Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nakach rêve du titre du mondial des clubs pour Wydad pour l'honneur du foot africain


Les joueurs du Wydad Casablanca célèbrent avec leur trophée après avoir remporté la finale de la Ligue des champions de la CAF contre Al-Ahly d’Egypte, au stade Mohamed V, Casablanca, 4 novembre 2017.

"Honorer le football marocain et africain, Inchallah !" Sur un nuage depuis la victoire historique de son club à la Ligue des champions d'Afrique, le capitaine du Wydad Casablanca, Brahim Nakach, espère prolonger le rêve au Mondial des clubs.

Sacré champion d'Afrique le mois dernier, le WAC s'est envolé cette semaine aux Emirats arabes unis: pour la première fois de leur histoire, les rouges participent à la Coupe du monde des clubs, qui s'est ouverte mercredi, avec les autres vainqueurs des confédérations continentales composant la Fifa (Europe, Amérique du Sud, etc...).

"Nous allons représenter le Maroc et l'Afrique de la meilleure manière qui soit", promet Nakach. "C'est une fierté de faire partie des meilleures équipes qui disputeront ce tournoi", s'enorgueillit le milieu défensif natif de Casablanca, qui, à 35 ans, a fait toute sa carrière au Maroc.

Le WAC entrera directement au stade des quarts de finale samedi, face au club mexicain du CF Pachuca, avec l'espoir d'atteindre la finale et d'affronter le Real Madrid de Ronaldo, grand favori du tournoi.

"C'est l'une des meilleures équipes au monde. Disputer une finale contre le Real rendrait heureux nos supporters", s'extasie le capitaine des rouges, sur la pelouse du centre d'entraînement du club marocain. "Mais nous devons d'abord gagner le premier match avant de voir la suite", tempère-t-il d'une voix posée.

- Faire mieux que le Raja -

Les supporters marocains gardent en tête les deux performances dans ce tournoi du Raja, l'autre grand club casablancais, rival historique du Wydad, qui avait failli créer l'exploit en tenant tête au Real Madrid, pour la première édition du Mondial des clubs début 2000 à Sao Paulo, avant de s'incliner 3-2.

Treize ans plus tard, à Marrakech cette fois, le Raja Casablanca n'avait pas démérité en atteignant la finale. Mais avait dû s'incliner face à une implacable équipe du Bayern Munich (2-0) coachée par Pep Guardiola.

Le Wydad rêve de faire mieux que son meilleur ennemi, avec une équipe presque au complet et la présence des têtes d'affiche Achraf Bencharki, Mohamed Ounnajem, Ismail Haddad ou encore du vétéran Jamel Ait Ben Idir. Le milieu Rachid Housni sera le principal absent.

Au moment du sacre du WAC, dans tout le pays, les supporters ont klaxonné toute la nuit, et le roi du Maroc a téléphoné au capitaine et à l'entraîneur Houcine Ammouta pour les féliciter.

Le football marocain se porte bien et vit actuellement une période dorée: deux semaines après le titre continental du Wydad, l'équipe nationale menée par le Français Hervé Renard a décroché son ticket pour le Mondial, après presque 20 ans d'absence, en battant la Côte d'Ivoire (2-0) le 11 novembre à Abidjan.

Seule ombre au tableau, le capitaine du WAC sait que ses chances de partir en Russie avec les "Lions de l'Atlas" sont infimes. Rachid Benmahmoud, l'entraîneur adjoint du club, le décrit comme "un joueur sérieux qui a un esprit combatif et une forte concentration", mais aussi comme "un joueur qui n'a pas eu sa chance en sélection", avec très peu de matches à son compteur avec l'équipe du Maroc.

Mais pour l'instant, le premier objectif reste les Emirats arabes unis et le Mondial des clubs.

"C'est un honneur de jouer pour le Wydad", lance encore Nakach, qui répète sa "confiance" dans les joueurs de la sélection, en écho du slogan de son club "Porter le maillot du Wydad est un honneur, le mouiller est un devoir".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG