Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Madagascar

Le nouveau président Rajoelina a prêté serment

Le président nouvellement élu de Madagascar, Andry Rajoelina, fait signe à sa voiture à Analakely, à Madagascar, le 8 janvier 2019.

Le président malgache élu le mois dernier, Andry Rajoelina, a pris ses fonctions samedi après avoir prêté serment à Antananarivo devant les neuf juges de la Haute cour constitutionnelle.

Conformément à la constitution, M. Rajoelina a juré "d'exécuter dans la vertu" sa fonction de président de la République de Madagascar et d'utiliser ses pouvoirs "pour garantir et renforcer l’unité nationale et les droits de l’homme".

"C’est une nouvelle page qui s'ouvre dans l'histoire de la nation et on espère que dans cinq ans, l’unité nationale sera plus renforcée", a déclaré pour sa part le président de la cour, Jean Éric Rakotoarisoa, durant la cérémonie qui s'est déroulée au stade municipal de Mahamasina.

Pour la première fois de l’histoire de l'île habituée des crises politiques depuis son indépendance de la France en 1960, l'investiture du président a eu lieu en présence de ses rivaux électoraux et des précédents chefs d’État Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina.

Vendredi, là aussi pour la première fois dans l’histoire du pays, une passation de pouvoir avait été effectuée entre deux présidents élus, MM. Rajaonarimampianina et Rajoelina.

"C’est historique, c’est l’illustration d’une passation de pouvoir démocratique, respect des valeurs républicaines", avait déclaré devant la presse M. Rajaonarimampianina, à la sortie du palais présidentiel.

L'élection présidentielle dont le deuxième tour s'est tenu le 19 décembre a été le théâtre d'une lutte féroce entre MM. Ravalomanana et Rajoelina.

Au pouvoir depuis 2002, le premier avait été contraint de démissionner en 2009 face à une vague de manifestations violentes fomentées par le second, à l'époque maire d'Antananarivo.

Manifestations à Madagascar
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Ce dernier avait ensuite été installé par l'armée à la tête d'une présidence de transition qu'il a quittée en 2014.

Les deux hommes avaient été interdits de candidature à la présidentielle de 2013 dans le cadre d'un accord de sortie de crise validé par la communauté internationale.

La justice malgache avait validé le 8 janvier la victoire de M. Rajoelina en rejetant sans surprise toutes les accusations de fraude de son rival Marc Ravalomanana.

Toutes les actualités

Magagascar : Randy Doni analyse le faible taux de participations aux législatives

Magagascar : Randy Doni analyse le faible taux de participations aux législatives
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Très faible participation aux législatives

Le président nouvellement élu de Madagascar, Andry Rajoelina, fait signe à sa voiture à Analakely, à Madagascar, le 8 janvier 2019.

Les Malgaches ont boudé les urnes lundi pour les élections législatives, avec un taux de participation estimé à 31%, a rapporté mardi la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

"Le taux de participation pour ces élections législatives était très faible", a déclaré le vice-président de la Céni, Thierry Rakotonarivo, lors d'une conférence de presse à Antananarivo.

"Le taux de participation dans tout le territoire en général est de 31%", a-t-il précisé, déplorant une "crise de la démocratie à Madagascar" et le "désintéressement des électeurs pour l'institution qu'est l'Assemblée nationale".

Les élections législatives étaient organisées cinq mois après le deuxième tour de la présidentielle, remportée par Andry Rajoelina devant son éternel rival Marc Ravalomanana.

Le camp du chef de l'Etat espère conforter son succès lors de ce scrutin en décrochant la majorité à l'Assemblée nationale, ce qui lui permettrait de mener les réformes promises dans ce pays très pauvre de l'océan Indien.

Madagascar a connu l'an dernier, quelques mois avant la présidentielle, une crise politique provoquée par l'adoption de lois électorales controversées.

Cette crise a débouché sur un changement du gouvernement, la tenue d'une élection présidentielle anticipée et la poursuite pour corruption de 79 députés qui ont adopté lesdites lois.

La Céni doit annoncer les résultats provisoires des législatives le 15 juin.

La forêt de Vohibola menacée de destruction

La forêt de Vohibola menacée de destruction
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Epidémie de rougeole, le pays compte ses morts

Epidémie de rougeole, le pays compte ses morts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:34 0:00

Le Parlement malgache autorise Rajoelina à légiférer par ordonnances

Le président malgache Andry Rajoelina

L'Assemblée nationale puis le Sénat malgaches ont tour à tour voté pour autoriser le nouveau président du pays Andry Rajoelina à légiférer par ordonnances jusqu'à la tenue des élections législatives prévues le 27 mai prochain.

Mardi matin, les 52 sénateurs présents ont approuvé le projet de loi déléguant provisoirement leur pouvoir de légiférer au chef de l'Etat, imitant leurs collègues députés qui l'avaient entériné vendredi par 95 voix sur 102.

Le texte a été adopté pour permettre au chef de l'Etat de prendre ses premières mesures rapidement.

Le mandat des députés s'achève officiellement ce mardi et leurs successeurs ne seront élus que le 27 mai. "Les résultats des élections législatives devraient êtres connus au plus tard le 2 juillet", a indiqué mardi devant Les sénateurs le ministre de l'Intérieur, Tinarivelo Razafimahefa.

Elu en décembre au terme d'une féroce bataille avec son rival Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina a promis de sortir la Grande île de la pauvreté extrême, de relancer l'économie et de créer des emplois, ainsi que de lutter contre la criminalité.

Entre autres mesures immédiates, il a notamment annoncé la construction d'un "pipeline" de 225 km pour amener de l'eau potable dans le sud du pays frappé par la sécheresse, dont la population souffre de malnutrition.

M. Rajoelina avait déjà dirigé le pays de 2009 à 2014.

Voir plus

XS
SM
MD
LG