Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Les rebelles ont remis le contrôle des ports de Hodeida à la "garde côtière"

Les forces yéménites pro-gouvernementales ont tiré une mitrailleuse lourde au sud de l’aéroport d’Hodeida, dans la province d’Hodeida, au Yémen, le 15 juin 2018.

Les rebelles Houthis ont remis le contrôle de la sécurité des ports de Hodeida, sur la mer Rouge, à la "garde côtière", mais du travail demeure pour éliminer tout signe de présence militaire dans ces secteurs de l'ouest du Yémen, a annoncé mardi l'ONU.

Le président du Comité de coordination des redéploiements, le général danois Michael Lollesgaard, a salué le transfert de "la sécurité des ports à la garde côtière", selon un communiqué officiel.

"Il reste encore beaucoup de travail à faire pour éliminer les signes (de présence militaire), mais la coopération a été très bonne", a-t-il toutefois estimé.

Les Houthis avaient annoncé samedi le début de leur retrait des ports de Hodeida, Salif et Ras Issa, au centre d'un bras de fer depuis 2018 avec la coalition progouvernementale soutenue par Ryad et Abou Dhabi.

Les forces loyalistes avaient toutefois aussitôt dénoncé une "manipulation", accusant les Houthis de remettre le contrôle à des gardes-côtes qui leur sont favorables.

L'ONU n'a fourni aucune indication sur la composition de cette "garde côtière".

Le redéploiement dans cette région stratégique de Hodeida a fait l'objet d'un accord lors de pourparlers tenus en décembre en Suède sous l'égide de l'ONU.

Annoncé à plusieurs reprises par les Nations unies, notamment en février et en avril, le retrait effectif des belligérants a tardé à être mis en oeuvre, inquiétant la communauté internationale.

Le port de Hodeida est crucial pour les importations et l'aide humanitaire internationale au Yémen, dont certaines régions sont au bord de la famine.

L'accord de désengagement à Hodeida constitue la meilleure chance à ce jour de faire progresser la paix au Yémen, où un conflit meurtrier se poursuit depuis plus de quatre ans, ont souligné des experts.

Samedi, la Mission des Nations unies chargée de soutenir l'accord de Hodeida avait indiqué que l'ONU procèderait à une "vérification formelle" de ce premier redéploiement ce mardi.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit lui se pencher sur la question de Hodeida mercredi à New York.

Le conflit au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires.

Toutes les actualités

Les Philippines interdisent les mariages d'enfants

Photo d'illustration d'une fille ayant échappé à un mariage forcé.

Le mariage d'enfants a été interdit aux Philippines, en vertu d'une loi entrée en vigueur le 6 janvier dans ce pays où une fille sur six est mariée avant 18 ans.

"L'État considère le mariage d'enfant comme une maltraitance des mineurs parce qu'elle avilit, dégrade et rabaisse la valeur intrinsèque et la dignité de l'enfant", indique le texte de loi.

Selon le gouvernement philippin, la nouvelle loi est conforme aux conventions internationales relatives aux droits des enfants.

Quiconque épouse une personne de moins de 18 ans, cohabite avec elle ou arrange une telle union, est passible de 12 ans de prison.

Certaines dispositions de la loi resteront toutefois en suspens pendant un an pour les communautés musulmanes et indigènes, où les fiançailles et mariages d'enfants sont fréquents. La période de transition permettra au gouvernement d'engager une campagne de sensibilisation auprès de ces communautés.

Dans la région autonome musulmane de l'île de Mindanao, le vice-président du parlement local, Ziaur-Rahman Adiong, a indiqué que des membres de son assemblée avaient tenté de convaincre le président Rodrigo Duterte d'opposer son veto à la loi, sans succès.

Dans cette région, une loi de 1977 autorise les musulmans à se marier lorsqu'ils atteignent la puberté.

Selon un rapport de l'Unicef publié en 2021, les taux les plus élevés de mariages de filles mineures sont enregistrés en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

Du Nigeria à l'Himalaya, la télémédecine gagne du terrain

Du Nigeria à l'Himalaya, la télémédecine gagne du terrain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:58 0:00

Séisme de magnitude 6,6 sur l'île de Java en Indonésie

Des riverains vérifient leurs téléphones alors qu'ils se rassemblent à l'extérieur de Cisarua, Bogor, le 14 janvier 2022, peu après le tremblement de terre de magnitude 6,6 qui a frappé l'île de Java, en Indonésie.

Un puissant tremblement de terre d'une magnitude de 6,7 a frappé vendredi au large de l'île indonésienne de Java, a déclaré l'agence météorologique du pays, incitant certains habitants de la capitale Jakarta à fuir les bâtiments dans la panique.

L'agence météorologique indonésienne (BMGK) a déclaré que le tremblement de terre s'est produit à 52 km au large de la province de Banten, à une profondeur de 10 km, mais qu'il n'était pas susceptible de provoquer un tsunami.

À Jakarta, les secousses ont été fortement ressenties.

"J'ai eu très peur, il y a eu un tremblement de terre soudain et il était si fort", a déclaré Ani, 38 ans, résidente de Jakarta et nounou.

"Quand je l'ai senti, j'ai directement attrapé le bébé de mon employeur et j'ai couru en bas".

Le séisme a également été ressenti dans la province de Java Ouest et à Lampung, sur l'île de Sumatra.

Un porte-parole de l'agence indonésienne d'atténuation des catastrophes n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire lorsqu'on lui a demandé si des dégâts avaient été signalés.

L'Indonésie est à cheval sur la "ceinture de feu du Pacifique", une zone très active sur le plan sismique, où différentes plaques de la croûte terrestre se rencontrent et créent un grand nombre de tremblements de terre et de volcans.

Le mois dernier, un tremblement de terre de magnitude 7,4 a frappé l'est de l'Indonésie, déclenchant une alerte au tsunami et faisant fuir les habitants de leurs maisons, mais ne causant que des dégâts mineurs.

Washington condamne le tir d'un projectile en mer par la Corée du Nord

Washington condamne le tir d'un projectile en mer par la Corée du Nord
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Comment se fait-il que tant de personnes vaccinées attrapent le coronavirus ?

Un agent de santé prépare une dose de vaccin Johnson and Johnson à Lesbos, en Grèce, le 15 décembre 2021.

Pourquoi tant de personnes vaccinées contractent-elles le coronavirus ces derniers temps ?

Plusieurs facteurs sont en jeu, à commencer par l'émergence de la variante omicron, très contagieuse. La variante omicron est plus susceptible d'infecter les gens, même si elle ne les rend pas très malades, et son apparition a coïncidé avec la période des voyages de vacances dans de nombreux pays.

Omicron: de la Finlande à l'Afrique du Sud, les nouvelles mesures
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00


Les gens peuvent penser (à tort) que les vaccins anti-COVID-19 bloquent complètement l'infection. Ce n'est pas le cas: les vaccins agissent principalement pour prévenir des cas de maladie grave, explique Louis Mansky, un chercheur qui travaille sur les virus à l'université du Minnesota.

Et les vaccins sont toujours efficaces à cet égard, en particulier pour les personnes qui ont reçu des rappels.

Deux doses des vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna ou une dose du vaccin Johnson & Johnson offrent toujours une forte protection contre les maladies graves dues à l'omicron. Si ces doses initiales ne sont pas très efficaces pour bloquer une infection par le variant omicron, les rappels - en particulier avec les vaccins Pfizer et Moderna - augmentent les niveaux d'anticorps pour aider à combattre l'infection.

Omicron semble se répliquer beaucoup plus efficacement que les variantes précédentes.

Et si les personnes infectées ont une charge virale élevée, il est plus probable qu'elles transmettent le virus à d'autres, en particulier aux personnes non vaccinées. Les personnes vaccinées qui contractent le virus ont plus de chances de présenter des symptômes légers, voire aucun, car les injections déclenchent de multiples défenses dans le système immunitaire, ce qui fait qu'il est beaucoup plus difficile pour omicron de les contourner toutes.

Les consignes concernant les gestes salutaires n'ont pas changé. Les médecins conseillent de porter des masques à l'intérieur, d'éviter les foules et de se faire vacciner et si possible prendre une dose de rappel. Même si, au final, les vaccins ne vous empêcheront pas toujours d'attraper le virus, ils vous permettront de rester en vie et d'éviter un séjour à l'hôpital.

Voir plus

XS
SM
MD
LG