Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les autorités et Ntumi en désaccord sur le désarmement dans le Pool


Des ex-combattants ninjas en attente du désarmement à Kimba, au Congo, le 8 août 2018. (VOA/Arsène Séverin)

Le gouvernement congolais a déployé des membres de la Commission mixte paritaire pour la paix dans le Pool. Le pasteur Ntumi, qui dit ne pas être associé à ces différentes étapes, a appelé dans une déclaration la communauté internationale à s'impliquer dans ce processus.

Un important convoi de véhicules chargés de matériel didactique et de camping a quitté Brazzaville pour les localités comme Kinkala, Kibouende, Missafou, Kinkembo dans le Pool, où se déroulera le ramassage d'armes illégalement détenus par les ex-combattants ninjas.

Reportage d'Arsène Séverin, correspondant à Brazzaville pour VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:27 0:00

Le président de la commission mixte paritaire, Séraphin Ondele a déclaré à VOA Afrique qu'il était question de s'en tenir à l'agenda des opérations, défini avec le camp de Ntumi.

Séraphin Ondele, président de la Commission mixte paritaire pour la paix dans le Pool, au Congo, le 8 août 2018. (VOA/Arsène Séverin)
Séraphin Ondele, président de la Commission mixte paritaire pour la paix dans le Pool, au Congo, le 8 août 2018. (VOA/Arsène Séverin)

"Le calendrier a été validé par le pasteur Ntumi, et nous l'avons envoyé au chef de l'Etat, qui l'a ensuite distribué aux partenaires internationaux. Nous ne pouvons donc plus faire marche en arrière", a affirmé Séraphin Ondele.

Et pourtant, dans le camp du pasteur Ntumi, on murmure la frustration. Dans une déclaration publiée dont copie est parvenue à VOA Afrique, le pasteur Ntumi réclame sa place au cœur de cette opération.

Philippe Ané Bibi est son représentant personnel. Il a séjourné dans les forêts du Pool, aux côtés du chef rebelle.

>> Lire aussi : Levée du mandat d'arrêt contre le chef rebelle Pasteur Ntumi à Brazzaville

Le représentant personnel du pasteur Ntumi, Philippe Ané Bibi et son collègue Gustave Tondo à Brazzaville, au Congo, le 8 août 2018. (VOA/Arsène Séverin)
Le représentant personnel du pasteur Ntumi, Philippe Ané Bibi et son collègue Gustave Tondo à Brazzaville, au Congo, le 8 août 2018. (VOA/Arsène Séverin)

"Dans sa déclaration, Ntumi dit que tout cela ne sera pas sans conséquence, mais là il décline. Toutes les démarches pour le ramassage des armes l'ont été avec l'implication personnelle du pasteur Ntumi. Pour la réussite, il est normal que le révérend rappelle sa place d'ambassadeur auprès des ex-combattants. Nous n'avons même pas encore rendu compte qu'on est surpris d'apprendre que les équipes sont en train d'aller sur le terrain... ", a déploré Philippe Ané Bibi sur VOA Afrique. Il appelle les autorités à les associer "en tout et pour tout".

Les autorités estiment avoir levé tous les obstacles empêchant le bon déroulement du désarmement, notamment la levée des poursuites contre le pasteur Ntumi et récemment le retrait des troupes militaires dans les zones où résiderait le révérend.

La société civile de son côté, appelle les deux parties à s'accorder afin d'épargner les populations d'un énième supplice.

>> Lire aussi : L'Etat veut prendre en charge les funérailles des jeunes morts dans un commissariat de Brazzaville

Trésor Nzila Kendet de l'OCDH dénonce l'impunité des crimes commis dans le Pool, au Congo-Brazzaville, le 18 mai 2017.
Trésor Nzila Kendet de l'OCDH dénonce l'impunité des crimes commis dans le Pool, au Congo-Brazzaville, le 18 mai 2017.

Trésor Nzila Kendet de l'Observatoire congolais des droits de l'homme (OCDH), une ONG locale, renvoie dos à dos Ntumi et le gouvernement.

"Dès le départ nous savions que cet accord était pauvre, car il consacrait l'impunité. Mais Ntumi doit cesser de gesticuler, tout comme le gouvernement ne doit pas contourner son partenaire. S'il y a des problèmes dans l'application de leur accord, ils doivent le résoudre par le dialogue. Les populations n'attendent que le retour définitif de la paix dans le Pool", a indiqué l'activiste des droits humains.

Selon le calendrier validé par chaque partie, il est prévu que le pasteur Ntumi sorte le 10 août et rencontre le ministre de l'Intérieur un jour après.

XS
SM
MD
LG