Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le gouvernement et les ninjas s’engagent à ramener la paix dans le Pool


La commission mixte de l'accord de paix dans le Pool, au Congo-Brazzaville, le 17 janvier 2018. (VOA/Ngouela Ngoussou)

Au Congo-Brazzaville, les négociateurs de la paix dans le Pool ont appelé le gouvernement à lever les poursuites contre le pasteur Ntumi, chef de la rébellion ninja qui sévit dans cette région depuis avril 2016. Ces négociateurs ont par ailleurs demandé à Ntumi de participer pleinement au retour de la paix dans cette région.

Cette première phase de négociations directes entre le gouvernement et les éléments du pasteur Ntumi a consisté à baliser le chemin pour la mise en œuvre de l’accord de paix signé en décembre 2017.

Mais déjà, les 34 négociateurs ont souligné la nécessité de lever les poursuites contre le pasteur Ntumi. Un extrait du communiqué publié à l’issue des travaux le recommande clairement.

Reportage de Ngouela Ngoussou, correspondant à Brazzaville pour VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:34 0:00

"La commission ad’hoc mixte paritaire recommande la sortie du pasteur Ntumi et qu’il soit libre de ses mouvements", indique le communiqué.

>> Lire aussi : Une commission gouvernement-ninjas travaille sur l’accord de paix signé dans le Pool

Dans le camp de Ntumi, on note une réelle satisfaction de ce premier point marqué.​

Pour Jean Gustave Ntondo, représentant personnel du pasteur Ntumi à ces discussions : "nous sommes satisfaits de cette première étape. Nous avons demandé que tous les droits et libertés du pasteur Ntumi lui soient restitués".

L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) attire l’attention de l’opinion nationale pour que les crimes commis pendant cette crise du Pool ne restent pas impunis.

Trésor Nzila Kendet de l'OCDH dénonce l'impunité des crimes commis dans le Pool, au Congo-Brazzaville, le 18 mai 2017.
Trésor Nzila Kendet de l'OCDH dénonce l'impunité des crimes commis dans le Pool, au Congo-Brazzaville, le 18 mai 2017.

​Trésor Nzila Kendet, son directeur exécutif, souligne que "la paix est une bonne chose. Mais cet accord ne peut pas être durable s’il consacre l’impunité. Déjà, l’accord lui-même a un contenu pauvre qui ferme les yeux sur toutes les exactions commises dans le Pool".

Il faut par ailleurs des moyens financiers pour débuter la mise en œuvre de cet accord. Pour le colonel Pierre Mbongo, négociateur côté gouvernement, le chemin qui reste à parcourir est déjà connu.

"Il reste maintenant à définir toute les conditionnalités de mise en œuvre effective, notamment du ramassage des armes de guerre, du retour dans leur environnement familial de tous les ex-combattants, et notamment en ce qui nous concerne, le redimensionnement du dispositif militaire dans le département du Pool", annonce-t-il.

Dans le Pool, on enregistre déjà la démobilisation de plusieurs ninjas, actuellement cantonnés dans un centre de transit à Kinkala.

Ngouela Ngoussou, correspondant à Brazzaville

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG