Liens d'accessibilité

Les Bavarois condamnés à réagir en Bundesliga


Le president du Bayern, Karl-Heinz Rummenigge, s'adressant aux joueurs lors d'une rencontre festive à Berlin le 18 mai 2014 Reuters

Les joueurs du Bayern Munich ont été sommés par leurs dirigeants "de montrer une réaction" après leur défaite 3-0 à Paris en Ligue des champions et l'éviction de l'entraîneur Carlo Ancelotti, lors du déplacement dimanche à Berlin pour la 7e journée de Bundesliga.

"Maintenant il n'y a plus d'excuses, nous devons gagner à Berlin, l'équipe se doit de montrer une réaction", a martelé le directeur sportif Hasan Salihamidzic vendredi, lors d'une conférence de presse d'avant-match en fait exclusivement consacrée au limogeage d'Ancelotti et à la question de son remplacement.

Avec 13 points, le Bayern est actuellement troisième à trois points du leader Dortmund, qui aura une partie difficile samedi en déplacement à Augsbourg, et à un point de Hoffenheim, qui joue dimanche à Fribourg.

M. Salihamidzic a laissé relativement ouverte la question de la succession. "Willy Sagnol est notre entraîneur par intérim jusqu'à nouvel ordre", a-t-il dit. "Nous nous sommes séparés d'Ancelotti hier (jeudi) seulement (...) Il faut laisser les choses se poser, analyser la situation au calme. Nous allons voir, et si nous trouvons une solution, nous embaucherons un entraîneur. Nous allons évaluer toutes les solutions et nous verrons ce qu'il en ressort".

"Croyez-moi, a-t-il ajouté, nous allons sortir forts de cette situation. Nous voulons encore atteindre nos objectifs et être champions d'Allemagne".

Dans la matinée, le président du club Uli Hoeness s'était montré plus précis, en assurant qu'il espérait trouver "une solution" d'ici à la mi-octobre.

Depuis jeudi, la presse évoque avec insistance les noms de deux techniciens allemands: Thomas Tuchel et Julian Nagelsmann.

Tuchel, l'ancien coach de Dortmund, a l'avantage d'être libre. Il a été remercié par le Borussia en fin de saison dernière, malgré d'excellents résultats, mais il a payé son indépendance d'esprit et sa propension à contredire ses dirigeants.

Nagelsmann est la pépite de 30 ans d'Hoffenheim, l'actuel deuxième du classement. Devenu en 2016 à 28 ans le plus jeune entraîneur d'un grand championnat européen, il passe pour un surdoué, qui a sauvé son club de la descente pour sa première saison, avant de le hisser à la quatrième position de la Bundesliga la saison dernière.

-- Cinq hommes en colère --

Sagnol, puis son éventuel successeur, devront quoi qu'il arrive retrouver la confiance d'un vestiaire qui semble avoir échappé à Ancelotti. "En tant qu'entraîneur, tu ne peux pas avoir les joueurs les plus importants contre toi", a expliqué Hoeness, assurant que l'Italien était en froid avec cinq cadres du vestiaire.

Il n'a pas donné de noms, mais Arjen Robben, Franck Ribéry et Thomas Müller avaient donné des signes d'énervement ces derniers temps. Jérôme Boateng et Mats Hummels, écarté de l'équipe pour le match à Paris, auraient pu aussi en vouloir à leur ex-entraîneur.

Ancelotti est resté fidèle dans la disgrâce à son image de gentleman: "Ce fut un grand honneur de faire partie de l'histoire du Bayern. Je remercie le club, les joueurs et les fantastiques supporters", a-t-il tweeté quelques heures après son éviction.

Ce week-end, le Bayern ne sera pas le seul club allemand à panser ses plaies, puisque les cinq autres équipes engagées dans les compétitions européennes ont perdu, plongeant les commentateurs dans des abîmes de réflexion sur la baisse du niveau de la Bundesliga.

Samedi, le leader Dortmund, qui n'a pas résisté à la puissance de feu du Real Madrid mardi (1-3) joue chez le 5e Augsbourg. Les joueurs de la Ruhr marchent sur l'eau pour l'instant en championnat, avec 19 buts marqués et un seul encaissé sur les six premiers matches.

Dimanche, le RB Leipzig, défait à Besiktas 2-0 et apparemment encore un peu tendre pour la Ligue des champions, se rend à Cologne, dernier avec un seul point.

Programme (en heures françaises et GMT):

Vendredi 29 septembre

(20h30, 18h30 GMT) Schalke - Leverkusen

Samedi 30 septembre

(15h30, 13h30 GMT) Mönchengladbach - Hanovre

Wolfsburg - Mayence

Francfort - Stuttgart

Augsbourg - Dortmund

(18h30, 16h30 GMT) Hambourg - Brême

Dimanche 1er octobre

(13h30, 11h30 GMT) Fribourg - Hoffenheim

(15h30, 13h30 GMT) Berlin - Bayern Munich

(18h00, 16h00 GMT) Cologne - Leipzig


Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG