Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Burkina-Faso

"Le terrorisme tisse sa toile dans tout le pays"

Burkina Faso Rising Extremism

"Le terrorisme" djihadiste auquel fait face le Burkina Faso depuis 2015, notamment dans les régions du Nord et de l'Est, "tisse sa toile dans tout le pays", a souligné jeudi le Premier ministre, Christophe Dabiré, devant le Parlement.

"Le terrorisme qui apparaissait, il y a quelques années, comme une menace à nos frontières, est aujourd'hui une réalité brutale et cruelle qui tisse sa toile dans tout le pays, et d'autres espaces qui éprouvaient, j'en suis convaincu, l'illusion de la sécurité", a-t-il dit lors de son discours sur la situation de la nation.

Le Burkina Faso est confronté depuis quatre ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes djihadistes, dont Ansarul Islam, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) et l'Etat islamique au grand Sahara (EIGS).

D'abord concentrées dans le nord du pays, ces attaques, qui ont ensuite visé la capitale et d'autres régions, notamment l'Est, ont fait depuis 2015 près de 400 morts, selon un comptage de l'AFP.

"Les attaques terroristes ont changé nos priorités, sans nous faire renoncer à nos objectifs. Nous avons dû renforcer les capacités opérationnelles et organisationnelles de forces de l'armée nationale, et nos forces de sécurité intérieure", a indiqué le chef du gouvernement. "Nous avons dû intensifier les opérations de sécurisation du territoire à l'issue desquelles les forces de sécurité, grâce à leurs capacités de résilience, ont fort heureusement neutralisé des groupes terroristes qui endeuillaient et endeuillent encore trop fréquemment notre nation".

"Elles ont ainsi interpellé de nombreux suspects à la suite des opérations de ratissage de grande envergure effectuées dans les zones criminogènes".

Jusque-là, les forces de sécurité burkinabè ont échoué à enrayer la spirale de violence, malgré l'annonce de nombreuses opérations, dont la dernière, menée dans l'Est et dans le Centre-Est, avait permis la réouverture de plus de 200 écoles sur plus de mille fermées en raison de la fuite des enseignants et de la menace djihadiste.

Une centaine de djihadistes avaient été arrêtés lors de cette opération baptisée "Otapuanu" (Pluie de feu ou Foudre en langue gulmacéma), selon les autorités.

"C'est le lieu pour moi de rendre un vibrant hommage à toutes nos forces armées nationales et à nos forces de sécurité intérieure pour le combat difficile qu'elles mènent contre la barbarie", a lancé M. Dabiré, rappelant que les forces de défense et de sécurité "interviennent dans le cadre de la loi", contrairement à une "certaine opinion qui nous prend à partie dans cette lutte inlassable contre le terrorisme".

Pour sa part, la société civile a notamment dénoncé des exactions de l'armée dans le Nord.

Toutes les actualités

Réactions des proches des 11 détenus morts en garde à vue

Réactions des proches des 11 détenus morts en garde à vue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Consensus entre pouvoir et opposition sur les élections de 2020

Le chef de l'opposition burkinabé, Zéphyrin Diabré, à Ouagadougou, le 29 avril 2017.

Le dialogue politique entre la majorité et l'opposition, consacré à la situation nationale et aux élections de 2020 au Burkina Faso, a abouti à un "large consensus", a annoncé lundi le chef de file de l'opposition, Zéphyrin Diabré.

Ce dialogue politique a réuni pendant une semaine au palais présidentiel une quarantaine de participants issus des différentes composantes de la classe politique.

"Sur l'organisation des élections de 2020, nous avons fait l'effort important d'aboutir à un consensus total et de débroussailler des questions qui paraissaient contentieuses au point qu'à ce jour, il n'y a qu'une question qui reste en suspens: l'utilisation éventuelle de la carte consulaire biométrique comme document électoral", a indiqué M. Diabré.

Selon le rapport de synthèse des travaux, majorité et opposition se sont accordées sur la révision a minima du code électoral et le maintien du calendrier électoral, avec des élections couplées présidentielle et législatives en 2020 ainsi que des élections municipales en 2021.

"Sur les questions d'intérêt national: la sécurité, la réconciliation nationale, l'autorité de l'Etat, la cohésion sociale, l'incivisme... nous avons eu des échanges très francs, qui nous ont permis d'aboutir à des recommandations consensuelles qui, si elles étaient mises en oeuvre permettraient à notre pays de faire un grand pas en avant", a ajouté M. Diabré.

Il s'agit entre autres de renforcer les capacités matérielles, financières et humaines des forces de défense et de sécurité, d'élaborer un pacte patriotique national et d'assurer un traitement diligent des dossiers judicaires des détenus pour "faits de terrorisme".

Des "points paraissaient insurmontables (...) Subitement les murs de méfiance se sont écroulés", s'est réjoui le président de l'Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP), Simon Compaoré.

Ouverture du dialogue politique à Ouagadougou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Il a également salué la mise en place d'un comité de suivi des recommandations qui devra aussi servir "de lien permanent entre la majorité et l'opposition".

"Dans la mise en oeuvre des mesures destinées à faire face à la situation que traverse notre pays, la bonne foi doit être la chose la mieux partagée", a commenté le président du Burkina Roch, Marc Christian Kaboré, appelant "à l'union sacrée autour des questions liées à la lutte contre le terrorisme, la cohésion sociale, la réconciliation et l'unité nationales".

Pays pauvre du Sahel, le Burkina fait face à des attaques récurrentes des groupes jihadistes dans le au Nord et dans l'Est. Celle-ci ont fait environ 500 morts depuis septembre 2015, selon un comptage de l'AFP.

Enquête en cours après le décès de 11 personnes en garde à vue

Enquête en cours après le décès de 11 personnes en garde à vue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:36 0:00

Le premier ministre burkinabé s'est exprimé devant la presse

Le premier ministre burkinabé s'est exprimé devant la presse
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Souvenir d'Apollo 11 au Burkina Faso un demi-siècle après

Souvenir d'Apollo 11 au Burkina Faso un demi-siècle après
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG