Liens d'accessibilité

Les Philippines annoncent la suspension de la campagne de vaccination contre la dengue


Les moustiques sont transporteurs de la maladie de la dengue.

Le groupe pharmaceutique Sanofi a déconseillé mercredi dans un communiqué l'utilisation du Dengvaxia, premier vaccin contre la dengue autorisé dans le monde, aux personnes n'ayant jamais été infectées.

Les Philippines ont vacciné plus de 700.000 enfants depuis 2016, date à laquelle l'archipel est devenu le premier pays à utiliser le vaccin à grande échelle.

Le vaccin "apporte un effet protecteur persistant contre la dengue aux individus déjà infectés par le passé", selon Sanofi. Mais pour les autres, "à la suite de la vaccination, davantage de cas sévères de dengue pourraient être observés en cas d'exposition au virus".

"A la lumière de cette nouvelle analyse, le ministère de la Santé va suspendre le programme de vaccination dans l'attente de consultations avec les experts, les parties prenantes et l'Organisation mondiale de la santé", a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

Sanofi avait souligné, pour relativiser son annonce, qu'une grande majorité des habitants de pays endémiques "auraient déjà été exposés à la dengue au moins une fois avant l'âge de l'adolescence".

Le gouvernement philippin a souligné qu'aucun problème avec le Dengvaxia n'avait été signalé pour l'heure.

"Actuellement, nous n'avons pas d'information sur des cas sévères d'infection parmi ceux qui ont été vaccinés" , a déclaré le ministre de la Santé Francisco Duque.

M. Duque a souligné que les conclusions des experts ne signifiaient pas que ceux qui n'ont jamais été infectés contracteraient une forme grave de la maladie s'ils étaient vaccinés.

Il a assuré que le ministère de la Santé renforcerait le suivi des personnes ayant reçu le vaccin et que ses services juridiques avaient l'intention de réviser le contrat avec Sanofi.

L'OMS a de son côté "recommandé", à titre provisoire et par "précaution", que le vaccin Dengvaxia "ne soit administré qu'aux personnes dont on sait qu'elles ont été infectées par la dengue avant la vaccination".

Le groupe des experts sur les vaccins au sein de l'OMS (SAGE) tiendra une réunion dans deux semaines pour prendre une décision sur le maintien ou non de la suspension, a ajouté le communiqué de l'OMS.

Le Dr Julius Lecciones, directeur du Centre médical des enfants des Philippines, a indiqué n'avoir reçu aucune information sur des cas graves de maladie en provenance du Brésil, autre pays ayant procédé à des vaccinations contre la dengue à une vaste échelle.

Un millier de Philippins sont morts de la dengue en 2016 sur 211.000 cas, selon les statistiques officielles.

Avec AFP.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG