Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

La France rend un dernier hommage aux deux commandos tombés au Burkina

Des soldats sécurisent le lieu de l'attaque dans la banlieue de Paris, à Levallois-Perret, France, le 9 août 2017

Des milliers personnes, rassemblées sur le pont Alexandre II à Paris, ont commencé mardi à rendre hommage aux deux membres des forces spéciales tués en libérant des otages au Burkina Faso, avant une cérémonie solennelle aux Invalides présidée par Emmanuel Macron.

Les cercueils des commandos marine Cédric de Pierrepont, 33 ans, et Alain Bertoncello, 28 ans, dans des véhicules mortuaires, ont traversé la Seine à 10h00 pile, sous escorte de motards et les applaudissements de la foule, en route vers la cour d'honneur des Invalides où les attendaient un millier d'invités, dont l'ensemble du gouvernement et les principales personnalités politiques du pays.

"Le moins qu'on puisse faire, c'est de venir leur rendre hommage" dit à l'AFP Céline Saenz, cachée derrière ses lunettes de soleil, casque de scooter au bras. "Savoir qu'il y a des personnes comme ça, sur lesquelles on peut compter pour nous protéger, pour protéger notre liberté, c'est important. On montre aux familles, aux soldats qui se battent encore qu'on pense à eux".

Cette tradition d'hommage citoyen aux soldats tombés au combat, sur le plus beau pont de la capitale française, est relativement récente : elle remonte à 2011, à l'initiative d'associations d'anciens combattants et du gouverneur militaire de Paris, alors que l'armée française était déployée en Afghanistan.

Plusieurs centaines de militaires étaient rassemblés dans la cour d'honneur des invalides et attendaient les cercueils. Parmi eux, des commandos marine, des forces spéciales, ainsi que des délégations de la marine et des autres corps d'armée.

Les cercueils des deux bérets verts seront ensuite disposés côte à côte dans la cour d'honneur, symboliquement reliés par une "sangle de vie" utilisée lors de leurs plongées difficiles par les nageurs de combat, un brevet que seuls possèdent les membres du prestigieux commando Hubert auquel appartenaient les deux défunts.

Le président Macron fera une brève allocution, en présence des familles, suivie de la sonnerie aux morts et de la Marseillaise.

Il décorera les défunts de la Légion d'Honneur à titre posthume. Leurs cercueils seront ensuite portés par leurs camarades des Forces spéciales au son du chant militaire "Loin de chez nous en Afrique", clôturant une cérémonie d'environ 45 minutes.

"L'hommage national, c'est essentiel, c'est ce qui accompagne notre travail de deuil et surtout le travail de deuil des familles", selon le colonel Patrik Steiger, porte-parole du chef d'état-major des armées.

Une cérémonie d'honneurs militaires, réservée aux familles et aux proches des deux membres des Forces spéciales, a déjà eu lieu lundi aux Invalides, au cours de laquelle le chef d'état-major de la Marine, l'amiral Christophe Prazuck, a décoré les commandos tués de la médaille militaire et de la Croix de la valeur militaire.

Les obsèques d'Alain Bertoncello auront lieu samedi chez lui en Haute-Savoie (centre-est) "dans l'intimité familiale". Ceux qui le souhaitent pourront se recueillir devant sa dépouille, à la maison funéraire d'Annecy.

Les obsèques de Cédric de Pierrepont auront lieu mercredi après-midi en l'église de Larmor-Plage, dans le Morbihan (ouest).

- 'Il a fait son job' -

Les compagnes des deux hommes ont confié à la presse la profondeur de leur engagement et de leur détermination.

Pour Florence Charton, compagne de Cédric de Pierrepont, "il est mort pour ce qu'il aimait faire, ce pour quoi il était fier. Il a fait son job. C'est ce qu'il m'aurait dit", a-t-elle dit à TF1.

Léa Latourte, militaire de 26 ans basée à Bordeaux, compagne d'Alain Bertoncello, a déclaré à RTL qu'il "était conscient des dangers encourus et il les affrontait avec réalisme. Si c'était à refaire, il le referait".

Le père d'Alain, Jean-Luc Bertoncello, a également rappelé l'engagement de son fils, qui l'avait conduit jusqu'au prestigieux commando Hubert, élite de l'élite au sein de la Marine.

"Ils ont fait ce qu'ils avaient à faire, pour lui ça s'est mal terminé mais pour, les autres, ils ont réussi la mission" a-t-il dit.

"Les Français ont fait un super boulot. Nous leur en sommes vraiment reconnaissants", a salué le président Donald Trump. Une otage américaine a également été libérée lors de l'opération.

Ni les familles ni l'état-major français n'ont alimenté la polémique autour du risque pris par les deux touristes, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, enlevés alors qu'ils se trouvaient dans une zone déconseillée par le ministère français des Affaires étrangères, dans le nord du Bénin.

"Je ne veux pas porter de jugement, ce n'était pas la question. La question c'était de combattre des terroristes comme nous le faisons depuis des années au Sahel", a estimé mardi matin sur RTL le général François Lecointre, chef d'état-major des armées.

Toutes les actualités

Ukraine: les États-Unis et leurs alliés entendent riposter "avec force" en cas d'une invasion russe

Ukraine: les États-Unis et leurs alliés entendent riposter "avec force" en cas d'une invasion russe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Blinken, depuis l'Ukraine, appelle Poutine à choisir la paix

Blinken, depuis l'Ukraine, appelle Poutine à choisir la paix
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Washington annonce 200 millions de dollars supplémentaires d'aide sécuritaire à Kiev

Le secrétaire d'État des États-Unis, Antony Blinken, s'exprime alors qu'il accueille le personnel de l'ambassade à l'ambassade des États-Unis, à Kiev, en Ukraine, le 19 janvier 2022.

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi le déblocage de 200 millions de dollars supplémentaires d'aide sécuritaire à l'Ukraine sur fond d'une menace d'une invasion russe.

L'administration du président Joe Biden a "approuvé le mois dernier une provision de 200 millions de dollars en aide sécuritaire défensive supplémentaire à nos partenaires ukrainiens", a indiqué un haut responsable américain lors d'une visite à Kiev du secrétaire d’État Antony Blinken.

"Comme nous l'avons dit, nous sommes attachés à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine et continuerons à fournir à l'Ukraine le soutien dont elle a besoin", a déclaré ce responsable s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Il n'a pas dévoilé la nature de cette aide.

Tensions Russie-Ukraine: Washington n'exclut aucune option
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00


Washington avait fourni pour 450 millions de dollars d'aide militaire à Kiev avant les mouvements de troupes russes à la frontière ukrainienne à la fin de l'année dernière.

M. Biden a approuvé le nouveau financement, qui avait été précédemment rapporté par les médias mais n'a pas été jusqu'à présente confirmé publiquement, dans le cadre d'une action d'urgence pour les nations en péril.

L'administration Biden a déclaré à plusieurs reprises qu'elle était prête à aider militairement l'Ukraine, un changement spectaculaire alors que les États-Unis s'étaient longuement inquiété de la colère de la Russie.

Le fabricant d'avions Airbus va embaucher au moins 6.000 personnes dans le monde

L'aile arrière verticale d'un Airbus A350 sur la chaîne d'assemblage final à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 23 octobre 2012.

Le redécollage après le plongeon: Airbus va embaucher au moins 6.000 personnes dans le monde en 2022 pour répondre à l'important besoin d'avions neufs après la pandémie de Covid-19 et préparer les technologies de l'avion vert.

Si le trafic aérien mondial, paralysé par la crise sanitaire, mettra encore de longs mois avant de retrouver son niveau de 2019, Airbus n'a pas attendu pour entamer une forte remontée en cadence de sa production: les compagnies aériennes vont devoir renouveler leurs flottes par des avions consommant moins de carburant, donc émettant moins de CO2, et les accroître pour faire face à la forte croissance attendue du trafic aérien à terme.

Pour accompagner cette remontée en cadence de la production des avions commerciaux, mais aussi répondre aux besoins en avions militaires, hélicoptères et satellites, "la société annonce son intention de commencer l'année 2022 avec un plan de recrutement d'environ 6.000 personnes dans le monde entier, dans l'ensemble du groupe", affirme Airbus dans un communiqué.

Dans l'immédiat, Airbus ne précise pas s'il s'agit d'embauches nettes, ni le nombre de recrutements par pays.

"Après cette première vague, (...) le nombre de recrutements externes sera réévalué d'ici le milieu de l'année 2022 et nous ajusterons nos besoins en conséquence", ajoute le directeur des ressources humaines du groupe, Thierry Baril, cité dans le communiqué.

C'est une "très bonne nouvelle", a salué Françoise Vallin, coordinatrice du syndicat CFE-CGC au sein du groupe. "Après les plans sociaux, ces recrutements étaient nécessaires pour correspondre au pic de charge" attendu, a-t-elle expliqué à l'AFP.

Dès le début de la pandémie, Airbus avait réduit ses cadences de production et annoncé 15.000 suppressions de postes, dont 5.000 en France et 5.100 en Allemagne, principaux pays d'implantation de l'avionneur.

Le chiffre avait finalement été revu à la baisse à la faveur notamment des aides publiques comme les dispositifs de chômage partiel par les Etats. Au final, le nombre de salariés du groupe est passé de 135.000 fin 2019 à 126.000 au 30 septembre 2021, dernier chiffre disponible.

Les sous-traitants dans le sillage

Les 6.000 embauches prévues sont justifiées par les "forts signes de reprise dans l'industrie aérospatiale" après la pandémie et le besoin de "préparer l'avenir de l'aviation et de mettre en place la feuille de route pour la décarbonation" de l'aérien, selon Thierry Baril.

Un quart des recrutements prévus concernera des "nouvelles compétences" liées à la décarbonation, la transformation numérique et la cybertechnologie.

Airbus étudie notamment le développement à l'horizon 2035 d'un avion à hydrogène, un concept qui implique de revoir de fond en comble toute l'architecture de l'appareil. Dans le domaine de la défense, il est l'un des principaux industriels chargés de développer le système de combat aérien futur (Scaf), voulu par Paris, Berlin et Madrid et qui fera largement appel à des technologies numériques qu'il reste à créer.

A plus court terme, pour répondre au succès de ses avions monocouloirs A320 et A321, Airbus doit fortement augmenter ses cadences.

Il compte dès l'été 2023 produire 65 avions de la famille A320 chaque mois, plus qu'il n'en a jamais construit, alors que leur production avait chuté à 40 appareils mensuels dès le début de la pandémie. Il envisage même de monter jusqu'à 75 appareils par mois en 2025.

Mastodonte de l'industrie aéronautique mondiale, il entraîne dans son sillage des centaines de sous-traitants. Sa nouvelle filiale Airbus Atlantic (13.000 salariés), qui regroupe les activités d'assemblage de structures d'avions, prévoit 700 embauches cette année.

Le motoriste et équipementier aéronautique Safran, qui profite également des remontées en cadence prévue chez l'américain Boeing, prévoit lui 12.000 embauches, dont 3.000 en France. La crise sanitaire l'avait conduit à supprimer 20.000 postes dans le monde.

Pour la France, le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas), l'organisation professionnelle du secteur qui comptait 194.000 salariés fin 2020, estime les besoins pour 2022 à "une quinzaine de milliers d'embauches".

Tensions Russie-Ukraine: Washington n'exclut aucune option

Tensions Russie-Ukraine: Washington n'exclut aucune option
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG