Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Le Niger en deuil rend hommage à ses soldats tués à Inates

Le président Mahamadou Issoufou s'incline devant les dépouilles des militaires nigériens d'Inates

Plongé dans un deuil de trois jours, le Niger a rendu hommage vendredi aux 71 soldats tués à Inates dans la pire attaque djihadiste de son histoire, lors d'une cérémonie solennelle de levée des corps et avec des prières dans les mosquées.

"J'ai décidé de venir pour témoigner de la reconnaissance de la patrie inconsolable mais nullement vaincue à ces hommes (...), nos héros, nos martyrs", a déclaré le président Mahamadou Issoufou sur le tarmac de la base aérienne 101 de Niamey, devant les sacs mortuaires recouverts du drapeau du Niger, en présence des familles des victimes.

"Votre mort est glorieuse (...). Vous avez consenti le sacrifice de vos vies pour protéger le Niger de la barbarie de ceux qui tels des vampires n'aspirent qu'à s'abreuver de sang, de ceux qui détruisent non seulement des vies mais notre religion", a souligné le président.

"Jamais l'islam n'a connu d'arme de destruction aussi massive et aussi redoutable que le terrorisme. L'islam se détruit de l'intérieur au nom de l'islam", a-t-il poursuivi

Alors que les opinions publiques des pays du Sahel contestent depuis plusieurs mois la présence militaire française dans la région, Mahamadou Issoufou a promis "de renforcer encore plus nos alliances et la coordination de nos forces pour lutter ensemble contre les ennemis de la liberté, contre l'ignorance et l'obscurantisme".

Le chef de l'Etat a décoré de la Croix de la vaillance chacun des soldats, qui seront enterrés au "Carré des Martyrs", sur la base.

Sous un hangar, sur les lieux de la cérémonie funèbre, environ 200 personnes, des épouses, des enfants et des proches étaient assis, les yeux rougis.

Durant la cérémonie, une femme a éclaté en sanglots. "C'est mon mari qui est mort, je n'ai plus envie de vivre", a confié une autre femme à un journaliste l'AFP.

- "Chaque famille a perdu un proche" -

Les enfants du commandant du camp d'Inates, le lieutenant-colonel Hassane Inoutab, qui fait partie des victimes, pleuraient à chaudes larmes. Le président les a consolés personnellement.

Les fidèles ont afflué dans les mosquées à l'occasion de la prière hebdomadaire.

"En plus de la prière habituelle de vendredi, nous avons fait une prière supplémentaire pour le repos de l'âme des soldats. Il y avait un peu plus de monde que d'habitude: deux soldats du quartier figurent parmi les morts", a affirmé Moumouni Harouna, un habitant du quartier Lazaret de Niamey, en bonnet et jellaba blancs.

"Le frère d'un des soldats morts nous racontait généralement des blagues après la prière... Aujourd'hui il était très silencieux. Il est profondément affecté", a-t-il ajouté.

"Après et avant la prière, les gens étaient moins bruyants que d'habitude. Chaque famille nigérienne a perdu un proche dans l'attaque", a assuré Salissou Abdou, un tailleur de Bandabari, près de la Grande mosquée de la capitale.

Certaines institutions ou entreprises ont suspendu le travail à 10 heures pour des prières collectives. "Nous avons fermé les guichets pour prier dans le hall et des clients se sont même joints à nous", a indiqué Issa Ousmane, un employé bancaire.

Le gouvernement a annulé toutes les festivités du 61e anniversaire de la république du Niger, prévues le 18 décembre à Tillabéri, dans l'ouest du pays, où la localité d'Inates est située.

- Assauts de plus en plus audacieux -

La plupart des médias publics et privés ont diffusé des chants religieux et des prêches musulmans appelant "à la tolérance et à la paix".

Mardi, une attaque de grande ampleur contre le camp militaire d'Inates dans l'Ouest, tout proche de la frontière malienne, a fait 71 morts et des disparus.

Elle a été revendiquée par l'Etat islamique et est la plus meurtrière depuis le regain des attaques djihadistes en 2015 au Niger, pays pauvre mais disposant d'importantes ressources en uranium.

Tout le Sahel - en particulier le Mali, le Niger et le Burkina -, est désormais visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste Barkhane.

Le Mali a été frappé dernièrement par une série d'assauts sanglants: plus de 140 soldats ont été tués, cet automne provoquant un véritable traumatisme dans ce pays. Le Burkina avait perdu 24 militaires en août, dans un assaut contre la base de Koutougou, également près de la frontière malienne.

Après des attaques de guérilla du type "hit and run" (on frappe et on s'enfuit), les groupes djihadistes n'hésitent plus à attaquer de front des postes militaires.

L'assaut contre le camp d'Inates a été mené par "plusieurs centaines" de combattants "lourdement armés" selon le ministère de la Défense nigérien, qui a évoqué des combats d'une "rare violence".

Toutes les actualités

Plus de 5500 déplacés dans la région de Tillabéry

Plus de 5500 déplacés dans la région de Tillabéry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Enrôlement d'électeurs suspendu dans des localités de l'Ouest

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) du Niger a annoncé mardi avoir suspendu ses opérations d'enrôlement d'électeurs dans plusieurs communes dans l'ouest du pays, proches du Mali et du Burkina pour des raisons sécuritaires.

"En raison de circonstances sécuritaires particulières en cours dans la région de Tillabéri, les opérations d'enrôlement sont suspendues dans les communes suivantes: Abala, Tondikiwindi, Makalondi, Torodi, Gouroual, Diagourou, Inates et Banibangou", précise un communiqué de la Céni publié sur son site.

Les opérations de recensement sont également "suspendues" à Tillia, une commune de la région de Tahoua, voisine de Tillabéri, indique la Céni dans un second communiqué.

"Les opérations d'enrôlement reprendront dès que les circonstances le permettent", assure la Commission qui va retirer ses agents de ces zones.

Ces deux régions sont de vastes zones instables et théâtres d'attaques récurrentes et de plus en plus meurtrières des groupes djihadistes. Selon le bilan officiel, 174 soldats ont été tués dans trois attaques dans ce secteur en janvier et décembre: à Chinégodar (89 morts le 8 janvier), Inates (71 morts, 10 décembre), Sanam (14 morts, 24 décembre). Les trois attaques ont été revendiquées par le groupe Etat islamique. Selon les autorités, l'attaque de Sanam (département d'Abala) a visé un convoi militaire escortant des équipes chargées de l'enrôlement électoral.

Plus de 7.000 personnes ont fui la zone en raison de l'insécurité, selon le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Une première phase du recensement des électeurs a été lancée dans plusieurs régions, dont Tillabéri et Tahoua. Avec au total plus de 7 millions d'habitants, Tillabéri et Tahoua constituent d'importants réservoirs d'électeurs.

Le premier tour de la présidentielle au Niger, couplé aux législatives, est fixé au 27 décembre 2020. Des élections municipales et régionales doivent se tenir le 1er novembre, selon le programme de la Céni.

Tout le Sahel - en particulier le Mali, le Niger et le Burkina - est visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste Barkhane. Selon l'ONU, les attaques djihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ont fait 4.000 morts en 2019.

De nouvelles mesures sécuritaires antijihadistes dans l'Ouest

L'ouverture de la 35eme session du comité exécutif de l'Union Africaine

Les autorités nigériennes ont adopté de nouvelles mesures sécuritaires, comme l'interdiction de circulation pour les motos ou la fermeture de marchés, pour tenter d'enrayer les attaques djihadistes dans le Tillabéri (à la frontière malienne) où 174 soldats ont été tués en décembre et janvier.

"Nous avons pris de nouvelles mesures et nous avons durci celles qui existaient et qui semblent avoir eu des effets limités face aux attaques terroristes", a expliqué lundi à l'AFP un responsable municipal de Tillabéri.

"La circulation à moto est désormais interdite de jour comme de nuit. Nous avons décidé de fermer certains marchés qui alimentent les terroristes en carburant et en céréales", avait annoncé à la presse en fin de semaine Tidjani Ibrahim Katiella, le gouverneur de Tillabéri.

Ce durcissement des mesures sécuritaires doit "permettre de contrôler la circulation des terroristes", avait-il ajouté.

Une des mesures nouvelles est la limitation des quantités d'essence que chacun a le droit d'acheter.

"Nous avons constaté que des usagers viennent remplir des bidons pour les envoyer (...) aux frontières (du Mali et du Burkina Faso)". Un usager n'aura désormais droit qu'à "20 litres de carburant par jour" dans les stations-service.

Ces nouvelles mesures ont entraîné des protestations parfois violentes des habitants.

Située près de la frontière malienne mais aussi burkinabè, la région de Tillabéri est une vaste zone instable de près de 100.000 km2 où cohabitent les ethnies djerma, peul, touareg et haoussa.

Les groupes djihadistes qui y opèrent "se ravitaillent en vivres et carburant sur les marchés locaux", où sont également "tapis leurs informateurs", a confié à l'AFP une source sécuritaire.

Selon le bilan officiel, 174 soldats ont été tués dans trois attaques dans ce secteur en janvier et décembre: à Chinégodar (89 morts le 8 janvier), Inates (71 morts, 10 décembre), Sanam (14 morts, 24 décembre). Les trois attaques ont été revendiquées par le groupe Etat islamique.

Lors d'un sommet le 13 janvier à Pau, le président français Emmanuel Macron et ses homologues du G5 Sahel - Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad - ont décidé de davantage coordonner leur action militaire en la concentrant sur cette zone des trois frontières (Niger, Burkina Faso et Mali) et en visant en priorité l'EIGS (Etat islamique au Grand Sahara).

Tout le Sahel - en particulier le Mali, le Niger et le Burkina - est visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste Barkhane.

Selon l'ONU, les attaques djihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ont fait 4.000 morts en 2019.

L'opposition demande le départ du président Issoufou

L'opposition demande le départ du président Issoufou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

Attaque de Chinégodar: 7.000 personnes ont fui la zone (HCR)

Un employé de MSF (Médecins sans frontières) examine des enfants souffrant de malnutrition dans un camp de réfugiés maliens situé à Chinegodar, dans l'ouest du Niger, près de la frontière malienne, le 4 février 2012.

Près de 7.000 personnes ont fui la zone de Chinégodar (ouest du Niger) après l'attaque du 9 janvier qui a tué 89 soldats, une des plus meurtrières de l'histoire du pays, a annoncé samedi le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) dans un communiqué.

"Près de 7,000 personnes, dont un millier de réfugiés, ont fui l'insécurité et la violence, après la récente attaque contre la ville de Chinégodar, à une vingtaine de kilomètres de la frontière avec le Mali", selon le texte.

"Les témoignages recueillis mentionnent des populations civiles craignant pour leur vie, après un ultimatum de la part des groupes armés", selon le HCR. "Elles sont cibles d'attaques, d'enlèvements ou d'assassinats, tandis que leurs biens sont appropriés par ces groupes."

"Dans leur fuite, réfugiés et déplacés n'ont pu prendre que ce qu'ils portaient sur eux, laissant derrière eux leurs maisons et leurs biens.", selon le texte.

"Au Niger, environ 5.000 personnes ont fui vers les villes de Banibangou et Oualam, où 7.326 Maliens sont déjà refugiés. Au Mali, près d'un millier de réfugiés nigériens, y compris des enfants non accompagnés, ont traversé la frontière et se trouvent désormais dans la ville d'Andéraboukane (...) dans la région de Ménaka qui accueille déjà 1.024 réfugiés nigériens depuis 2018", souligne le HCR.

Depuis 2018, l'ONU indique que l'insécurité persistante est un obstacle à l'acheminement de l'assistance d'urgence aux dizaines de milliers de déplacés de la région de Tillabéri. En octobre 2019, le HCR a compté 56.815 réfugiés maliens, 2.190 burkinabè et 78.044 déplacés internes dans les régions de Tillabéri et Tahoua (ouest), victimes d'attaques des groupes jihadistes sahéliens.

L'attaque de Chinégodar revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), a coûté la vie à 89 soldats. C'est une de spires attaques de l'histoire du pays. En 2015, un raid Boko Haram sur l'île de Karamga, située sur le lac Tchad, avait coûté la vie à 46 soldats et 28 civils avec 32 disparus, selon le ministère nigérien de l'Intérieur)

L'attaque de Chinégodar est survenue un mois après celle d'Inates, dans la même région de Tillabéri, frontalière du Mali, qui avait coûté la vie à 71 soldats et traumatisé le pays. Le 25 décembre, une attaque à Sanam, également dans la même région de Tillaberi, a coûté la vie à 14 soldats nigériens.

Les trois attaques ont été revendiquées par l'EI. Le modus operandi des trois attaques est le même avec l'utilisation de motos et véhicules transportant des combattants armés puis une fuite vers le Mali.

Le président nigérien Mahamadou Issoufou a limogé le chef d'état-major des armées et le chef d'état-major de l'armée de terre après ces attaques.

Tout le Sahel - en particulier le Mali, le Niger et le Burkina - est visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste Barkhane.

Selon l'ONU, les attaques jihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ont fait 4.000 morts en 2019.

Voir plus

XS
SM
MD
LG