Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Peur et confusion à l'heure de la reprise des compétitions sportives aux USA


Clément Diop, gardien sénégalais des L.A Galaxy, USA, le 12 mars 2017.

Cas de Covid-19 dans les "bulles" censées protéger les équipes, défections de certains joueurs et inquiétudes autour du retour de spectateurs en tribune: le sport professionnel reprend mercredi dans une ambiance anxiogène aux Etats-Unis, où le coronavirus circule encore fortement.

Le virus a fait officiellement plus de 130.240 morts sur le sol américain, avec encore près de 55.000 nouvelles contaminations en une journée lundi, à 48 heures du coup d'envoi du tournoi de la MLS (foot), première ligue majeure à retrouver le chemin des terrains, en attendant la MLB (baseball) le 23 juillet et la NBA (basket) le 30.

La NBA et la MLS ont élaboré des plans pour que les équipes vivent, s'entraînent et jouent leur match à l'intérieur d'une "bulle" de protection à Orlando, en Floride, où les cas de Covid-19 ont explosé ces dernières semaines: 6.336 nouveaux cas lundi, pour un total de 206.447 contaminations depuis le début de la pandémie.

- Un risque dans la "bulle" -

Malgré ces mesures, le FC Dallas et le Nashville SC, deux équipes de MLS déjà à l'intérieur de la "bulle", ont annoncé des contrôles positifs parmi leurs joueurs et encadrants.

"Il est important que les ligues réalisent que même dans une +bulle+, il y a toujours un risque pour tous les joueurs et le personnel de contracter le Covid-19", a déclaré Robert Glatter, médecin urgentiste à l'hôpital Lenox Hill de New York.

Le FC Dallas s'est officiellement retiré du tournoi "MLS is Back" (la MLS est de retour, ndlr), moins de 48 heures avant le coup d'envoi prévu mercredi.

L'annonce de ces cas suscite l'inquiétude chez les joueurs.

"Nous sommes des sportifs, nous voulons jouer. Mais nous sommes aussi des êtres humains et c'est parfois plus important que le sport", a expliqué le milieu de terrain de l'Inter Miami, Wil Trapp.

Carlos Vela, l'attaquant vedette du Los Angeles FC a, lui, annoncé lundi qu'il ne participerait pas à la reprise de la MLS, inquiet pour sa famille et notamment son épouse enceinte.

L'arrière des Los Angeles Lakers Avery Bradley a renoncé à reprendre la saison NBA pour des raisons similaires et l'intérieur des Brooklyn Nets DeAndre Jordan a déclaré forfait après avoir contracté le Covid-19.

- Pas de huis clos en baseball -

Si la NBA et la MLS ont choisi de regrouper toutes leurs équipes en un seul lieu, la Major League Baseball (MLB) commencera sa saison avec des équipes jouant dans leur propre stade.

Les experts en santé publique jugent cette option plus risquée que la "bulle" mise en place en Floride.

"La MLB essaie essentiellement de copier le plan de la Bundesliga (...) Je doute sincèrement qu'il fonctionne aux États-Unis, le nombre de cas est tellement élevé", a suggéré Zach Binney, épidémiologiste au Collège d'Oxford de l'Université Emory à Atlanta.

Contrairement aux comebacks de la NBA et de la MLS, où tous les matches se joueront dans des arènes vides, le baseball a laissé la porte ouverte à une présence de fans dans les stades.

Dans l'état actuel des choses, ce sont les autorités locales qui détermineront si les spectateurs peuvent assister aux matches.

- 175 000 fans à Indianapolis ? -

Au moins un événement sportif américain prévoit d'accueillir une foule immense : les 500 miles d'Indianapolis, reportés au 23 août.

Les organisateurs de la célèbre course automobile ont annoncé qu'ils prévoyaient d'accueillir 50% des spectateurs, ce qui signifie une foule potentielle d'environ 175.000 personnes.

Cette perspective inquiète les épidémiologistes comme Zach Binney, qui décrit la décision d'autoriser autant de fans comme "complètement inacceptable".

"Cela montre un mépris total pour la santé publique. La seule explication que je puisse voir est qu'ils veulent de l'argent", a renchéri Zach Binney, qui suggère "qu'aucun événement sportif professionnel ne devrait accueillir du public tant qu'il n'y aura pas de vaccin".

XS
SM
MD
LG