Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mauritanie

Le nouveau président promet d'accélérer la lutte contre la pauvreté

Le président de la Mauritanie Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani

Le président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a promis des budgets supplémentaires pour lutter contre la pauvreté et une aide juridique gratuite pour les plus démunis, à l'occasion de la première fête nationale depuis son investiture début août.

Les célébrations de la fête de l'Indépendance, qui se déroulent chaque année dans une ville différente, ont eu lieu jeudi matin à Akjoujt, ville natale du prédécesseur de M. Ghazouani, Mohamed Ould Abdel Aziz.

L'absence de M. Aziz a été très remarquée, sur fond de dissensions apparentes entre les deux hommes, pourtant considérés comme proches pendant des décennies.

Un autre ancien président, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, déposé en 2008 par un putsch mené par Mohamed Ould Abdel Aziz, était en revanche présent aux cérémonies militaires pour la première fois depuis plus de 10 ans.

Une nouvelle agence nationale chargée de gérer les programmes de lutte contre la pauvreté sera mise en place "dans les tout prochains jours", a déclaré mercredi soir le président, ancien chef d'état-major des armées, dans un discours retransmis à la veille du 59e anniversaire de l'indépendance de cette ancienne colonie française.

Cette agence sera dotée d'un budget équivalent à quelque 500 millions d'euros sur cinq ans, a-t-il précisé. Le chef de l'Etat a également annoncé que les plus démunis pourront bénéficier d'une "assistance juridique gratuite" prodiguée par des avocats rémunérés par l'Etat.

La proportion des pauvres parmi les quelque quatre millions d'habitants de ce pays désertique a notablement baissé, passant de 44,5% de la population à 33% entre 2008 et 2014, dit la Banque mondiale. Mais la pauvreté persiste dans la capitale Nouakchott et certains groupes, comme les jeunes et les femmes, sont de plus en plus marginalisés, dit-elle.

L'ex-président Aziz, élu en 2009 et 2014 et qui a longtemps été soupçonné par l'opposition de vouloir briguer un troisième mandat, avait finalement décidé de céder le relais à M. Ghazouani, l'un de ses plus fidèles compagnons.

L'élection de M. Ghazouani dès le premier tour le 22 juin, bien que contestée par l'opposition, avait mené début août à la première transition entre deux présidents élus dans ce vaste pays du Sahel secoué par de nombreux coups d'Etat de 1978 à 2008.

Avant de passer la main, l'ex-président Aziz avait manifesté sa volonté de rester actif en politique en gardant le contrôle de son parti, l'Union pour la République. Mais l'essentiel des élus et des cadres de ce parti, qui dispose d'une confortable majorité à l'assemblée, ont depuis lors affirmé leur soutien au nouveau président, qui vient de se séparer des chefs de la garde présidentielle nommés par son prédécesseur.

Toutes les actualités

Plus de 60 migrants meurent dans un naufrage au large de la Mauritanie

Photo de l'OIM montrant les survivants du naufrage du 4 décembre 2019 au large des côtes mauritaniennes.

Plus de 60 migrants africains sont morts noyés au large de la Mauritanie en tentant de gagner l'Europe, dans le pire naufrage en 2019 sur la route des migrations longeant la côte Atlantique.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fait état de 62 décès, une source sécuritaire de 63 morts après que cinq corps eurent été rejetés par la mer jeudi, au lendemain du désastre. Possible présage d'un bilan plus lourd encore.

L'un des rescapés a raconté l'épreuve vécue par ce groupe, des Gambiens dans la très grande majorité, qui a passé une semaine en mer à bord de ce que les Mauritaniens ont décrit comme une embarcation de fortune.

Dia Alpha Sonoko, un jeune qui se dit Sénégalais, pays voisin de la Gambie d'où est parti le bateau, a pris la mer "pour aller chercher de quoi gagner (sa vie) pour survivre et pour aider nos parents, parce qu'il n'y a pas assez de travail là-bas dans notre pays". Il a raconté comment les passeurs les avaient laissés tomber et comment les passagers de l'embarcation ont erré en mer, avant le naufrage.

"On était 195 personnes sur le navire, il n'y a que 81 personnes qui ont survécu, tous les autres sont dans la mer", a-t-il dit.

Près de 25.000 personnes sont mortes depuis janvier 2014 en tentant de rejoindre l'Europe pour un mélange de raisons économiques, sociales ou politiques, a indiqué l'OIM. La grande majorité (19.154) ont péri en Méditerranée sur les principales routes d'accès au continent européen. Mais plus de 480 ont aussi perdu la vie sur la route d'Afrique de l'Ouest, dont environ 160 en 2019.

Le naufrage survenu mercredi est le plus meurtrier cette année sur cette route, selon l'OIM.

Le groupe, parmi lequel des femmes et surtout des jeunes de 20 à 30 ans, s'était embarqué le 27 novembre en Gambie, à bord d'une pirogue à moteur, selon les informations concordantes de l'OIM et des autorités mauritaniennes.

Destination: les Canaries, archipel espagnol au large du Maroc et porte d'entrée potentielle en Europe.

"Ils n'avaient plus d'essence, ils ont voulu se rapprocher de la Mauritanie et ont heurté un rocher", a relaté la porte-parole de l'OIM pour l'Afrique de l'Ouest, Florence Kim.

- Anonymes -

L'embarcation "a commencé à prendre l'eau. Ils n'étaient pas très loin du rivage, mais une forte houle les a empêchés d'atteindre la côte en bateau", a dit une source sécuritaire mauritanienne.

Ils ont quitté l'embarcation à la nage. Quatre-vingt-trois naufragés, dont dix mineurs, sont parvenus à rejoindre le rivage selon l'OIM. Mais des dizaines d'autres ont péri.

Les victimes ont été enterrées près de Nouadhibou dans la nuit, sans attendre, selon les prescriptions musulmanes, et sans être identifiées, selon la porte-parole de l'OIM.

Les rescapés ont été pris en charge à Nouadhibou, place portuaire et deuxième ville de Mauritanie.

Parmi les rares images en provenance de la région éloignée, proche du Sahara occidental, des photos montrent les survivants éprouvés, assis sur des nattes sous des couvertures à l'abri du soleil, et recevant la visite de responsables mauritaniens.

Les rescapés ont été recueillis "suivant les règles d'hospitalité qu'exigent la solidarité humaine, la fraternité et l'hospitalité africaines", a dit le ministère mauritanien de l'Intérieur.

"Cette situation rappelle, s'il en est besoin, la tragédie que cause le phénomène de l'immigration clandestine, qui décime la jeunesse africaine".

- Pays de départ -

Parmi les voies de migration pour gagner l'Europe, la route de l'Afrique de l'Ouest, par mer ou par terre, fut l'un des itinéraires privilégiés, emprunté par des dizaines de milliers de migrants au milieu des années 2000. Par la mer, des sortes de bateaux taxis collectent les migrants dans les ports au départ du golfe de Guinée.

Les Canaries (Espagne), à une centaine de kilomètres des côtes marocaines, offraient l'une des principales portes d'entrée à l'Union européenne.

Les mesures prises par l'Espagne ont réduit le flux, au point qu'un centre pour les migrations à Nouadhibou a été fermé. Au même moment, les migrants empruntaient en nombre les trajets méditerranéens vers l'Espagne, la Grèce ou l'Italie.

Mais la route occidentale connaît un relatif regain depuis environ deux ans, en raison des mesures prises contre la migration transitant par la Libye, indique Florence Kim.

La Gambie est, en proportion de sa population d'environ deux millions d'habitants, l'un des pays qui connaissent le plus de départs, pour une combinaison de raisons, et pas seulement économiques malgré la pauvreté du pays, dit la porte-parole. Elle évoque l'absence de foi dans l'avenir, ou la pression familiale intense comme au Sénégal voisin.

Plus de 60 migrants meurent dans le naufrage de leur bateau au large de la Mauritanie

Quelques personnes devant une ancienne école appelée par les locaux "Guantanamito", transformée en 2006 en centre de détention pour immigrants clandestins dans la ville portuaire de Nouadhibou, Mauritanie, 9 octobre 2008.

Plus de 60 migrants africains sont morts noyés au large de la Mauritanie en tentant de gagner l'Europe, dans le pire naufrage en 2019 sur la route des migrations longeant la côte Atlantique.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fait état de 62 décès, une source sécuritaire de 63 morts après que cinq corps eurent été rejetés par la mer jeudi, au lendemain du désastre. Possible présage d'un bilan plus lourd encore.

L'un des rescapés a raconté l'épreuve vécue par ce groupe, des Gambiens dans la très grande majorité, qui a passé une semaine en mer à bord de ce que les Mauritaniens ont décrit comme une embarcation de fortune.

Dia Alpha Sonoko, un jeune qui se dit Sénégalais, pays voisin de la Gambie d'où est parti le bateau, a pris la mer "pour aller chercher de quoi gagner (sa vie) pour survivre et pour aider nos parents, parce qu'il n'y a pas assez de travail là-bas dans notre pays". Il a raconté comment les passeurs les avaient laissés tomber et comment les passagers de l'embarcation ont erré en mer, avant le naufrage.

"On était 195 personnes sur le navire, il n'y a que 81 personnes qui ont survécu, tous les autres sont dans la mer", a-t-il dit.

Près de 25.000 personnes sont mortes depuis janvier 2014 en tentant de rejoindre l'Europe pour un mélange de raisons économiques, sociales ou politiques, a indiqué l'OIM. La grande majorité (19.154) ont péri en Méditerranée sur les principales routes d'accès au continent européen. Mais plus de 480 ont aussi perdu la vie sur la route d'Afrique de l'Ouest, dont environ 160 en 2019.

Le naufrage survenu mercredi est le plus meurtrier cette année sur cette route, selon l'OIM.

Le groupe, parmi lequel des femmes et surtout des jeunes de 20 à 30 ans, s'était embarqué le 27 novembre en Gambie, à bord d'une pirogue à moteur, selon les informations concordantes de l'OIM et des autorités mauritaniennes.

Destination: les Canaries, archipel espagnol au large du Maroc et porte d'entrée potentielle en Europe.

"Ils n'avaient plus d'essence, ils ont voulu se rapprocher de la Mauritanie et ont heurté un rocher", a relaté la porte-parole de l'OIM pour l'Afrique de l'Ouest, Florence Kim.

- Anonymes -

L'embarcation "a commencé à prendre l'eau. Ils n'étaient pas très loin du rivage, mais une forte houle les a empêchés d'atteindre la côte en bateau", a dit une source sécuritaire mauritanienne.

Ils ont quitté l'embarcation à la nage. Quatre-vingt-trois naufragés, dont dix mineurs, sont parvenus à rejoindre le rivage selon l'OIM. Mais des dizaines d'autres ont péri.

Les victimes ont été enterrées près de Nouadhibou dans la nuit, sans attendre, selon les prescriptions musulmanes, et sans être identifiées, selon la porte-parole de l'OIM.

Les rescapés ont été pris en charge à Nouadhibou, place portuaire et deuxième ville de Mauritanie.

Parmi les rares images en provenance de la région éloignée, proche du Sahara occidental, des photos montrent les survivants éprouvés, assis sur des nattes sous des couvertures à l'abri du soleil, et recevant la visite de responsables mauritaniens.

Les rescapés ont été recueillis "suivant les règles d'hospitalité qu'exigent la solidarité humaine, la fraternité et l'hospitalité africaines", a dit le ministère mauritanien de l'Intérieur.

"Cette situation rappelle, s'il en est besoin, la tragédie que cause le phénomène de l'immigration clandestine, qui décime la jeunesse africaine".

- Pays de départ -

Parmi les voies de migration pour gagner l'Europe, la route de l'Afrique de l'Ouest, par mer ou par terre, fut l'un des itinéraires privilégiés, emprunté par des dizaines de milliers de migrants au milieu des années 2000. Par la mer, des sortes de bateaux taxis collectent les migrants dans les ports au départ du golfe de Guinée.

Les Canaries (Espagne), à une centaine de kilomètres des côtes marocaines, offraient l'une des principales portes d'entrée à l'Union européenne.

Les mesures prises par l'Espagne ont réduit le flux, au point qu'un centre pour les migrations à Nouadhibou a été fermé, rapporte un correspondant de l'AFP. Au même moment, les migrants empruntaient en nombre les trajets méditerranéens vers l'Espagne, la Grèce ou l'Italie.

Mais la route occidentale connaît un relatif regain depuis environ deux ans, en raison des mesures prises contre la migration transitant par la Libye, indique Florence Kim.

La Gambie est, en proportion de sa population d'environ deux millions d'habitants, l'un des pays qui connaissent le plus de départs, pour une combinaison de raisons, et pas seulement économiques malgré la pauvreté du pays, dit la porte-parole. Elle évoque l'absence de foi dans l'avenir, ou la pression familiale intense comme au Sénégal voisin.

Les Mauriciens appelés aux urnes

Les Mauriciens appelés aux urnes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:45 0:00

Sahara occidental : le chef de l'ONU espère le maintien d'une "dynamique" politique

Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, le 13 janvier 2018 à Bogotá. (AP Photo / Fernando Vergara, Archives)

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, espère dans un rapport mercredi voir maintenir la "dynamique" politique engagée l'an dernier pour une solution au conflit du Sahara occidental, en dépit de l'absence d'un envoyé spécial sur ce dossier depuis quatre mois.

L'ex-émissaire de l'ONU Horst Köhler, démissionnaire en mai pour raison de santé, "a pu rétablir une dynamique et un élan pour le processus politique, via des tables rondes ayant réuni le Maroc, le Front Polisario, l'Algérie et la Mauritanie", souligne Antonio Guterres dans ce document remis au Conseil de sécurité.

Après une longue interruption du dialogue, deux tables rondes ont réuni en Suisse en décembre et mars les parties sans cependant aboutir à une percée significative.

"Il est essentiel que cet élan ne soit pas perdu", ajoute le chef de l'ONU, toujours en quête d'un successeur à Horst Köhler quatre mois après son départ.

Pour plusieurs diplomates, trouver le bon profil n'est pas évident. "Il faut quelqu'un d'un bon niveau qui accepte de se mettre dans ce truc là", soupire l'un d'eux en allusion à un conflit qui semble sans fin.

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental a été le théâtre d'un conflit jusqu'en 1991 entre le Maroc, qui a annexé le territoire en 1975, et le Front Polisario, qui réclame l'indépendance de cette étendue désertique de 266.000 km2 dans une région riche en phosphates et bordée d'eaux poissonneuses.

Un cessez-le-feu signé en septembre 1991 sous l'égide de l'ONU prévoyait un référendum d'autodétermination dans les six mois, sans cesse repoussé depuis en raison d'un différend entre Rabat et le Polisario sur la composition du corps électoral et le statut du territoire.

L'ONU maintient sur place une force de quelque 240 Casques bleus (Minurso) chargés de contrôler, notamment par des patrouilles aériennes et terrestres, le respect du cessez-le-feu.

Sur la période considérée, entre avril et septembre, "la situation sur le terrain au Sahara occidental est restée relativement calme en dépit de certaines incertitudes (...) et le cessez-le-feu entre les parties a été respecté", note le secrétaire général.

La Minurso a modifié son mode opérationnel, précise-t-il. Sa zone d'intervention a été divisée en trois secteurs dotés chacuns d'un hélicoptère. Grâce à l'Union européenne, elle a accès à de l'imagerie géospatiale et à de l'analyse pour être "plus vite alertée en cas de violations ou de menaces à l'égard du cessez-le-feu".

Un mécanisme pour des réunions militaires mensuelles à différents échelons a aussi été créé mais sa mise en oeuvre bute sur des divergences sur le lieu où doivent se tenir ces rencontres. "Un manque de confiance continue de dominer entre les parties", regrette Antonio Guterres.

Le Conseil de sécurité de l'ONU est appelé à renouveler en octobre le mandat de la Minurso.

Voir plus

XS
SM
MD
LG