Liens d'accessibilité

Les "femmes minées" en débat au Bénin


Rituel public au cours duquel la femme jure fidélité à son mari et demande que les ancêtres la pourchassent si elle commet l'adultère, 24 octobre 2017. (VOA/Ginette Fleure Adandé)

Selon une vieille tradition, les époux contraignent leurs femmes à la fidélité, ce qui est appelé au Bénin la" femme minée". Ce procédé consiste à faire de ces femmes un véritable "vecteur de mort" contre tout homme autre que son mari qui s'en approchera.

Cette tradition met en danger les femmes au Bénin.

Selon le gardien de la tradition, Bel Abel Sodjo, ''une épouse porte en elle les germes de la survie ou de la destruction de son foyer".

Pour Marielle Degboé, qui se bat depuis plus de dix ans pour le respect et l'épanouissement des droits de la femme, cette tradition est une aberration qui ne peut plus être tolérée en 2017.

"C'est une pratique qui porte atteinte à la vie de la femme", souligne-t-elle à VOA Afrique, rappelant que la "vie des enfants n'est pas épargnée", et qu'ils subissent les conséquences des meurtres.

Alain, directeur d'école primaire, explique qu'au sein de son foyer, la tradition n'a aucun poids et ne peut le transformer en ''un tueur silencieux''.

Karen Ganye, sociologue, espère que les traditions deviennent plus "humaines". "C'est violer les droits des femmes, cela ne tient pas compte des droits de la femme", explique-t-elle.

Le phénomène des ''femmes minées'' est toujours en pleine expansion au Bénin.

Ginette Fleure Adandé, correspondant à Cotonou

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG