Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

La victoire 31-0 a changé l'histoire du football australien

En 2001, une victoire 31-0 de l'Australie face aux Samoa américaines, en éliminatoire pour la Coupe du monde 2002, a aidé à changer le cours de l'histoire du football australien, au-delà du score insolite entré dans le livre des records.

Ce score incroyable, qui est toujours le plus large dans l'histoire des éliminatoires de la Coupe du Monde, n'avait pourtant pas été accueilli avec jubilation, à l'époque. Frustrant, le résultat a plutôt servi de déclic.

Il a confirmé la détermination de l'Australie à quitter la zone Océanie, dans laquelle elle évoluait, pour rejoindre la zone Asie, qui, en plus d'être plus relevée, offre une qualification directe pour la coupe du Monde.

>> Lire aussi : Donald Trump se félicite de l'attribution du Mondial 2026 au trio américain

11 avril 2001. A Coffs Harbour (Australie), l'Australie affronte la valeureuse sélection samoane américaine, quelques jours après avoir étrillé le Tonga 22-0 (record de buts marqués).

Devant les 2.500 spectateurs du champêtre BCU International Stadium, il flottait dans l'air une odeur de démonstration. Parce que les Samoas Américains étaient classés 203e et derniers au classement FIFA. Mais surtout, le petit poucet du Pacifique devait aligner une équipe de juniors, ses titulaires étant inéligibles.

"Effrayés ? Ce n'est pas le mot. On va demander au Seigneur de nous aider à tenir", déclarait Tunoa Lui, le coach samoan américain, avant le match.

- Des hommes contre des enfants -

Les espoirs samoans américains ont duré huit minutes. Le temps que Con Boutsianis marque d'un corner direct. Pour l'Australie, c'était le début d'une démonstration sans précédent. A la-mi temps, les Socceroos menaient déjà 16-0 face à une équipe à la moyenne d'âge de 18 ans, et ils n'ont pas faibli ensuite. Au coup de sifflet final, le tableau d'affichage perdit même le fil, affichant 32-0.

>> Lire aussi : Achille le Chat donne la Russie gagnante du match d'ouverture

Auteur de treize buts, l'attaquant australien Archie Thompson est lui aussi entré dans le livre des records. David Zdrilic, huit buts, et Con Boutsianis, trois, ont également participé à la volée historique, qui n'a pas manqué d'être commentée.

"Le football international réduit à une grande blague", titrait le quotidien anglais Daily Telegraph. Pour le Los Angeles Times : "un gros coup contre le fair play en Australie".

Dans les mots de Thompson, c'était la confusion, et non la joie, qui prédominait : "Ce genre de choses n'arrive pas tous les jours. Mais regardez les équipes qu'on joue et posez-vous des questions. On ne doit pas jouer ces matches."

La rencontre à peine finie, l'Australie était déjà plongée dans son autre combat. Celui de quitter la zone Océanie, trop désavantageuse pour les Socceroos.

- 31 buts et un coup de grâce -

"Cette fois, c'est trop tard pour arrêter le carnage, mais il ne doit pas y avoir de prochaine fois dans quatre ans", écrivait Michael Cockerill dans le Sydney Morning Herald.

Il faut dire que la zone Océanie est un bourbier. Composée de petites nations des îles, elle est la seule qui n'offre pas de ticket automatique pour la Coupe du Monde. Pour décrocher sa qualification, la meilleure équipe de la zone doit prouver sa valeur en affrontant une équipe d'une autre zone, à l'occasion d'un play-off.

Plusieurs fois, les Socceroos étaient sortis premiers de leur poule Océanie, avant d'échouer pendant les play-offs. La raison ? Ils rencontraient une équipe de qualité, après avoir affronté des faire-valoir.

>> Lire aussi : La grande déception du Maroc, teintée d'amertume

En 2001, l'Australie avait manqué la Coupe du monde 2002 en Corée-Japon après une double confrontation face à l'Uruguay, quelques mois après avoir étrillé les Samoa américaines.

Quatre ans plus tard, l'Australie se qualifiait pour la Coupe du monde en Allemagne en battant l'Uruguay, encore. Surtout, le changement de zone de l'Australie vers la confédération Asie avait été scellé.

Un changement intelligent puisque depuis, les Australiens ont participé au Mondial en 2006, 2010, 2014 et 2018. Un renouveau, aussi, comparé aux 32 ans de disette des Socceroos (1974-2006) lorsqu'ils évoluaient dans la zone Océanie.

Pour l'historien Roy Hay, le 31-0 record a peut-être été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

"Depuis 1961 (création de la Fédération australienne de football), les Australiens savaient que hormis face à la Nouvelle-Zélande, ils n'auraient pas d'opposition crédible en Océanie", explique Hay. Cela explique l'insistance de l'Australie pour rejoindre la zone Asie.

"L'Australie n'intéressait personne, ni chez les gens, ni dans les médias. Ce 31-0 a peut-être été le coup de grâce."

Ave AFP

Toutes les actualités

Votre page des sports du 21 août avec Yacouba Ouédraogo

Votre page des sports du 21 août avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:20 0:00

Le foot, pour lutter contre la stigmatisation

Le foot, pour lutter contre la stigmatisation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:45 0:00

Alain Giresse n'est plus sélectionneur de la Tunisie

Alain Giresse lors d'un match entre le Sénégal et l'Algérie, Guinée Equatoriale, le 27 janvier 2017

La Fédération tunisienne de football (FTF) a annoncé mercredi avoir mis fin "à l'amiable" à son contrat avec l'entraîneur français Alain Giresse, ancien joueur star des années 1970-80, qui occupait le poste de sélectionneur depuis moins d'un an.

Dans un bref communiqué publié sur sa page Facebook, la FTF ne précise pas les raisons de cette décision, ni le nom du nouveau sélectionneur des Aigles de Carthage.

En décembre 2018, M. Giresse avait signé un contrat de 18 mois renouvelable pour entrainer l'équipe nationale tunisienne en remplacement du Tunisien Faouzi Benzarti.

Après des débuts chaotiques, la Tunisie s'est, cette année, hissée en demi-finale de la Coupe d'Afrique des nations, où elle a été battue par le Sénégal.

Giresse, 67 ans, a longtemps été un pilier des Girondins de Bordeaux et de l'équipe de France (47 sélections). Comme entraîneur, il a successivement dirigé le Gabon (2006-2010), le Mali (2010-2012) et le Sénégal (2013-2015), avant de retourner au Mali entre 2015 et 2017.

Il a démissionné en septembre 2017, à la suite des mauvais résultats de la sélection lors des qualifications pour le Mondial-2018 en Russie, auquel elle n'a pas participé.

La Kényane Hellen Obiri s'alignera sur 5.000 et 10.000 m aux Mondiaux d'athlétisme

Hellen Onsando Obiri lors du 5.000 m des jeux olympiques d'été, Rio de Janeiro, le 16 aout 2016

La spécialiste kényane du demi-fond Hellen Obiri a annoncé mercredi qu'elle allait s'aligner à la fois sur le 5km et sur le 10km aux Mondiaux de Doha (28 septembre-6 octobre).

Disposant d'une wild card pour le 5.000 m dont elle est la tenante du titre, elle s'est qualifiée pour le 10.000 m en terminant deuxième de la course qualificative de la fédération kényane mercredi, derrière la médaillée de bronze aux Mondiaux de 2017 Agnes Tirop.

Obiri ambitionne de devenir l'une des rares athlètes à gagner sur les deux distances lors d'un même championnat. "Le temps humide m'a été favorable les trois fois où j'ai couru à Doha", a justifié la coureuse de 29 ans à l'AFP.

"Je sais que la mission sera dure mais je compte augmenter mon entraînement les cinq prochaines semaines avant de partir à Doha".

La Fifa nomme un comité de normalisation à la fédération égyptienne

Mohamed Salah remporte le match de qualification à la CAN 2019 entre l’Egypte et le Niger, Egypte, le 8 septembre 2018.

Un comité de normalisation a été nommé par la Fifa pour gérer la Fédération égyptienne de football (EFA), à la suite de la démission de son président durant la Coupe d'Afrique des Nations, a annoncé mardi l'instance.

Le président de la Fédération égyptienne, Hani Abou Rida, avait présenté "sa démission" et "limogé" toute l'équipe technique de la sélection nationale après son élimination surprise début juillet en 8e de finale de la CAN, disputée en Egypte.

Tous les membres du conseil d'administration de la fédération avaient également été invités à présenter leur démission.

"Conformément à ses statuts", la FIFA a nommé un comité de normalisation qui devra notamment "assurer la gestion des affaires courantes" et "organiser des élections pour tous les membres de l'EFA", a indiqué l'instance dans un communiqué.

Ce comité, composé de cinq personnes, est présidé par Amr Youssef Hassan El Ganainy.

La mission de ce comité expirera au plus tard au 31 juillet 2020.

Voir plus

XS
SM
MD
LG