Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Massacre du 28 septembre : les victimes doivent encore attendre

Mohamed Lamine Fofana, ministre guinéen de la Justice face au journalistes à Conakry, en Guinée. (VOA/Zakaria Camara)

Les autorités judiciaires guinéennes sont à la recherche d’une salle d’audience et d'une formation des magistrats pour la tenue du procès du 28 septembre.

"Toutes les dispositions les plus rigoureuses doivent être prises pour la tenue du procès", a tenté de rassurer jeudi le ministre guinéen de la justice. Plus de 500 victimes sont à protéger et au moins 400 témoins doivent être entendus.

Pour le ministre Mohamed Lamine Fofana, "il va falloir mettre en place une salle d’audience digne de ce nom qui va abriter ce procès. La deuxième condition, c’est la préparation psychotechnique du personnel judiciaire".

Dix ans après l'assassinat de plus de 150 personnes dans un stade de Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00


La partie civile avait contesté la requalification des chefs d’accusation de crime contre l’humanité, mais elle a été déclarée non fondée par la Cour suprême, qui à son tour et après la Cour d’appel, considère le massacre du 28 septembre comme étant des crimes "ordinaires".

L’arrestation et l’inculpation d’Aboubacar Toumba Diakité, ex-aide de camp de Moussa Dadis Camara lui-même chef de la junte au moment des faits, avaient été bien accueillies par les défenseurs des droits de l’homme en Guinée.

Le ministre guinéen de la justice assure "les détenus sont dans de très bonnes conditions. Ils bénéficient d’un régime spécial’’, mais son avocat dit le contraire "Aboubacar Toumba Diakité a une pathologie qui ne peut lui permettre de comparaitre devant un quelconque juridiction", explique Maitre Paul Yomba Kourouma.

Pour l’avocat de l’ex-aide de camp de l’ex-chef de la junte, "Aboubacar Toumba Diakité est innocenté par les victimes et par le dossier".

Une saynète jouée lors de la commémoration du 8e anniversaire du massacre de Conakry, en Guinée, 28 septembre 2017. (VOA/Zakaria Camara)
Une saynète jouée lors de la commémoration du 8e anniversaire du massacre de Conakry, en Guinée, 28 septembre 2017. (VOA/Zakaria Camara)

L’instruction a été close il y a deux ans avec un comité de pilotage mis en place, mais ce n'est pas assez pour rassurer les victimes. "Les victimes vivent une situation pénible. Dix ans après, on est toujours dans l’attente de la justice, de soutien médical et psychologique. Nous voulons participer au procès", explique Asmaou Diallo, présidente de l’Association des victimes et parents du 28 septembre.

Le 28 septembre 2009, une manifestation de milliers de personnes contre la candidature du chef de la junte avait été réprimée par l’armée au stade aujourd'hui nommé "28 septembre" à Conakry. Selon une enquête de l’ONU, 157 personnes ont été tuées et plus de 100 femmes violées.

Toutes les actualités

Ebola: préparatifs d'une équipe de riposte dans un centre médical guinéen

Ebola: préparatifs d'une équipe de riposte dans un centre médical guinéen
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Retour d'Ebola: les experts optimistes

Retour d'Ebola: les experts optimistes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:48 0:00

Les vaccinations contre le virus Ebola se poursuivent en Guinée

Les vaccinations contre le virus Ebola se poursuivent en Guinée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Arrivée en Guinée des vaccins contre Ebola

Arrivée en Guinée des vaccins contre Ebola
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Début de la vaccination anti-Ebola en Guinée

Des agents de la santé, vêtus d’équipement de protection contre le virus Ebola, transportent sur une civière les restes d'un enfant nouveau-né suspecté mort après avoir contracté l’épidémie, à Dubreka, Guinée, le 19 juin 2015

Plus de 11.000 doses de vaccin contre la fièvre hémorragique Ebola sont arrivées lundi soir par avion en Guinée pour commencer mardi la vaccination après la réapparition de la maladie dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Les 11.300 doses de vaccin Merck fournies par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) devaient initialement atterrir dimanche, mais l'avion en provenance de Genève a été empêché de se poser par d'épais nuages saisonniers de poussière et a été dérouté sur le Sénégal et Dakar.

Un avion de United Mining Supply, entreprise de transport et de logistique spécialisée dans l'activité minière en Guinée, a été dépêché au Sénégal pour assurer le transbordement et convoyer les vaccins.

Les lourds cartons frappés du sigle OMS ont été débarqués en Guinée après 20H00 (locales et GMT), a rapporté un correspondant de l'AFP.

Une partie d'entre eux doit continuer son chemin vers Gouecké et Nzérékoré (sud-est), en Guinée forestière, région voisine de la Sierra Leone, du Liberia et de la Côte d'Ivoire où Ebola a récemment fait cinq morts.

C'est la première résurgence d'Ebola en Afrique de l'Ouest depuis l'épidémie de 2013-2016 qui a causé plus de 11.300 décès, principalement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Ebola est également réapparu récemment en République démocratique du Congo.

La vaccination est prévue à partir de mardi à Conakry et en Guinée forestière.

Mercredi, 8.700 doses supplémentaires sont attendues en Guinée en provenance des Etats-Unis.

Le virus Ebola se transmet à l'homme par des animaux infectés. La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements, diarrhées.

Voir plus

XS
SM
MD
LG