramento, et remettre Dallas en piste dans la conférence ouest.

C'est le premier succès pour Dallas depuis la reprise de la saison NBA, le 31 juillet, dans la bulle de Disney à Orlando, en Floride.

Derrière Doncic, Tim Hardaway Jr. et Kristaps Porzingis ont bien aidé, avec 22 points chacun.

"Ce n'était pas notre meilleur match, loin de là", a déclaré Doncic, mais "on s'est battu, on s'est accroché, on s'est entraidé, on n'a jamais abandonné. On avait besoin de cette victoire".

Les Mavs sont 7e à l'Ouest (41v-29d). Pour les Kings en revanche, les chances de qualification pour les play-offs sont minces après trois défaites depuis la reprise et une lointaine 13e place.

- Phoenix veut sa place au soleil -

Les Suns de Phoenix sont au chaud en Floride: trois matches et trois victoires, dont la dernière au buzzer contre les 2e à l'Ouest, les Clippers (117-115), grâce à un panier signé Devin Booker, leur permettent de garder un espoir qualification pour les playoffs.

Booker a été le roi des Suns mardi avec 35 points au compteur, 4 rebonds et 8 passes. En plus du joueur de 23 ans, Deandre Ayton (19 points) et Ricky Rubio (18) ont été les meilleurs scoreurs pour Phoenix.

Phoenix, 12e, n'est pas loin de la 9e place, qui peut cette saison être synonyme de barrage contre le 8e (à condition que 4 victoires ou moins ne séparent les deux équipes).

"En venant dans la bulle, on a dit qu'on voulait faire du bruit", a déclaré Booker. "Nous voulons être cette équipe qui passe sous les radars, qui travaille dur et qui joue dur. C'est ce qu'on a fait ce soir".

- Luwawu-Cabarrot en feu pour les Nets -

A l'Est, les Nets de Brooklyn ont retardé le couronnement des Bucks de Milwaukee comme tête de série N.1 (objectif assuré à l'Ouest par les Lakers) avec une victoire surprise 119 à 116.

Le Français des Nets Timothé Luwawu-Cabarrot a battu son record de points en NBA avec 26 unités, dont un panier primé salvateur en fin de match, pour installer les Nets à la 7e place.

C'est la deuxième défaire consécutive pour les Bucks, leader, après celle contre Houston dimanche. Mais Milwaukee (54v-14d) aura une nouvelle chance de s'assurer la première place à l'Est dès jeudi contre le Miami Heat (4e).

Sport avec Yacouba: l’international camerounais Adrien Tameze va rater la Ligue des champions

Sport avec Yacouba: l’international camerounais Adrien Tameze va rater la Ligue des champions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:45 0:00

Mike Budenholzer et Billy Donovan entraîneurs de l'année en NBA

Le coach des Milwaukee Bucks Mike Budenholzer lors d'un match contre les Charlotte Hornets, à Paris, France le janvier 24, 2020.

Mike Budenholzer, qui dirige Milwaukee, la meilleure équipe de la saison régulière, et Billy Donovan, à la tête d'Oklahoma City, outsider inattendu durant cet exercice 2019/2020, ont été nommés entraîneurs de la saison, a annoncé lundi la NBA.

Budenholzer, qui avait remporté seul le prix Michael H. Goldberg l'an passé, entre dans le club très fermé des triples lauréats, puisqu'il avait une première fois été honoré en 2015 lorsqu'il entraînait Atlanta.Il rejoint Gregg Popovich, Pat Riley et Don Nelson.

D'autres entraîneurs ont reçu des votes: Nick Nurse (Toronto), Taylor Jenkins (Memphis), Nate McMillan (Indiana), Erik Spoelstra (Miami), Brad Stevens (Boston) et Frank Vogel (Lakers).

Cette distinction annuelle "récompense le dévouement, l'engagement et le travail acharné des entraîneurs de la NBA et est présenté chaque année à un coach qui aide à guider ses joueurs vers un niveau de performance plus élevé sur le terrain et fait preuve d'exemplarité et de dévouement à son environnement hors du terrain".

Le vote de cette année s'est basé sur les matches joués depuis le début de la saison régulière 2019/2020 jusqu'aux matches disputés le 11 mars, date à laquelle l'épidémie de coronavirus a interrompu le jeu.

"Félicitations à Mike Budenholzer et Billy Donovan pour cette prestigieuse reconnaissance, a déclaré Rick Carlisle, entraîneur des Dallas Mavericks et président de l'association des entraîneurs de la NBA (NBCA).

"Mike a mené les Bucks au meilleur bilan de la ligue pour une deuxième saison régulière consécutive et Billy est devenu seulement le quatrième entraîneur en activité à mener son équipe aux play-offs lors de ses cinq premières saisons", a-t-il expliqué.

Depuis 58 ans qu'est décerné ce prix, seuls six lauréats ont remporté le titre NBA dans la foulée, dont Popovich, les deux dernières fois en 2003 et 2014.

Houston s'offre Milwaukee, Boston vient à bout de Portland en NBA

Michael Beasley de Houston Rockets marque lors d'un match de NBA contre les Philadelphia 76ers, USA, le 9 mars 2016.

Houston, plus shooteur que jamais et défendant comme il devrait le faire plus souvent, a fait tomber Milwaukee (120-116), dimanche en NBA, qui a également vu Boston avoir aussi le dernier mot, malgré un spectaculaire come-back de Portland.

Vivre ou mourir avec ses principes: c'est un peu le leitmotiv de l'équipe entraînée par Mike D'Antoni, éternel partisan d'un "run and gun" décomplexé (attaques express, shoots frénétiques). Les 61 tentatives à trois points (21 réussies) - record NBA sur un match sans prolongation égalé -, en sont la preuve.

Si Russell Westbrook a été le leader d'attaque (31 pts, 8 passes, 6 rbds), James Harden a lui montré l'exemple en défense, en réussissant 6 interceptions sur les 15 de Houston (24 pts, 7 passes, 7 rbds). Cette dissuasion constante a eu raison des Bucks (leaders à l'Est), peu habitués à y faire face, ce qui devrait pourtant se répéter durant les play-offs.

Giannis Antetokounmpo a pourtant réussi une performance digne de son statut de MVP (36 pts, 18 rbds, 8 passes), mais il a manqué de lucidité à quelques secondes du terme, sa passe vers Kyle Korver ayant justement été chipée.

Khris Middleton (27 pts, 12 rbds) et Brook Lopez (23 pts, 12 rbds) ont aussi été présents, mais c'est bien à l'énergie que Houston s'est imposé. Le voilà 4e à l'Ouest, avec Utah.

. Boston a eu chaud

Le regard mi-éberlué, mi-furieux de Damian Lillard en disait long sur la frustration des Blazers, après cette passe en mode quarterback totalement ratée par son coéquipier Jusuf Nurkic, dont il était le destinataire. A 3 secondes du terme, elle a rendu le ballon aux C's tout heureux d'assurer un succès (128-124) bien plus serré qu'ils ne l'avaient imaginé.

Car ils ont été ultra-dominateurs en première période, dans le sillage de Jayson Tatum (34 pts, 8 passes) et Jaylen Brown (30 pts), comptant jusqu'à 24 points d'avance, finalement effacée par Portland qui s'est offert une fin de match brûlante, grâce notamment à Gary Trent Jr (7/11 à trois points).

Lillard (30 pts, 16 passes), spécialiste des shoots au buzzer, n'aura donc pas eu l'occasion de rééditer ce genre d'exploit, mal servi par Nurkic qui a pourtant sorti lui aussi un gros match (30 pts, 9 rbds, 5 passes).

Boston consolide sa 3e place à l'Est. Portland en revanche recule à la 10e place à l'Ouest, hors de la zone de barrage, même si c'est loin d'être terminé.

. Pendant ce temps, les Spurs...

C'est ce qui s'appelle une victoire compte double: en battant le 8e, Memphis (108-106), San Antonio s'est non seulement emparé de la 9e place mais s'est aussi approché de sa victime du jour.

Plutôt discret jusque-là, DeMar DeRozan (14 pts, 7 passes) a inscrit les lancers francs décisifs pour des Spurs qui ont tremblé jusqu'au bout, notamment face au rookie Ja Morant (25 pts, 9 rbds, 9 passes).

Douzièmes avant la reprise de la saison, on donnait peu de chance à S.A. d'accrocher des play-offs pour la 23e année consécutive. Le chemin reste long, mais avec ce deuxième succès en deux matches, les Texans se retrouvent désormais virtuellement en barrages (4 victoires ou moins doivent séparer le 9e du 8e pour qu'ils aient lieu).

Battus pour la deuxième fois d'affilée, les Grizzlies sont condamnés à finir au mieux 8e à l'Ouest, Dallas étant pour sa part certain de finir au pire 7e.

Une première participation en trois ans aux play-offs, célébrée par... une défaite contre Phoenix (117-115), après avoir pourtant mené quasiment tout du long et malgré les 40 points de Luka Doncic (11 passes, 8 rbds).

. Les Wizards se rapprochent de la sortie

La perspective d'un barrage se réduit fortement à l'Est, avec la victoire du 8e Brooklyn contre le 9e Washington (118-110). Pour qu'il ait lieu, quatre victoires ou moins doivent les séparer. Or, on en est à 7. Il reste six matches à jouer pour chacun, autant dire que les Wizards n'auront quasiment plus droit à l'erreur en espérant que les Nets, eux, en commettent.

Une enquête dénonce les mauvais traitements dans les académies NBA en Chine

L'ancien basketteur de la NBA Jeremy Lin lors d'une conférence de presse à Beijing, Chine, le 26 septembre 2019.

Jeunes joueurs physiquement maltraités et scolairement laissés à l'abandon: une enquête du média américain ESPN diffusée mercredi dénonce les conditions de vie dans les académies de basket développées par la NBA en Chine.

La Ligue de basket nord-américaine a ouvert des académies à travers le monde en 2016, dont trois en Chine avec pour objectif de trouver "le nouveau Yao Ming", l'ancienne star chinoise des Houston Rockets.

Mais, dans l'enquête ESPN, de nombreux entraîneurs ont dénoncé des châtiments corporels, notamment dans l'académie NBA du Xinjiang (ouest), la vaste région où la Chine est accusée d'atteintes aux droits de l'Homme contre la minorité musulmane ouïghoure.

La NBA assure avoir coupé les ponts avec le Xinjiang "depuis plus d'un an" mais la Ligue la plus populaire au monde continue de gérer des académies dans les provinces de Shandong et de Zhejiang (est), dans des installations sportives tenues par le gouvernement chinois.

Un ancien entraîneur a déclaré à ESPN avoir vu un homologue chinois lancer un ballon au visage d'un jeune joueur et lui "donner un coup de pied dans le ventre".

"Voir un enfant de 13-14 ans et son entraîneur de 40 ans qui le frappe: nous sommes complices. La NBA est complice", a-t-il dit.

L'éducation était censée être un élément central de ces académies mais aucun enseignement formel n'y était dispensé, selon ESPN. L'enquête décrit les conditions de vie exiguës, où les chambres destinées à deux personnes en accueillaient jusqu'à dix.

Selon Bruce Palmer, chargé d'évaluer ces académies pour la NBA, ce projet était "fondamentalement imparfait", les employés de la NBA étant placés sous autorité chinoise.

Le commissaire adjoint de la NBA, Mark Tatum, a indiqué à ESPN que seule une "poignée" de plaintes pour abus avait été reçue, précisant que la Ligue "réévaluait" actuellement son programme d'académies en Chine.

"Nous ne supervisons pas les entraîneurs locaux, les programmes ou les conditions de vie", a-t-il regretté, reconnaissant que la Ligue a été "moins impliquée que nous l'aurions voulu".

Cette enquête intervient à un moment où les relations entre la NBA et la Chine sont tendues. Depuis le mois d'octobre dernier, la chaîne de télévision publique CCTV a cessé de diffuser les matches de la NBA après un tweet d'un cadre des Houston Rockets en soutien aux manifestants pro-démocratie à Hong Kong.

Voir plus

XS
SM
MD
LG