Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Naufrage en RDC: au moins 32 morts, le propriétaire arrêté

Le bateau Akonkwa 1 sur le lac Kivu où un canot a chaviré causant la mort et la disparition de plusieurs personnes entre Goma et Bukavu, dans l’est de la RDC. VOA/Charly Kasereka

Au moins 32 personnes sont mortes et plusieurs dizaines sont portées disparues dans le naufrage d'une embarcation sur le lac Mai-Ndombe dans l'ouest de la République démocratique du Congo, a-t-on appris lundi d'une source locale qui ajoute que le propriétaire a été arrêté.

"Il y a 32 morts (et) 183 rescapés", a indiqué à l'AFP le maire d'Inongo (localité riveraine du lac), Simon Mbo Wemba, joint par l'AFP.

Le bilan pourrait être bien plus lourd : "Le +manifeste+ présenté aux services a fait état de 113 passagers enregistrés. Mais les rescapés parlent de 350 à 400 passagers à bord".

Le naufrage a eu lieu samedi soir sur le lac de Mai-Ndombe, dans la province du même nom.

L'embarcation était une "baleinière" en bois à fond plat, à savoir une sorte de pirogue ou de péniche de 15 à 30 mètres de long sur 2 à 6 mètres de large.

"La baleinière vétuste ne pouvait plus naviguer. On ne pouvait plus l'utiliser", a précisé le maire d'Inongo affirmant que l'embarcation a chaviré sous la force d'une vague. "Le capitaine de la baleinière est arrêté".

Ce type de naufrage d'une embarcation vétuste et surchargée est fréquent en République démocratique du Congo.

Mi-avril, au moins quinze personnes avaient été tuées et des dizaines d'autres portées disparues dans le naufrage d'une embarcation entre Goma et le territoire de Kalehe sur le lac Kivu (est).

Au chevet des victimes, le président congolais Félix Tshisekedi avait annoncé le port obligatoire de gilets de sauvetage par les passagers voyageant sur le lac Kivu.

Immense pays de 2,3 millions de km2, la RDC ne compte que très peu de routes praticables. Les déplacements se font donc souvent sur le fleuve Congo, ses affluents et les lacs.

Toutes les actualités

Le Conseil d'État annule la réélection d'Albert Yuma à la tête du patronat

Le Conseil d'État annule la réélection d'Albert Yuma à la tête du patronat
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

La RDC s'est préparée pour minimiser l'impact du coronavirus sur les séropositifs, selon le Dr Bossiky

La RDC s'est préparée pour minimiser l'impact du coronavirus sur les séropositifs, selon le Dr Bossiky
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

La lutte contre le Sida demeure une préoccupation

La lutte contre le Sida demeure une préoccupation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:58 0:00

Insécurité à l'Est : l'ONG MSF se retire du territoire congolais de Fizi

Un enfant est vacciné contre la rougeole lors d'une campagne d'urgence menée par Médecins sans frontières (MSF) à Likasa, province de Mongala, dans le nord de la République démocratique du Congo.

"MSF a pris la difficile décision de mettre fin à l’essentiel de son soutien à la fourniture de soins de santé à Kimbi et Baraka, dans le territoire de Fizi", indique l'ONG dans un communiqué.

Cette décision intervient "à la suite de plusieurs incidents violents contre l'organisation en 2020", ajoute-t-on. Une expatriée avait été enlevée plusieurs jours fin juin-début juillet.

"L'activité sans cesse croissante des groupes criminels et armés dans tout l'est de la RDC conduit à des violences et des attaques continues contre les populations civiles à une échelle choquante, y compris des assassinats ciblés et des actes odieux, notamment de violences sexuelles", déplore MSF.

MSF va transférer ses activités au ministère de la Santé dans ces zones de Kimbi et Baraka, où l'ONG affirme intervenir respectivement depuis 9 et 17 ans.

MSF affirme être présente dans 21 des 26 provinces de la RDC, son plus grand pays d'intervention au monde avec le Soudan du Sud.

Dans la province voisine du Maniema, MSF avait dénoncé le 19 novembre "un nombre choquant de cas de violences sexuelles perpétrés par des groupes armés à Salamabila".

Dans cette zone minière, MSF affirme avoir soigné "1.000 survivants de violences sexuelles depuis début 2020". A Salamabila, des groupes armés se battent pour le contrôle des mines d'or.

Le chef de la Garde républicaine appelle ses troupes à la vigilance

Le chef de la Garde républicaine appelle ses troupes à la vigilance
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG