Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les Togolais majoritairement pour une limitation de mandat selon un sondage


Des centaines de manifestants sont dans les rues de Lomé, au Togo, le 4 octobre 2017. (VOA/Kayi Lawson)

L'Afrobaromètre a interrogé 1.200 adultes Togolais sur des questions d'actualité dans le pays, notamment le mandat présidentiel, le respect de l'ordre constitutionnel et le vote de la diaspora togolaise.

Selon les résultats de sondage d'Afrobaromètre piloté au Togo par le Centre de recherche et de sondage d'opinion (CROP), 87% des Togolais sont pour la limitation du mandat présidentiel. 70% des sondés estiment que l'actuel chef de l’État, qui est à son troisième mandat ne devrait plus briguer un nouveau en 2020.

Reportage de Kayi Lawson, correspondante à Lomé pour VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

"On remarque un fort soutien des Togolais à la limitation des mandats présidentiels à deux", explique Hervé Akinocho, directeur exécutif du CROP.

Hervé Akinocho, directeur exécutif du CROP, à Lomé, le 22 avril 2018. (VOA/Kayi Lawson)
Hervé Akinocho, directeur exécutif du CROP, à Lomé, le 22 avril 2018. (VOA/Kayi Lawson)

"Il y a quasiment 9 Togolais sur 10 qui sont pour la limitation du nombre de mandat à 2. La majorité des Togolais pense également que le président Faure Gnassingbé ne devrait pas se présenter aux élections si jamais la limitation à 2 mandats était adoptée. Par contre, ils sont relativement partagés sur la démission immédiate du président qui est demandée par un certain nombre d'acteurs."

Pour ce Togolais : "il serait de bon ton qu'on tienne compte de ces résultats pour permettre à chaque acteur de pouvoir bien se repositionner et de prendre les solutions qu'il faut parce que là, nous sommes en train de prendre une pente qui est entrain d'engloutir tout le pays."

>> Lire aussi : L'opposition contre un 4e mandat de Faure Gnassingbé au Togo

Hervé Akinocho, directeur exécutif du CROP, présente les résultats du sondage à Lomé, le 22 avril 2018. (VOA/Kayi Lawson)
Hervé Akinocho, directeur exécutif du CROP, présente les résultats du sondage à Lomé, le 22 avril 2018. (VOA/Kayi Lawson)

Pour un autre, "Le dialogue est terminé. Qu'on ne prolonge pas le dialogue mais que les acteurs du dialogue prennent conscience de la situation."

Dans les détails, ces résultats dévoilent que 53% des personnes qui se disent proches du parti au pouvoir pensent que Faure Gnassingbé ne devrait plus être candidat à la prochaine élection présidentielle.

>> Lire aussi : Reprise du dialogue entre le pouvoir et l'opposition au Togo

Guy Madjé Lorenzo, ministre togolais de la Communication, à Lomé, le 19 avril 2018. (VOA/Kayi Lawson)
Guy Madjé Lorenzo, ministre togolais de la Communication, à Lomé, le 19 avril 2018. (VOA/Kayi Lawson)

Pour le gouvernement togolais ce sondage manque de professionnalisme. Selon Guy Madjé Lorenzo, le ministre togolais de la communication, "ce sondage n'engage que ceux qui l'ont commandité et ceux qui l'ont publié ».

Le ministre insiste qu’il "n'a aucun fondement scientifique dans le travail qui a été fait". Il se questionne : "Qui ont-ils interrogé? eux seuls le savent. Et l'échantillonnage pour un travail scientifique, qui puisse avoir une portée, qui puisse signifier quelque chose, n'est même pas respecté."

Une meilleure vulgarisation des résultats de ce sondage peut influencer le cours normal des choses au Togo, estime l'analyste André Afanou.

"Afrobaromètre dit que Faure Essozimna Gnassingbé a déjà fait 3 mandat, c'est beau, c'est bien. Y compris au sein du parti au pouvoir, les gens disent qu'en 2020, pour la stabilité du pays, il serait bien qu'il ne se représente pas", souligne-t-il.

Il poursuit : "si on ne devrait publier que ça toute la semaine, je suis sûr que ça aura un impact. Non seulement sur le parti au pouvoir mais sur les missions diplomatiques et sur la médiation. Donc je pense que ce qui est important, c'est que cette information soit vulgarisée au maximum."

Sur d'autres aspects, le sondage Afrobaromètre sur le Togo relève que 66% des Togolais estiment que l'opposition doit maintenir la confrontation avec le pouvoir pour l’amener à opérer des réformes. 63% des Togolais sont pour le retour à la Constitution de 1992 dans sa version originelle et 77% pour le vote de la diaspora.

XS
SM
MD
LG