Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moody's maintient la note de l'Afrique du Sud hors de la catégorie spéculative


Le président sud-africain Cyril Ramaphosa à Johannesburg, le 31 juillet 2016.

L'agence Moody's a adressé un petit encouragement au président sud-africain Cyril Ramaphosa en maintenant la note financière de son pays un cran au-dessus de la catégorie spéculative, un mois après le départ de son contesté prédécesseur Jacob Zuma.

Dans une note publiée dans la nuit de vendredi à samedi, Moody's a annoncé maintenir l'économie la plus industrialisée du continent africain dans la catégorie Baa3, mais a toutefois réévalué sa perspective de négative à stable.

Ex-syndicaliste et homme d'affaires à succès, M. Ramaphosa a pris le contrôle du Congrès national africain (ANC) au pouvoir et contraint Jacob Zuma à la démission en février.

>> Lire aussi : Croissance en hausse pour l'Afrique du Sud en 2017

Sur fond de croissance économique atone, la fin du mandat de M. Zuma a été ternie par une longue série de scandales de corruption qui ont affaibli le gouvernement du pays et sérieusement affecté la confiance des investisseurs et des marchés.

Deux agences de notation, Standard & Poor's et Fitch avaient alors sanctionné le pays en le dégradant en catégorie spéculative.

Le nouveau chef de l'Etat a promis de relancer l'économie du pays et d'éradiquer la corruption.

"La confirmation de la note de l'Afrique du Sud reflète l'idée de Moody's selon laquelle l'affaiblissement récent des institutions (du pays) va progressivement s'inverser grâce à des politiques plus transparentes et prévisibles", a jugé Moody's dans sa note.

"Le rétablissement des institutions du pays va, s'il se confirme, permettre une reprise progressive de l'économie et une stabilisation de sa situation fiscale", a ajouté l'agence.

Dans son premier discours sur l'état de la nation le mois dernier, Cyril Ramaphosa a notamment annoncé le relèvement de la TVA pour enrayer le creusement de la dette.

Le département sud-africain du Trésor s'est réjoui de la décision de Moody's et a promis de "travailler avec diligence" pour assurer la "nécessaire prévisibilité" de sa politique économique.

La décision de Moody's "est une excellente nouvelle pour l'économie", a salué le professeur d'économie Jacob van Rensburg, de l'université North-West de Potchefstroom (nord-est). "Il convient désormais d'utiliser (ce) répit pour mettre en place une politique plus transparente et prévisible".

L'Afrique du Sud a enregistré une croissance de 0,9% l'an dernier, contre 0,3% l'année précédente. Les analystes tablent sur un chiffre de 1,8% pour 2018.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG