Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Les Nigérians adoptent le déconfinement progressif sous un climat d'incertitude

Dr Sani Aliyu, coordinateur de la Commission sur le Covid-19, à Abuja le 4 mai 2020. (VOA/Gilbert Tamba)

Le Nigeria, qui comptait ce week-end 85 décès et 2388 cas confirmés liés au covid-19, a procédé à un déconfinement progressif à partir de lundi. Le président Muhammadu Buhari annonce plusieurs mesures de déconfinement graduel.

Dans la soirée du 27 avril, le président nigérian Muhammadu Buhari a annoncé un assouplissement progressif du déconfinement à Lagos, Ogun et Abuja la capitale fédérale. Plus de 25 millions d’habitants dans ces trois principales agglomérations urbaines ont été les premiers à être soumis aux restrictions de mouvements pour empêcher la propagation du Covid-19.

Ce retour graduel à la vie normale est toutefois un fait que beaucoup n’osent envisager pour le moment, craignant une hausse importante des cas de contamination.

L’activiste Nigériane Faith Nwadishi explique que "la situation est encore alarmante, dans d’autres circonstances où il y a le confinement, ils ne peuvent décider d’assouplir le confinement que lorsqu’ils maîtrisent la situation". Mais pour elle, le gouvernement va vers "le déconfinement progressif alors que les chiffres augmentent".

Le confinement de cinq semaines au Nigeria était une mesure importante recommandée par l'Organisation mondiale de la santé pour freiner la propagation de la maladie. Depuis le début du confinement, les cas positifs du Covid-19 ont augmenté en flèche dans le pays le plus peuplé d’Afrique.

Mais pour Dr Sani Alyu, le coordinateur de la commission sur le Covid-19, c’est un simple changement des mesures d’interventions.

"Nous essayons juste de changer des premières mesures d’intervention par d’autres. Parce que nous sommes encore loin de contrôler cette épidémie. Nous devons continuer à travailler fort nous tous pour résoudre la crise. Donc il y aura une imposition de couvre-feu nocturne dans tout le pays de 20h à 6h le matin. Pour les déplacements, les gens pourront aller au travail, sortir pour acheter de la nourriture et pour des exercices. Mais nous demandons aux gens de limiter leurs mouvements strictement dans leur communauté."

Plusieurs autres mesures sont prises par les autorités fédérales : les frontières inter-États resteront fermées, sauf pour les besoins essentiels, comme le transport des denrées alimentaires ou encore des produits pétroliers tout en observant les mesures de distanciation sociale.

En cette période de déconfinement progressif, le ministre de la Santé Osagie Ohaniré invite les Nigérians à renforcer leurs systèmes immunitaires contre le Covid-19.

"Pour renforcer votre système immunitaire, il y a beaucoup de remèdes. Certains sont bien connus, vous avez entendu parler des vitamines comme la vitamine C, il faut aussi consommer des fruits, des feuilles. Il y a donc beaucoup de choses pour renforcer le système immunitaire et que je vous demande tous de faire".

COVID-19 : le déconfinement prend plusieurs formes en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

Le nombre de tests est particulièrement insignifiant jusqu’ici et de nombreux Etats, peuplés de plusieurs millions d’habitants, ne disposent pas de laboratoires de dépistage.

Pour tenter de limiter la propagation du Covid-19, le Centre national de contrôle des maladies (NCDC) propose de tester quelque deux millions de personnes dans les trois prochains mois. Plus de 12.000 personnes ayant des contacts avec des cas déjà testés positifs sont présentement recherchés à travers le pays.

Toutes les actualités

Des hommes armés massacrent 53 personnes dans 6 villages nigérians

Des membres d'une bande de bandits avec des armes dans leur cachette forestière dans le nord-ouest de l'État de Zamfara, au Nigeria, le 22 février 2021.

Des voleurs de bétail armés ont tué 53 personnes dans six villages de l'Etat de Zamfara dans le Nord-Ouest du Nigeria, ont indiqué samedi la police et des habitants.

Des dizaines d'hommes armés arrivés sur des motos ont envahi les villages de Kadawa, Kwata, Maduba, Ganda Samu, Saulawa et Askawa dans le district de Zurmi district, avant de tuer leurs habitants.

Ils ont attaqué les victimes qui travaillaient dans leurs fermes avant de se lancer à la poursuite de ceux qui tentaient de s'échapper.

Le porte-parole de la police de Zamfara Mohammed Shehu a déclaré que quatorze corps avaient été emmenés dans la capitale de l'Etat de Zamfara.

"Des policiers ont été déployés dans cette zone après les attaques", a ajouté le porte-parole.

"Nous avons évacué 14 dépouilles et nous les avons conduites jusqu'à Gusau vendredi soir où elles ont été inhumées au cimetière d'Unguwar Gwaza", a ajouté le porte-parole.

Des habitants ont indiqué de leur côté que 39 autres cadavres avaient été inhumés dans la ville voisine de Dauran.

"Nous avons retrouvé 28 corps hier et 11 autres ce matin dans les villages avant de les enterrer ici", a déclaré un habitant de Dauran, Haruna Abdulkarim.

"C'était dangereux d'organiser des funérailles à cause des bandits qui se cachent dans la forêt de Zurmi et qui auraient pu revenir pour attaquer les funérailles", a déclaré un autre habitant, Musa Arzika, qui a fait état du même bilan de victimes.

Les villages situés dans la région de Zurmi sont régulièrement ciblés par des bandes criminelles pouvant rassembler des centaines de bandits. Ces violences ont poussé les habitants à manifester leur mécontentement et à bloquer le principal axe routier local la semaine dernière, appelant les autorités à faire cesser les attaques.

Le Nord-Ouest et le Centre du Nigeria ont été le théâtre au cours des dernières années d'attaques menées par des gangs de voleurs de bétail et des kidnappeurs qui mènent des raids dans des villages, tuent et enlèvent des habitants, volent le bétail après avoir pillé et incendié leurs maisons.

Des gangs criminels ont récemment réorienté leurs raids contre des écoles, enlevant élèves et étudiants contre rançon.

Plus de 850 élèves ont été enlevés depuis décembre dernier mais la grande majorité d'entre eux ont été libérés après le versement d'une rançon.

Les gangs sont largement motivés par l'appât du gain, sans idéologie particulière, mais les observateurs craignent qu'ils ne soient infiltrés par des jihadistes, qui mènent une violente insurrection dans le nord-est du pays depuis 12 ans.

Les opérations militaires et les offres d'amnistie n'ont pas mis un terme à ces attaques.

Le gouverneur de l'Etat de Zamfara, Bello Matawalle, a appelé vendredi les habitants à se défendre eux-mêmes "contre les bandits assassins".

Pour Nollywood, Netflix c'est une aubaine de taille

Pour Nollywood, Netflix c'est une aubaine de taille
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:47 0:00

VOA60 du 11 juin 2021

VOA60 du 11 juin 2021
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

La suspension de Twitter fait débat parmi les Nigérians

La suspension de Twitter fait débat parmi les Nigérians
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Twitter doit s’enregistrer comme entreprise une nigériane, selon un ministre

Twitter doit s’enregistrer comme entreprise une nigériane, selon un ministre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG