Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tunisie

Le gouvernement de Elyes Fakhfakh obtient la confiance du parlement tunisien

Elyes Fakhfakh, 47 ans, Premier ministre de la Tunisie.

Le gouvernement de Elyes Fakhfakh a obtenu sans surprise la confiance du Parlement tunisien, un cabinet formé après quatre mois d'intenses négociations et qui doit se pencher sur de lourds dossiers socio-économiques en suspens.

Après plus de quatorze heures de débat, le Parlement a approuvé dans la nuit de mercredi à jeudi l'équipe de M. Fakhfakh par 129 voix pour, 77 contre et une seule abstention sur un total de 207 députés présents.

Selon la Constitution, une fois le gouvernement approuvé, "le président de la République nomme le chef et les membres du gouvernement".

M. Fakhfakh et son équipe prêteront serment lors d'une cérémonie qui sera organisée jeudi au palais présidentiel de Carthage, a indiqué à l'AFP le service de communication de la présidence de la République sans donner l'heure.

M. Fakhfakh, 47 ans, devient ainsi le huitième Premier ministre en Tunisie depuis la révolution de 2011 ayant chassé le président Zine El Abidine Ben Ali.

A l'ouverture de la plénière consacrée mercredi au vote de confiance, cet ancien ministre des Finances a affirmé que son gouvernement ambitionnait de "réaliser l'intérêt suprême de la Tunisie".

Et de lister les priorités de son équipe: la lutte contre la criminalité et le terrorisme, contre la hausse des prix, la pauvreté, la corruption, ainsi que la relance de l'économie et la création d'emplois.

Rétablir un climat politique sain, renforcer le rôle de l'Etat et poursuivre la mise en place des institutions démocratiques manquantes figurent également dans son programme, a-t-il dit.

Le nouveau gouvernement est composé de 15 membres appartenant à des partis politiques et 17 autres présentés comme des personnalités indépendantes qui se voient confier notamment les ministères régaliens.

Plus grande force au Parlement, le parti d'inspiration islamiste Ennahdha (54 députés) a six portefeuilles mais il n'a pas décroché les ministères qu'il convoitait.

D'autres blocs parlementaires de gauche comme le Courant démocrate (22 sièges) et le Mouvement du peuple (16 sièges) participeront également dans ce gouvernement.

La parti libéral Qalb Tounes (38 sièges, deux force dans l'ARP), de l'homme d'affaire Nabil Karoui, n'a pas été sollicité pour faire partie de ce gouvernement, et se pose ainsi dans l'opposition.

Dans ce gouvernement qui ne compte que six femmes, les ministères de la Justice et de l'Intérieur, très convoités, ont été confiés respectivement à une juge présentée comme indépendante, Thouraya Jeribi, et à un ancien cadre ministériel récemment nommé conseiller juridique de la présidence, Hichem Mechichi.

- "Travail difficile et complexe" -

La Défense revient à l'ancien dirigeant de l'Instance nationale d'accès à l'information (Inai), Imed Hazgui, et les Affaires étrangères à un ancien ambassadeur à Oman, Noureddine Erraï.

Un seul ministre est issue du cabinet sortant, le ministre des Affaires religieuses Ahmed Adhoum. Le ministre du Tourisme René Trabelsi, premier ministre de confession juive en Tunisie depuis la période de l'indépendance, a en revanche été écarté, dans un contexte de forte défiance envers tout ce qui peut être lié à Israël.

En janvier, un précédent gouvernement constitué sous la houlette d'Ennahdha avait échoué à obtenir la confiance des députés.

La Tunisie a été gérée depuis plus de quatre mois par le gouvernement sortant, alimentant un attentisme qui ralentit la vie publique et économique du pays.

Le nouveau gouvernement devra notamment relancer les discussions avec les bailleurs de fonds, à commencer par le Fonds monétaire international, dont le programme entamé en 2016 s'achève en avril/mai 2020.

Mais son travail "sera très difficile et complexe parce le cabinet de M. Fakhfakh est hétérogène, composée de membres ayant des idéologies et des visions différentes", a estimé le politologue Slaheddine Jourchi.

"La question qui se pose maintenant, c'est la marge du manoeuvre accordée à ce gouvernement, qui permettra de mesurer son efficacité", a souligné le politologue Selim Kharrat, de l'ONG Al Bawsala, observatoire de la vie publique.

Quant aux Tunisiens, neuf ans après avoir chassé le dictateur Ben Ali lors du Printemps arabe, ils attendent toujours un gouvernement démocratique à même de s'attaquer aux nombreux maux socio-économiques qui rongent leur pays.

"La patience a ses limites et tout le monde attend au tournant le nouveau gouvernement avec cette grogne qui risque de s'amplifier", écrit dans son éditorial Le Temps.

Et "plombé par des dissensions idéologiques entre les membres de son équipe et une opposition qui l'attend de pied ferme, Elyes Fakhfakh aura certainement bien du mal à mettre en pratique son programme", estime ce quotidien francophone.

Toutes les actualités

COVID-19: les soins intensifs des hôpitaux publics tunisiens remplis à 80%

Des gens marchent près de l'hôpital Wassila Bourguiba à Tunis, en Tunisie, le 10 mars 2019. REUTERS/Zoubeir Souissi

Les lits des unités de soins intensifs des hôpitaux publics tunisiens sont remplis à environ 80 % alors que les cas de COVID-19 augmentent, a déclaré mercredi le ministre de la santé, Fouzi Mehdi, qualifiant la situation de "critique".

Sur les 181 lits de soins intensifs dont dispose la Tunisie, 145 sont actuellement utilisés par les patients, selon le ministre.

Les cas de coronavirus ont augmenté rapidement en Tunisie. Le pays était pourtant parvenu à contenir le virus au début de l'année.

Le gouvernement a imposé un couvre-feu ce mois-ci dans la capitale, Tunis, pour ralentir une deuxième vague de la pandémie.

Mais le Premier ministre Hichem Mechichi a déclaré qu'il n'imposerait pas un autre couvre-feu, estimant que le coût économique était trop élevé. Des prévisions annoncent une contraction de 7 % cette année, assortie à un déficit budgétaire d'environ 14 %.

A ce jour, le pays a enregistré 44 450 cas de coronavirus, dont 711 décès et plus de 5000 rétablissements, selon le dernier décompte de l'université Johns Hopkins.

Les Tunisiens en colère après la mort d’un homme dans un kiosque

Les Tunisiens en colère après la mort d’un homme dans un kiosque
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:22 0:00

L’Onu exhorte les factions libyennes à privilégier l’intérêt national

L’Onu exhorte les factions libyennes à privilégier l’intérêt national
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

Mobilisation devant le parlement tunisien contre un projet de loi "protégeant" les forces armées

Mobilisation devant le parlement tunisien contre un projet de loi "protégeant" les forces armées
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Le chef du Pentagone conclut sa tournée au Maghreb avec un accord de coopération militaire

Le ministre américain de la Défense, Mark Esper (2e à g.), à son départ d'Alger, en Algérie, le 1er octobre 2020. (Photo: LISA FERDINANDO / US DEPARTMENT OF DEFENSE / AFP)

Le ministre américain de la Défense, Mark Esper, conclut vendredi à Rabat une tournée destinée à renforcer la coopération militaire avec les pays du Maghreb centrée sur la lutte contre le jihadisme et la sécurité en Afrique du Nord, en Libye ou au Sahel.

Comme à Tunis, mercredi, le chef du Pentagone doit signer un accord de coopération militaire avec le royaume, considéré comme un "allié majeur" dans la région.

Son programme dans la capitale marocaine prévoit une rencontre avec le chef de l'état-major marocain Abdelfattah Louarak, avec le ministre délégué à la Défense Abdellatif Loudiyi et avec le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita.

La Libye au centre des discussions au Maghreb
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00


Le but de cette visite est renforcer les relations "déjà étroites" dans le domaine de la sécurité avec le Maroc qui accueille chaque année l'exercice militaire African Lion sous la houlette du commandement militaire américain pour l'Afrique (Africom). L'exercice a été annulé cette année à cause de la pandémie de Covid-19.

Les Etats-Unis sont le premier fournisseur d'armement de Rabat (avions de combat, navires, chars, véhicules blindés, etc.) alors que l'Algérie voisine, où M. Esper a fait étape jeudi, est un client majeur de la Russie.

En décembre dernier, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, avait fait une visite centrée sur l'instabilité en Libye et au Sahel, mais aussi pour plaider pour une normalisation avec Israël.

Le royaume a impulsé ces dernières semaines des pourparlers entre les parlementaires des deux camps en Libye, pour soutenir les efforts de médiation des Nations unies en vue d'un processus de règlement politique. Le chef de sa diplomatie revient d'un voyage au Mali où il a rencontré le président de transition, Bah N’Daw, mais aussi son vice-président, le colonel Assimi Goïta, représentant de la junte qui a pris le pouvoir en août.

Voir plus

XS
SM
MD
LG