Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Madagascar

L'étudiante britannique qui a sauté d'un avion à Madagascar avait subi un échec déprimant

Antananarivo, 20 octobre 2018.

L'étudiante britannique morte après avoir sauté d'un avion en vol le mois dernier au-dessus de Madagascar avait connu des difficultés dans ses recherches dans l'île et traversait une dépression, selon les enquêteurs malgaches.

"Les parents avaient eu du mal à reconnaître leur fille dans leur dernière conversation téléphonique et lui avaient demandé de prendre le même avion que Mme Ruth Johnson, une Anglaise qui séjournait dans le même hôtel qu'elle, pour retourner en Angleterre", a indiqué mercredi soir le commandant Spinola Edvin Nomenjanahary, superviseur de l'enquête sur la mort d'Alana Cutland.

"Avant le départ, le 25 juillet, en allant la chercher dans sa chambre, Mme Ruth a retrouvé Alana assise sur une chaise, avec un regard perdu dans le vide", a-t-il ajouté.

Etudiante à l'université de Cambridge, elle était sortie en plein vol de l'avion, cinq minutes après le décollage du petit aéroport d'Anjajavy. Le pilote et Mme Johnson, qui avait pris le même petit appareil, avaient tenté en vain de l'empêcher de sauter dans le vide.

Le corps de l'étudiante qui était âgée de 19 ans a été transféré jeudi à Antananarivo, deux jours après sa découverte à l'issue de deux semaines de recherches dans la forêt de Mahadrodroka, dans le nord-ouest de l'île. Sa dépouille a été transportée à la morgue de l'hôpital HJRA, le plus grand de Madagascar, en présence de la presse et du colonel D'y La Paix Ralaivaonary, commandant de la gendarmerie de la province de Majunga, où s'est produit le drame.

Sa famille avait précisé le mois dernier dans un communiqué qu'Alana devait poursuivre ses études de sciences naturelles dans le cadre d'un stage à Madagascar. Elle n'a fourni aucune explication du geste de la jeune fille qu'elle décrivait comme curieuse et enthousiaste.

Mais, selon un autre enquêteur, cette dernière était déprimée et n'aurait pas voulu rentrer. "Elle a fait des recherches sur les petits crabes et elle a fait une dépression après constat de l'échec de ses recherches", a indiqué jeudi à la presse le colonel Ralaivaonary.

"Elle a eu une déception et a accepté à contre-coeur de rentrer chez elle", a avancé l'officier. "La recherche (qu'avait entreprise Alana) devait durer six semaines. Mais en dix jours de recherches ses parents ont décidé de la ramener après constat de l'échec de la recherche", a-t-il ajouté. "Elle a sauté, personne ne l'a poussée", selon la reconstitution des faits, a-t-il conclu.

Des villageois malgaches retrouvent le corps d'une étudiante britannique qui avait sauté d'un avion

Vue de la région de Menabe, dans l'ouest de Madagascar, le 29 mars 2013.

Alana Cutland, 19 ans, était sortie en plein vol de l'avion, après le décollage de l'aéroport d'Anjajavy, dans le nord-ouest de Madagascar.

Le corps d'une étudiante britannique qui avait sauté d'un avion en vol a été retrouvé mardi, selon la gendarmerie, après deux semaines de recherche dans la forêt de Mahadrodroka, dans le nord-ouest de Madagascar.

"Les villageois ont enfin retrouvé le corps d'Alana Cutland après quinze jours de recherche", a déclaré le commandant Spinola Edvin Nomenjanahary, superviseur de l'enquête.

Etudiante à l'université de Cambridge, Alana Cutland, 19 ans, était sortie en plein vol de l'avion, cinq minutes après le décollage du petit aéroport d'Anjajavy, dans le nord-ouest de l'ile de l'océan Indien le 25 juillet.

Le pilote et une femme qui avait pris le même avion ont tenté en vain de l'empêcher de sauter dans le vide.

Sa famille avait précisé dans un communiqué qu'Alana devait effectuer un stage à Madagascar dans le cadre de ses études de sciences naturelles. Elle n'a fourni aucune explication du geste de la jeune fille décrite comme curieuse et enthousiaste.

Les villageois d'Anjajavy qui avaient commencé les recherches dès le lendemain avaient procédé lundi dernier à une cérémonie de sacrifice de zébu pour appeler leur divinité suprême, Zanahary, à les aider à retrouver le corps de l'étudiante.

La dépouille doit être transportée jeudi dans la capitale malgache Antananarivo.

CAN 2019: la Tunisie met fin au rêve de Madagascar

Le milieu de terrain malgache Ibrahim Amada (à gauche) et l'attaquant tunisien Wahbi Khazri lors du match de quart de finale de la Coupe d'Afrique des Nations au Caire le 11 juillet 2019.

Le conte de fées de Madagascar s'est arrêté en quarts. La Tunisie a battu les surprenants Zébus (3-0), jeudi au Caire, pour aller dans le dernier carré de la CAN pour la première fois depuis 2004.

Ne gagner aucun match de poule, passer le 8e de finale aux tirs au but, être apathique pendant 45 minutes face aux modestes Malgaches... les Aigles de Carthage n'ont rien survolé depuis le début du tournoi, mais les voilà en demies, face au Sénégal, dimanche.

Leur parcours tortueux contraste avec la portée historique de leur exploit: jusque-là, les Tunisiens avaient buté cinq fois en quarts en quinze ans, depuis l'année de leur unique titre, remporté à domicile. Ce succès brise la malédiction et met en route la machine à rêves.

L'équipe d'Alain Giresse a réussi sa meilleure période en Egypte au retour des vestiaires, concrétisée par des buts de Ferjani Sassi (52), Youssef Msakni (60) et Naïm Sliti (92). Une simple réaction d'orgueil, ou une vraie montée en puissance?

Ses supporters, peu nombreux au stade Al-Salam, le sauront face au Sénégal, un adversaire difficile pour la Tunisie qui a affiché le moins de certitudes dans le jeu des quatre demi-finalistes.

- Msakni-Khazri, double menace -

Le sélectionneur des Lions de la Teranga Aliou Cissé a dû prendre note des faiblesses de son futur adversaire étalées face à Madagascar. Pendant longtemps, les Maghrébins ont semblé dépendre d'un exploit individuel de Wahbi Khazri ou de leur capitaine Youssef Msakni pour débloquer la situation.

A court d'idées collectives, les Aigles de Carthage ont failli ouvrir le score sur un coup franc du Stéphanois claqué sous la barre par Melvin Adrien (31). C'est finalement un coup du sort qui les a sortis de leur torpeur: une frappe de Sassi déviée par le défenseur Thomas Fontaine, impuissant.

Sur le second but, Msakni suit bien une frappe de Khazri mal repoussée par le gardien des Zébus, pour clore l'affaire.

Ces deux actions résument bien la rencontre de Madagascar, que la réussite aura fui cette fois-ci.

Deux avions de supporters venus spécialement d'Antananarivo n'ont pas suffi, ni un bel état d'esprit: les Malgaches, qui découvraient la compétition, n'ont pas enchaîné un nouvel exploit, après avoir battu le Nigeria (2-0) puis la RD Congo en 8es (2-2 a.p, 4-2 aux t.a.b.).

Trop brouillonne, et émoussée physiquement, l'équipe de Nicolas Dupuis n'a pas été capable de porter le danger sur le but de Mouez Hassen. Mais le Petit Poucet peut quitter l'Egypte la tête haute.

Le Dijonnais Naïm Sliti a célébré le troisième but, à la conclusion d'un contre, d'un geste signifiant la fin des espoirs malgaches. Mais pour les Tunisiens, ça ne fait que commencer.

Le journal de la CAN-2019 du 11 juillet avec Yacouba Ouédraogo

Le journal de la CAN-2019 du 11 juillet avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:38 0:00

Réactions des entraîneurs de Magadascar et de la RDC

Réactions des entraîneurs de Magadascar et de la RDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG