Liens d'accessibilité

Retour au calme après une nouvelle mutinerie en Côte d'Ivoire


Des soldats mutins ont pris le contrôle de la ville de Bouaké, Côte d’Ivoire, 6 janvier 2017.

Le calme est revenu et les militaires sont retournés dans les casernes, après la mutinerie de Yamoussoukro mardi.

"Nous sommes venus rencontrés les mutins et nous allons transmettre le message qui nous a été donné à nos responsables administratifs", a expliqué à VOA Afrique Augustin Thiam, le gouverneur du district de Yamoussokro.

Au moins deux mutins sont morts suite à des tirs de la garde républicaine à Yamoussoukro selon la correspondante de VOA Afrique sur place. Les mutins et le gouverneur négocient à Zambakro. Des chefs religieux y participent.

Des tirs à l'arme lourde ont été entendus dans la capitale politique de la Côte d'Ivoire, Yamoussoukro, au sein de l'école des forces armées de Zambakro.

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Bruno Kone, s'est exprimé sur les réseaux sociaux : "le climat actuel de tensions sociales préoccupe le gouvernement, qui cherchera tous les acteurs, des solutions justes, supportables et durables".

Les mutins demandent 12 millions de francs CFA, tout comme les mutins issues de l'ex-rébellion.

Une rencontre a été organisée entre les mutins et le gouverneur à Zambakro, ainsi que le préfet, le colonel et des collaborateurs de chaque niveau.

Alors que les mutins ont voulu s'emparer de la poudrière de la garde républicaine de Yamoussoukro, la garde républicaine a fait feu et tué deux mutins .

Dans la nuit de lundi à mardi, des tirs avaient été entendu au camps commandos d'Abobo. Du côté d'Abidjan, tout est calme et les camps de gendarmerie sont gardés. Aucun incident n'est à signaler.

Narita Namasté, correspondante à Abidjan

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG