Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tunisie

Le président tunisien contre la présence d'observateurs étrangers aux élections

Après des mois de blocage politique, Mais Saied, élu fin 2019, s'est arrogé les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier.

Le président tunisien Kais Saied s'est dit jeudi hostile à la présence d'observateurs étrangers aux prochains scrutins prévus en Tunisie, lors de la prestation de serment de nouveaux membres de l'Autorité électorale qu'il s'était arrogé le droit de nommer.

"Nous ne sommes pas un Etat sous occupation pour qu'on nous envoie des observateurs", a-t-il déclaré lors de cette cérémonie de prestation de serment au palais présidentiel des nouveaux membres de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie).

Après des mois de blocage politique, M. Saied, élu fin 2019, s'est arrogé les pleins pouvoirs le 25 juillet en limogeant le Premier ministre et en suspendant le Parlement dominé par le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, sa bête noire, avant de le dissoudre en mars.

Dans une feuille de route censée sortir le pays de la crise politique, M. Saied a prévu un référendum sur des amendements constitutionnels le 25 juillet, avant des législatives le 17 décembre. Il s'est par ailleurs octroyé le 22 avril le droit de nommer trois des sept membres de l'Isie, dont le président.

Dialogue national en Tunisie: certains partis exclus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Le 9 mai, M. Saied a nommé Farouk Bouasker, ancien membre de l'Isie, président de cette instance en remplacement de Nabil Baffoun, un critique de son coup de force de juillet. Les opposants de M. Saied l'accusent de vouloir mettre en place une instance électorale docile avant l'organisation du référendum et du scrutin législatif.

Les élections qui ont eu lieu en Tunisie depuis la révolution de 2011 ayant mis fin à la dictature ont été supervisées par des ONG locales et internationales.

Toutes les actualités

La centrale syndicale tunisienne rejette le dialogue proposé par le président

Le président Kais Saied lors d'un conseil pour la sécurité nationale en mars dernier.

La puissante centrale syndicale tunisienne UGTT a refusé lundi de prendre part au dialogue proposé par le président Kais Saied dans le but de fonder une "nouvelle République", après qu'il ait pris les pleins pouvoirs en juillet 2021.

M. Saied a nommé vendredi un juriste proche de lui à la tête d'une commission chargée d'élaborer une Constitution pour "une nouvelle République" à travers un "dialogue national" dont les partis politiques sont exclus.

Selon un décret présidentiel, cette commission présentera "un projet de Constitution" au président, après des consultations avec les syndicats l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) et l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (UTAP), mais aussi avec l'organisation patronale UTICA, les ONG Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH) et l'Union nationale de la Femme tunisienne (UNFT).

Mais à l'issue d'une réunion de son instance dirigeante lundi sous la présidence de son secrétaire général Noureddine Taboubi, l'UGTT a infligé un camouflet au président Saied en annonçant qu'elle boycotterait le dialogue proposé.

L'UGTT "ne participera pas au dialogue national sous le format proposé par le président Kais Saied qui n'a pas fait l'objet de consultations préalables et ne répond pas aux attentes des forces nationales pour mettre en place un processus patriotique permettant de sortir de la crise", a déclaré le syndicat dans un communiqué.

Acteur influent sur la scène politique en Tunisie, l'UGTT fait avec l'UTICA, la LTDH et l'Ordre national des avocats du Quartette des lauréats en 2015 du Prix Nobel de la Paix pour sa contribution à la transition démocratique en Tunisie, berceau du Printemps arabe où la démocratie semble vaciller depuis le coup de force de M. Saied en juillet.

Trois migrants morts et dix portés disparus au large de la Tunisie

Début mai, les autorités tunisiennes avaient annoncé avoir retrouvé les corps de 24 migrants morts noyés après le naufrage de leurs embarcations au large des côtes de Sfax. (photo d'archives)

Après le naufrage de leur embarcation de fortune au large des côtes de la Tunisie, trois migrants ont péri et dix autres sont portés disparus, a-t-on appris vendredi auprès de la garde nationale. Selon la même source, 44 autres migrants ont été secourus.

Partie des côtes de Sfax, l'embarcation avec à bord plus de 50 migrants, tous de nationalité tunisienne, qui tentaient de rallier clandestinement l'Europe, a coulé au large de cette ville portuaire, a précisé Houcem Eddine Jebabli, porte-parole de la garde nationale, la gendarmerie tunisienne.

La ville de Sfax est l'un des principaux points de départ des migrants tunisiens et étrangers, notamment d'Afrique subsaharienne, vers les côtes italiennes. A l'approche de l'été, le rythme des départs clandestins s'accélère et de nombreux migrants meurent noyés.

Début mai, les autorités tunisiennes avaient annoncé avoir retrouvé les corps de 24 migrants morts noyés après le naufrage de leurs embarcations au large des côtes de Sfax. Entre le 22 et le 30 avril, quatre embarcations avaient chaviré au large des côtes de cette même ville, provoquant la noyade des migrants repêchés les jours suivants, tandis que 97 personnes avaient pu être secourues.

L'Italie est l'un des principaux points d'entrée en Europe pour les migrants en provenance d'Afrique du Nord, qui arrivent principalement de Tunisie et de Libye, deux pays d'où les départs ont considérablement augmenté en 2021. Cette année là, 15.671 migrants dont 584 femmes ont réussi à atteindre le sol italien depuis les côtes tunisiennes contre 12.883 (dont 353 femmes) en 2020, selon le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES).

Au total, plus de 123.000 migrants ont débarqué en Italie en 2021, contre quelque 95.000 l'année précédente, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Près de 2.000 migrants ont été portés disparus ou sont morts noyés en Méditerranée la même année contre 1.401 en 2020, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Le pélerinage juif de Djerba marque son retour en Tunisie

Le pélerinage juif de Djerba marque son retour en Tunisie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:20 0:00

Des pèlerins juifs ont afflué à la synagogue de la Ghriba, sur l'île de Djerba, pour un événement-phare de la période touristique en Tunisie, après deux ans d'interruption en raison de la pandémie de Covid-19.

Reprise du pèlerinage juif à Djerba après deux ans d'interruption

Des juifs lors du pèlerinage annuel de Ghriba, sur l'île tunisienne de Djerba, le 2 mai 2018.

Bougies et processions. Des centaines de pèlerins juifs ont afflué mercredi à la synagogue de la Ghriba, sur l'île de Djerba, pour un évènement-phare de la saison touristique en Tunisie, après deux ans d'interruption en raison de l'épidémie.

Les premiers visiteurs sont arrivés dans la matinée et ont franchi des portiques de sécurité sous forte garde policière dans ce lieu frappé il y a 20 ans par un attentat suicide ayant fait 21 morts.

A l'intérieur, les pèlerins allument des bougies avant d'entrer dans une petite grotte où se trouverait selon la tradition une pierre du premier temple de Jérusalem. Ensuite, ils échangent des fruits secs et confiseries autour d'une prière prononcée par le rabbin de la synagogue.

Beaucoup de pèlerins immortalisent avec des photos et des vidéos leur visite dans cette synagogue aux colonnes peintes en blanc et bleu, dont la construction remonterait au 6e siècle avant JC.

Le pèlerinage de la Ghriba rassemblait certaines années jusqu'à 8.000 personnes sur deux jours dans cette synagogue, l'une des plus anciennes et plus importantes pour les Juifs originaires d'Afrique du Nord.

Le pèlerinage juif de la Ghriba, la plus ancienne synagogue d'Afrique, attire les touristes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:46 0:00

"Mon père est djerbien et c'était pour lui très important. J'ai gardé ce souvenir, je venais quand j'étais jeune", raconte à l'AFP Solange Azzouz, 75 ans, née à Tunis et qui vit depuis 58 ans à Marseille.

La Tunisie comptait avant l'indépendance en 1956 plus de 100.000 juifs, une communauté tombée à environ un millier de membres.

En habit de fête avec sa chemise de soie et son collier de perles, Mme Azzouz attend à l'extérieur sous un soleil brûlant. "En vieillissant, je commence à apprécier le pèlerinage, l'ambiance. J'ai même un peu de famille ici", confie la septuagénaire, pour laquelle cet évènement est "un porte-bonheur".

Le pèlerinage consiste aussi à suivre en procession une grande menorah, le candélabre juif, montée sur trois roues et décorée par des tissus colorés.

Né au Maroc, Adi Wizman Nicodeme, 74 ans, vient pour la première fois à l'invitation d'un ami. Citoyen israélien vivant à Paris, il est venu pour "connaître l'endroit" et au nom de sa foi. "Tous mes amis m'en ont parlé ainsi que mes élèves", confie à l'AFP ce professeur de judaïsme et d'hébreu.

"Je sens quelque chose, c'est très fort pour moi", ajoute-t-il.

Voir plus

XS
SM
MD
LG