Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Les motards du "Rolling Thunder" sur la route de Washington, Trump leur offre un sursis

Une foule de motards est réunie à la cathédrale nationale de Washington pour la «bénédiction des vélos», le 24 mai 2019, à Washington. - Un défilé de motards qui marque le premier amendement Rolling Thunder, une tradition depuis 1988.

Des dizaines de milliers de motards s'apprêtaient dimanche à rouler dans les rues de Washington en hommage aux soldats portés disparus, et ce défilé de deux roues, drapées de drapeaux américains, ne devrait finalement pas être le dernier, a promis Donald Trump.

"Les Grands Patriotes du Rolling Thunder reviendront l'année prochaine à Washingon D.C. et, espérons-le, pour beaucoup d'années à venir", a tweeté le président américain depuis le Japon où il est en visite d'Etat.

Ce 32e "Rolling Thunder", évènement dédié aux soldats ayant péri sous le drapeau américain mais aussi aux disparus, devait être le dernier rassemblement dans la capitale.

Les organisateurs justifiaient leur décision par un "manque continu de coopération des responsables de la police du Pentagone et de la police de Washington" et un coût, plus de 200.000 dollars, ayant grimpé en flèche.

Cette nouvelle avait attristé le locataire de la Maison Blanche qui avait promis samedi d'aider s'il le pouvait.

"Passez un très bon moment aujourd'hui. Merci à nos grands hommes et femmes du Pentagone d'avoir trouvé une solution", s'est félicité M. Trump.

Contacté par l'AFP, le Pentagone n'a pas fourni de détails supplémentaires.

Chez les motards, le tweet du président a fait des heureux.

"Trump dit que ce n'est pas terminé, donc ce n'est pas fini et c'est lui le chef et il tient sa parole", s'est réjoui Ron Galey, ancien combattant du Vietnam, présent à chaque "Rolling Thunder" depuis 1990.

A la mi-journée ils étaient déjà des milliers rassemblés sur le parking du Pentagone, prêts à prendre la route.

Vestes en cuir sur les épaules, drapeaux américains de rigueur, ils défilent chaque année jusqu'au Mall de Washington, célèbre artère de la capitale où se situe un mur marqué de près de 60.000 noms de soldats américains morts durant la guerre du Vietnam.

Venus de tout le pays, ces "bikers", souvent d'anciens combattants, défilent depuis plus de 30 ans derrière un seul mot d’ordre : "Nous n'oublierons jamais".

Toutes les actualités

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Donald Trump pourrait se présenter à nouveau en 2024, selon un expert

Donald Trump pourrait se présenter à nouveau en 2024, selon un expert
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:24 0:00

Covid-19: Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement

Le 21 octobre 2017, l'ancien président George W. Bush (à g.), son successeur Barack Obama et l'ancien président Bill Clinton lors d'un concert caritatif à College Station, Texas.

Le président élu Joe Biden et les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton se sont dits prêts à se faire vacciner publiquement contre le Covid-19 afin d'encourager leurs concitoyens à en faire de même.

Barack Obama, 59 ans, a affirmé faire "entièrement confiance" aux autorités sanitaires du pays, dont l'immunologue Anthony Fauci, figure scientifique très respectée aux Etats-Unis.

"Si Anthony Fauci me dit que ce vaccin est sûr et peut protéger du Covid, je n'hésiterai pas à me le faire injecter", a-t-il déclaré dans un entretien radio à SiriusXM, dont des extraits ont été partagés mercredi sur YouTube.

"Je promets que lorsqu'il sera disponible pour les personnes moins vulnérables, je me ferai vacciner. Je pourrais le faire à la télévision ou faire en sorte que ce soit filmé, afin que les gens puissent voir que je fais confiance à la science", a-t-il ajouté.

Une tribune dans le Washington Post appelait le président élu Joe Biden, 78 ans, et sa future vice-présidente Kamala Harris, 56 ans, à se faire vacciner en direct à la télévision afin de convaincre les sceptiques, nombreux aux Etats-Unis face à la vitesse de développement des vaccins contre le Covid-19.

Interrogé sur le sujet, Joe Biden a dit jeudi qu'il serait "heureux" de se faire vacciner en public dès que le Dr Fauci recommanderait de le faire.

Un représentant de George W. Bush a fait savoir à CNN que l'ancien président républicain de 74 ans était lui aussi disposé à faire la promotion des vaccins contre le Covid-19.

"Les vaccins doivent dans un premier temps avoir été jugés sûrs et administrés aux populations prioritaires", a dit ce représentant, Freddy Ford. "Le président Bush attendra ensuite son tour et se fera volontiers vacciner devant les caméras".

Le porte-parole de Bill Clinton, Angel Urena, a également indiqué à CNN que l'ancien président démocrate, lui aussi âgé de 74 ans, se ferait vacciner publiquement "si cela pouvait inciter tous les Américains à en faire de même".

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG