Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Migrants: Etats-Unis et pays centroaméricains discutent du renforcement des frontières

Des migrants honduriens, en route pour les Etats unis, empruntent un train de marchandises en direction du nord, à Salto del Agua, dans l’État de Chiapas, au Mexique, le mardi 25 juin 2019. (Photo AP / Marco Ugarte)

Renforcement des frontières, tests ADN sur les enfants: des ministres du Guatemala, du Honduras et du Salvador ont discuté jeudi des moyens de limiter l'afflux de migrants centroaméricains aux Etats-Unis avec le ministre américain par intérim de la Sécurité intérieure, Kevin McAleenan.

Les autorités américaines font face depuis plusieurs mois à des arrivées massives d'exilés originaires d'Amérique centrale qui fuient la misère et la violence. Mercredi, la photographie des corps d'un père salvadorien et de sa petite fille gisant au bord du Rio Grande a provoqué l'émoi et la colère aux Etats-Unis.

Les moyens d'action évoqués lors de la rencontre prévoient notamment le renforcement de la sécurité à la frontière entre le Guatemala et le Mexique - avec l'aide d'agents américains - et des tests ADN sur les enfants migrants pour déterminer s'ils sont accompagnés de leurs parents ou de proches, a expliqué le ministre de l'Intérieur guatémaltèque Enrique Degenhart, lors d'une conférence de presse.

Kevin McAleenan a, de son côté, souligné que les analyses d'ADN visent "à protéger les enfants" de l'exploitation par des adultes qui pensent que la présence d'enfants à leurs côtés facilite leur entrée aux Etats-Unis.

M. Degenhart a souligné que la coopération entre les quatre pays avait déjà permis de perturber les réseaux de criminalité organisée et de faire progresser les contrôles aux frontières. "Nous ne criminalisons pas les migrants mais nous nous attaquons aux structures criminelles qui en abusent et en profitent de manière disproportionnée", a-t-il déclaré.

Le Costa Rica, la Colombie et le Panama - par où transitent des migrants haïtiens, cubains, africains et asiatiques dans leur périple vers les Etats-Unis - seront invités à la prochaine réunion de ce groupe, qui se tiendra en juillet à Washington.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Donald Trump pourrait se présenter à nouveau en 2024, selon un expert

Donald Trump pourrait se présenter à nouveau en 2024, selon un expert
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:24 0:00

Covid-19: Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement

Le 21 octobre 2017, l'ancien président George W. Bush (à g.), son successeur Barack Obama et l'ancien président Bill Clinton lors d'un concert caritatif à College Station, Texas.

Le président élu Joe Biden et les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton se sont dits prêts à se faire vacciner publiquement contre le Covid-19 afin d'encourager leurs concitoyens à en faire de même.

Barack Obama, 59 ans, a affirmé faire "entièrement confiance" aux autorités sanitaires du pays, dont l'immunologue Anthony Fauci, figure scientifique très respectée aux Etats-Unis.

"Si Anthony Fauci me dit que ce vaccin est sûr et peut protéger du Covid, je n'hésiterai pas à me le faire injecter", a-t-il déclaré dans un entretien radio à SiriusXM, dont des extraits ont été partagés mercredi sur YouTube.

"Je promets que lorsqu'il sera disponible pour les personnes moins vulnérables, je me ferai vacciner. Je pourrais le faire à la télévision ou faire en sorte que ce soit filmé, afin que les gens puissent voir que je fais confiance à la science", a-t-il ajouté.

Une tribune dans le Washington Post appelait le président élu Joe Biden, 78 ans, et sa future vice-présidente Kamala Harris, 56 ans, à se faire vacciner en direct à la télévision afin de convaincre les sceptiques, nombreux aux Etats-Unis face à la vitesse de développement des vaccins contre le Covid-19.

Interrogé sur le sujet, Joe Biden a dit jeudi qu'il serait "heureux" de se faire vacciner en public dès que le Dr Fauci recommanderait de le faire.

Un représentant de George W. Bush a fait savoir à CNN que l'ancien président républicain de 74 ans était lui aussi disposé à faire la promotion des vaccins contre le Covid-19.

"Les vaccins doivent dans un premier temps avoir été jugés sûrs et administrés aux populations prioritaires", a dit ce représentant, Freddy Ford. "Le président Bush attendra ensuite son tour et se fera volontiers vacciner devant les caméras".

Le porte-parole de Bill Clinton, Angel Urena, a également indiqué à CNN que l'ancien président démocrate, lui aussi âgé de 74 ans, se ferait vacciner publiquement "si cela pouvait inciter tous les Américains à en faire de même".

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG