Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Les mariages palestiniens, une fête qui fait mal au porte-monnaie des invités

Des petites filles posent pour une photo lors d'un mariage dans la ville de Gaza, le 30 juillet 2016.

Avec l'été, les mariages se multiplient dans les Territoires palestiniens. Pour le grand bonheur de ceux qui convolent mais pas toujours pour celui des invités, contraints de verser une contribution financière souvent douloureuse.

La tradition du "naqout" veut que les invités mettent la main à la poche pour aider la famille des mariés à financer leur union.

A leur arrivée, les convives s'emparent d'une enveloppe dans un tas disposé à cet effet auprès de boîtes en bois stratégiquement disposées à l'entrée. Ils y glissent des billets et, généralement, signent l'enveloppe avant de l'introduire dans la boîte.

Rien n'oblige à donner, sinon la perpétuation de la coutume, la pression sociale et la honte qui pourrait rejaillir sur quiconque ignorerait les boîtes, passage obligé pour accéder à la table du banquet.

Seulement, l'usage peut éprouver le porte-monnaie et le sens des relations sociales quand, à la faveur des vacances ou des retours pour quelques semaines des Palestiniens vivant à l'étranger, l'activité nuptiale bat son plein.

Mourad Chriteh par exemple hésite maintenant à accepter de nouvelles invitations.

"En deux semaines seulement", le naqout lui a coûté 400 dollars, presque la moitié de son salaire, dit ce fonctionnaire de 46 ans lors d'une fête de mariage. "J'ai déjà reçu plusieurs invitations pour août, mais je pense que je vais en refuser", dit-il.

Les invités donnent en fonction de leurs moyens, souvent entre 15 et 25 dollars, mais parfois bien plus. A raison de centaines de convives à chaque mariage, la somme récoltée peut être rondelette.

Un acte solidaire

Sans le naqout, difficile de financer des noces dignes de ce nom. Un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté dans les Territoires palestiniens. Mais la tradition impose de célébrer en grandes pompes car cette fête et l'annonce du mariage à la communauté valident l'union, selon le rite musulman.

Plus de 25.000 mariages sont célébrés chaque année en Cisjordanie occupée, selon des chiffres officiels.

Il faut organiser un repas pour les invités, payer un chanteur et son groupe ainsi qu'un photographe. Les plus généreux vont jusqu'à offrir à chaque invité un keffieh, le foulard traditionnel palestinien, ou un chapelet.

Dans certaines familles aisées, l'ensemble peut coûter jusqu'à 30.000 dollars à l'organisateur, généralement le père du marié. Dans les milieux plus modestes, en général, on peut s'en tirer pour une dizaine de milliers de dollars, en comptant sur le naqout pour se refaire.

Khaled Abdallah, 50 ans, a fait ce pari lorsqu'il a récemment marié son fils dans son village proche de Ramallah, en Cisjordanie.

Il a récupéré les 10.000 dollars qu'il avait engagés grâce aux contributions de ses invités. Pendant des années, dit-il, il a ouvert son portefeuille pour les enfants des autres. A son fils à présent d'en profiter. "Le naqout est une tradition qui perdure parce qu'elle relève de la solidarité", dit-il.

Le naqout est un héritage de l'ancienne société tribale, explique Majdi al-Malki, professeur de sciences sociales à l'université de Bir Zeit en Cisjordanie.

Un "prêt tournant"

"C'est une forme de couverture sociale qui se présente comme un don mais qui est en fait un moyen pratique et utile de partager les frais liés au mariage", dit le sociologue.

Tout comme l'ancestrale solidarité persiste entre agriculteurs et cultivateurs d'un même village à l'heure des récoltes auxquelles tous participent, les cadeaux de mariage sont "une sorte de prêt tournant entre les gens", dit-il.

Dans certaines régions, les dons sont exposés aux yeux de tous: les billets accrochés en guirlande sont triomphalement portés autour du cou du marié, porté à bouts de bras par ses proches au milieu des invités. "C'est une façon de montrer sa fierté, d'exhiber l'ampleur des dons" et de remercier les donateurs, dit M. Malki.

Ceux qu'on a aidés aideront à leur tour, escomptent les donateurs. C'est aussi à cela que servent les noms sur les enveloppes.

Il arrive cependant que des indélicats cherchent à se tirer d'affaire en insérant une enveloppe vide et anonyme.

"J'ai reçu des enveloppes vides sans nom", raconte sous le couvert de l'anonymat un père qui a récemment marié son fils, "mais grâce à des enregistrements vidéo, j'ai su qui c'était". "Je ne les oublierai pas lorsque viendront les mariages de leurs proches", promet-il.

Avec AFP

Toutes les actualités

La colère gronde contre la France dans certains pays musulmans

La colère gronde contre la France dans certains pays musulmans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:43 0:00

D'Abraham Lincoln à Donald Trump: le parti républicain en bref

D'Abraham Lincoln à Donald Trump: le parti républicain en bref
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

OMC: l'UE va soutenir la Nigériane Okonjo-Iweala

La candidate pour la présidence de l'OMC Okonjo-Iweala, ancienne ministre des finances du Nigeria et ancienne No.2 à la Banque mondiale. REUTERS/Lucas Jackson/archives

L'Union européenne va soutenir la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala pour le poste de directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), ses Etats membres étant finalement arrivés lundi à un consensus sur cette candidature.

Ce soutien, qui donne un élan appréciable à la candidate africaine face à sa rivale sud-coréenne Yoo Myung-hee, sera annoncé à l'OMC mardi matin par l'ambassadeur de l'UE à Genève, a précisé l'une de ces sources.

Ancienne ministre des Affaires étrangères et des Finances du Nigeria, mais aussi ex-numéro deux de la Banque mondiale, Mme Okonjo-Iweala, 66 ans, pourrait devenir la première femme et la première Africaine à diriger l'organisation chargée de libéraliser le commerce mondial.

Les Etats membres ont cependant mis du temps à s'entendre sur son nom, malgré un échange sur le sujet entre les dirigeants de l'UE lors du dernier sommet européen mi-octobre à Bruxelles.

Lundi matin, la Hongrie et la Lettonie refusaient encore de soutenir la Nigériane, avant de se rallier à la majorité dans la soirée, selon les sources européennes.

Tout en acceptant le consensus européen, "sept délégations" ont par ailleurs "demandé que soit enregistrée leur préférence pour l'autre candidate", a précisé une de ces sources.

Ce soutien est "un signal clair à l'égard de l'Afrique et un signe de confiance mutuelle" avec l'UE, a souligné une autre source.

Le troisième cycle de discussions, qui devra départager les deux prétendantes, a débuté le 19 octobre et s'achèvera mardi. Un consensus devra être trouvé pour la date butoir du 7 novembre.

La candidate qui l'emportera succédera au Brésilien Roberto Azevedo, qui a quitté l'OMC fin août, un an plus que tôt que prévu. Ce départ, expliqué par des raisons familiales, est survenu en plein marasme économique mondial, laissant l'institution en crise.

Le prochain chef de l'institution devra affronter la crise économique mais aussi la crise de confiance dans le multilatéralisme et dans le bien-fondé de la libéralisation du commerce mondial, le tout sur fond de guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales, la Chine et les Etats-Unis.

Minute Eco: Reprise des pourparlers sur le GERD

Minute Eco: Reprise des pourparlers sur le GERD
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Washington fait appel de la décision de l'OMC face à la Chine

Le vice-Premier ministre chinois Liu He et le président américain Donald Trump se serrent la main après avoir signé la "phase 1" de l'accord commercial américano-chinois à Washington, États-Unis, le 15 janvier 2020. REUTERS / Kevin Lamarque

Washington a fait appel auprès de l'Organisation mondiale du commerce de sa condamnation sur les taxes douanières punitives imposées à la Chine au début de la guerre commerciale entre les deux grandes puissances.

Les Etats-Unis en ont fait l'annonce lors d'une réunion de l'Organe de règlement des différends (ORD) de l'organisation basée à Genève, a indiqué un porte-parole de l'OMC.

Washington avait été condamné le 15 septembre par l'ORD. Ce cas, porté par Pékin devant l'OMC en 2018, concerne une première tranche de droits de douane imposés par l'administration Trump sur quelque 250 milliards de dollars de biens chinois.

Ces tarifs punitifs ont marqué le début d'une guerre commerciale entre les deux géants économiques et constitué l'une des marques de fabrique de la présidence Trump.

Washington et Pékin ont ensuite conclu un accord commercial, en grande partie au point mort.

Dans son jugement rendu à la mi-septembre, l'ORD stipulait que "les mesures en cause sont incompatibles" avec divers articles du GATT (ancêtre de l'OMC), et recommandé "que les Etats-Unis rendent leurs mesures conformes à leurs obligations".

Réagissant au verdict de l'Organe de règlement des différends de l'OMC, l'administration Trump avait jugé l'organisation "totalement inadéquate" pour mettre fin aux pratiques commerciales de la Chine, jugées déloyales.

Ce jugement était très attendu dans la mesure où il s'agit d'un des premiers verdicts de l'OMC portant sur la guerre commerciale.

En règle générale, l'organe d'appel de l'OMC dispose de trois mois pour rendre son rapport. Toutefois, l'organe d'appel, dont la nomination des juges est bloquée par Washington, n'est plus opérationnel depuis décembre 2019 faute de magistrats en nombre suffisant.

Voir plus

XS
SM
MD
LG