Liens d'accessibilité

Les transgenres risquent d'être exclus de l'armée américaine

  • VOA Afrique

L'armée américaine s'entraîne dans un desert, dans la région de Rajasthan, en Inde, le 13 mars 2012.

Les militaires transgenres risquent d'être exclus de l'armée américaine en vertu des nouvelles directives de la Maison Blanche, destinées à mettre en oeuvre la décision du président d'interdire aux personnes transgenres de servir dans les forces armées.

Selon le Wall Street Journal, se référant à des responsables familiers d'un mémo que l'exécutif doit remettre prochainement au ministre de la Défense Jim Mattis, il appartiendra à ce dernier "d'examiner la capacité de déploiement d'un militaire afin de décider s'il doit être renvoyé de l'armée".

Le texte de moins de trois pages stipule également que le Pentagone ne pourra plus recruter de personnes transgenres et ne devra plus prendre en charge les traitements médicaux de celles travaillant déjà au sein de l'armée.

Donald Trump a annoncé sur Twitter le 26 juillet qu'il comptait interdire aux personnes transgenres de servir dans l'armée, sans préciser notamment ce qu'il adviendrait de celles déjà engagées.

"Après consultation de mes généraux et des experts militaires, soyez avisés que le gouvernement des Etats-Unis n'acceptera pas ou ne permettra pas aux personnes transgenres de servir dans une quelconque capacité dans l'armée américaine", avait tweeté le président.

"Notre armée doit se concentrer sur une victoire décisive et totale et ne peut supporter le fardeau des coûts médicaux énormes et les perturbations que des personnes transgenres dans l'armée entraineraient", a-t-il ajouté.

Poursuites judiciaires contre Trump

Revenant, ce faisant, sur les choix de son prédécesseur Barack Obama, qui avait décidé l'année dernière que l'armée devrait commencer à accueillir des recrues transgenres au 1er juillet 2017.

L'annonce du président républicain a été effectuée avec peu, voire pas, de coordination avec le Pentagone et pendant les vacances de M. Mattis.

Depuis, plusieurs hauts gradés ont fait état de leur malaise face à ce changement.

Cinq femmes transgenres employées par l'armée ont lancé le 9 août des poursuites contre M. Trump et le Pentagone. Dans leur plainte, elles évoquent notamment les incertitudes au sujet de leur avenir, y compris en ce qui concerne un éventuel renvoi ou si elles vont perdre leurs droits post-militaires (retraite en particulier).

Le 10 août, le président a estimé avoir rendu "un grand service" à l'armée américaine en interdisant aux personnes transgenres de servir dans les forces armées du pays. "Vous savez, c'est un sujet très compliqué pour l'armée. C'est un sujet très perturbant pour l'armée", avait-il affirmé.

D'après les estimations, de 1.320 à 15.000 personnes transgenres servent dans l'armée américaine sur 1,3 million de militaires en service actif.

Le républicain a notamment mis en avant "le fardeau des coûts médicaux énormes" nécessaires pour un changement de sexe. Selon une étude du centre de réflexion RAND, ils atteindraient entre 2,4 et 8,4 millions de dollars par an pour un budget total du Pentagone de plus de 500 milliards en 2016.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG