Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Dix-sept miliciens tués dans une opération militaire dans la région du Kasaï en RDC


Les soldats de la Mission de stabilisation de l'Organisation des Nations Unies en République Démocratique du Congo (MONUSCO) dans un village du district de Kamonia, l'une des zones les plus touchées par les conflits dans la région du Kasaï, RDC, 24 octobr

Dix-sept membres d'un groupe armé ont été tués au Kasaï, dans le centre de la République démocratique du Congo, dans une opération militaire contre des milices se réclamant du chef rebelle Kamwina Nsapu tué en 2016, indiquent des sources locales.

"Près de soixante miliciens étaient réunis dans la forêt autour de leur chef, Kawayi Dewayo. L'armée les a surpris et a ouvert le feu. Aujourd'hui (jeudi), nous avons ramassé dix-sept corps dans la forêt de Minshanga" dans le territoire de Luebo, province du Kasaï central, a déclaré à l'AFP un chef traditionnel, Tshibangu Mwela.

Le chef milicien Kawayi Dewayo et son épouse n'ont pas été retrouvés mais leur "enfant de trois ans ainsi que d'autres miliciens ont été capturés", a-t-il indiqué.

M. Tshibangu a salué cette opération de l'armée qui "libère la population des tracasseries des miliciens qui ont décapité plusieurs personnes" dans la région.

L'opération militaire a eu lieu mercredi, selon le capitaine Désiré Bidwaya, responsable local de la police, qui a aussi confirmé le bilan humain.

Les personnes capturées sont "gardées à l'Etat-major de l'armée en attendant leur transfert à Kananga. L'armée a récupéré quelques armes de guerre et des fusils de chasse calibre 12", a-t-il ajouté.

Une opération militaire est en cours dans la région, selon des sources militaires qui redoutent une réorganisation du groupe Kamwina Nsapu dans le Kasaï.

La région du Kasaï (centre de RDC) a basculé dans la violence en 2016 après la mort du chef traditionnel Kamwina Nsapu, tué dans un assaut des forces de sécurité congolaises après s'être ouvertement opposé au pouvoir de Kinshasa.

Les violences ont fait environ 3.000 morts - dont deux experts de Nations unies qui enquêtaient ce conflit-, et le déplacement de plus d'un million de personnes, selon l'ONU.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG