Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Les Etats-Unis montrent à nouveau leur impatience face à l'évolution du Mali

Des soldats sénégalais de la Minusma patrouillent à Gao, le 24 juillet 2019.

Les Etats-Unis ont à nouveau montré mardi à l'ONU de l'impatience face à l'évolution de la situation au Mali, jugeant inacceptable que des parties à l'accord de paix de 2015 profitent de la mission de paix de l'ONU (Minusma) sans s'acquitter de leurs obligations.

"Malgré les efforts louables de la Minusma, la tendance générale (...) est extrêmement préoccupante", a souligné l'ambassadrice américaine à l'ONU, Kelly Craft, lors d'une réunion du Conseil de sécurité.

"Le gouvernement du Mali et les groupes armés signataires (de l'accord de paix) ont fait peu de progrès pour l'appliquer". "Ceci n'est pas acceptable" et "nous ne pouvons continuer à soutenir une mission de paix qui profite aux parties signataires alors qu'elles refusent d'appliquer pleinement leurs engagements", a averti la diplomate américaine.

Répétant une menace ancienne de Washington, Kelly Craft a évoqué implicitement l'idée de mettre un terme à la Minusma, une grosse opération militaire au coût annuel dépassant le milliard de dollars et qui subit régulièrement des attaques meurtrières.

"Nous ne pouvons pas laisser passer une autre année sans nous rapprocher de l'application de l'accord de paix". "Si toutes les parties restent réticentes à sortir du statu quo, alors nous devons être prêts à développer une approche différente" pour le Mali, a-t-elle dit, sans autre précision.

La France et le représentant de l'ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, ont au contraire fait valoir les progrès politiques accomplis.

"Des avancées significatives ont été enregistrées dans la mise en oeuvre de l'accord, notamment en ce qui concerne les réformes politiques et institutionnelles, les questions de défense et de sécurité ainsi que les questions de développement socio-économique", a souligné Mahamat Saleh Annadif.

"Des progrès significatifs" ont été réalisés, avait aussi dit à des journalistes avant la réunion l'ambassadeur français, Nicolas de Rivière. "Beaucoup reste à faire", avait-il toutefois concédé.


L'ambassadeur du Mali à l'ONU, Issa Konfourou, a aussi évoqué des "progrès substantiels". "Nous sommes dans la bonne tendance", a-t-il assuré, indiquant comprendre "l'impatience" de certains membres du Conseil de sécurité. Mais l'insécurité et des problèmes financiers contrecarrent l'application de l'accord de paix, a fait valoir le diplomate malien.

Au Mali, trois forces interviennent dans le domaine sécuritaire : les 5.000 militaires de la force conjointe antijihadiste G5-Sahel dont le rayon d'action couvre cinq pays (Mali, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie, Niger); la force française Barkhane (4.500 militaires); et la force de paix de l'ONU Minusma qui compte environ 15.000 militaires et policiers.

Toutes les actualités

Les travaux de la 4ème session du Comité de Suivi de l’Accord d’Alger

Les travaux de la 4ème session du Comité de Suivi de l’Accord d’Alger
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

L'armée se renforce avec l’acquisition d’engins blindé

L'armée se renforce avec l’acquisition d’engins blindé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:36 0:00

Réunion pour relancer le comité de suivi de l'accord d'Alger

Réunion pour relancer le comité de suivi de l'accord d'Alger
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:48 0:00

L'UE et les Emirats livrent des véhicules blindés au Mali en guerre contre le djihadisme

Général Keba Sangaré lors de la revue des troupes, au Mali, le 8 septembre 2019. (VOA/Kassim Traoré)

L'Union européenne a remis vendredi 13 véhicules blindés destinés à la composante malienne de la force conjointe anti-jihadiste du G5 Sahel, au lendemain de l'arrivée à Bamako des premiers des 130 blindés de fabrication russe en partie financés par les Émirats arabes unis.

Ces 13 blindés tout-terrain de type Bastion, huit destinés au transport de troupes, deux à la lutte anti IED (engins explosifs improvisés), deux pour les évacuations sanitaires et un aménagé en poste de commandement ont été remis aux autorités maliennes lors d'une cérémonie au camp militaire de Kati, à une quinzaine de kilomètres de Bamako, selon un communiqué de l'UE.

Ils sont destinés à équiper les deux bataillons maliens de la force conjointe des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad), dont le manque persistant de matériel a, selon l'ONU, ralenti la montée en puissance depuis sa relance en 2017.

Ils font partie d'un lot de 46 véhicules blindés déjà ou en passe d'être livrés par l'UE à ces pays du Sahel dont les armées paient un lourd tribut à la lutte contre les groupes djihadistes, dont les attaques se multiplient. Outre ceux livrés vendredi au Mali, 13 l'ont déjà été au Niger, 7 à la Mauritanie, 4 au Tchad et 4 au Burkina.

Dans les prochaines semaines, trois supplémentaires doivent être fournis au Tchad et deux au Burkina Faso, selon une source diplomatique européenne.

L'UE et ses Etats membres ont débloqué quelque 155 millions d'euros pour soutenir la Force conjointe depuis sa création, dont près de 70% ont déjà été décaissés. L'UE a en outre décidé d'un financement additionnel de 138 millions d'euros, confirmé par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell lors du sommet de Pau entre la France et le G5 Sahel le 13 janvier.

"Ces blindés vont aider nos soldats, surtout à éviter les mines et les embuscades, parce qu'ils peuvent résister à beaucoup de coups de feux", a déclaré à l'AFP en marge de la cérémonie le général de brigade Moustapha Drabo, directeur du matériel, des hydrocarbures et des transports des Forces armées maliennes (FAMa).

Jeudi, un vol cargo avec à son bord sept véhicules blindés de type Typhoon Kamaz, des 4x4 de fabrication russe, avait atterri à l'aéroport de Bamako, selon le gouvernement malien.

Ils font partie d'un lot de 130 véhicules de ce type destinés aux FAMa. Trente de ces blindés constituent un don des Emirats arabes unis, les 100 restants étant financés par le budget national malien, selon les services du Premier ministre Boubou Cissé.

L'UE remet 13 véhicules blindés aux forces armées maliennes

L'UE remet 13 véhicules blindés aux forces armées maliennes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG