Liens d'accessibilité

Rapatrier les migrants n'est pas une solution pour le ministre nigérien Ibrahim Yacoubou


Le ministre nigérien des Affaires étrangères Ibrahim Yacoubou le 1er novembre 2017 à Washington, DC.

Le rapatriement de milliers de migrants présents en Libye, envisagé depuis le sommet Afrique-Europe d'Abidjan cette semaine, est loin de résoudre le problème de la crise migratoire, ont averti des ministres africains vendredi à Rome.

Il est toujours possible de freiner les flux des milliers de migrants qui s'efforcent à partir de l'Afrique de gagner l'Europe à la recherche d'une vie meilleure, a reconnu le ministre des Affaires étrangères du Niger, Ibrahim Yacoubou, devant le colloque Rome MED, qui s'est ouvert jeudi dans la capitale italienne.

"Mais sans solution durable, ça ne résoud pas le problème", a-t-il ajouté.

Il y a deux ans, le Niger a vu entre 280.000 et 300.000 personnes traverser son territoire. Aujourd'hui, elles ne sont plus que 12.000, "Il est donc possible de freiner les flux", a expliqué le ministre.

Le Haut-Commissariat aux réfugies des Nations unies (HCR) a commencé à procéder à ces évacuations en Libye où s'entassent des dizaines de milliers de personnes, hommes, femmes et enfants, en majorité originaires d'Afrique sub-saharienne. "25 ont été évacués vers la France" la semaine dernière et 116 autres le seront dans les jours qui viennent, a déclaré vendredi à Rome le Haut-commissaire aux réfugiés Filippo Grandi.

Ce dernier a d'ailleurs réclamé en priorité d'obtenir un accès aux dizaines de camps de migrants en Libye, particulièrement dans les zones contrôlées par des milices et non par le gouvernement de Tripoli.

Mais tant que l'insécurité et la pauvreté seront la règle dans de nombreux pays d'Afrique, les jeunes continueront à risquer leur vie en quête d'un avenir meilleur, a quant à lui averti le ministre nigérien.

"Et vous pourrez mettre tous les Frontex (opération européenne contre les passeurs en Méditerranée) que vous voulez", le phénomène demeurera, a de son côté lancé le chef de la diplomatie algérienne Abdelkader Messahel. "Si vous voulez qu'il n'y ait pas de migrants, il faut donner place au développement, à la sécurité", a-t-il ajouté.

Et de ce point de vue, on est encore loin du compte, a relevé M. Yacoubou.

"Je vais rester très pudique, je pense que nous pouvons faire plus", a-t-il répondu, interrogé sur les résultats du sommet Europe-Afrique à Abidjan

Le 5ème sommet Europe-Afrique s'est achevé jeudi à Abidjan sur "l'engagement fort" des dirigeants des deux continents à lutter contre le drame de l'immigration clandestine et de ses dérives comme les marchés d'esclaves en Libye.

La France avait évoqué dès mercredi l'évacuation d'urgence des Africains désirant quitter la Libye, la constitution d'une "task force" policière et de renseignement pour renforcer la coopération entre pays africains, ainsi qu'une campagne de communication pour dissuader les jeunes de tenter l'exode.

Des images chocs montrant des marchés aux esclaves en Libye ont contribué à cette mobilisation. Mais pour le vice-président du gouvernement d'union nationale à Tripoli, Ahmed Omar Maiteeg, également présent à Rome, ces images "ne représentent pas la réalité" en Libye.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG