Liens d'accessibilité

Le chef de l'ONU appelle l'exécutif togolais à "un dialogue constructif"


Le président togolais Faure Gnassingbé, à Bamako, Mali, le 14 janvier 2017.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé samedi le gouvernement et tous les acteurs politiques au Togo "à s'engager dans un dialogue constructif" alors que le pays est secoué par des manifestations réclamant le départ du président Faure Gnassingbé.

Lors d'une rencontre avec le Premier ministre togolais Komi Selom Klassou en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU à New York, Antonio Guterres "a encouragé le gouvernement et tous les acteurs politiques à s'engager dans un dialogue constructif dans le cadre de discussions sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles", a indiqué dans un communiqué son service de communication.

Lors de son discours cette semaine à la tribune de l'Assemblée générale, Komi Selom Klassou avait souligné que le processus de réforme constitutionnelle engagé par son gouvernement "répondait aux aspirations profondes du peuple togolais". Ce projet prévoit une limitation du nombre de mandats présidentiels à deux, comme le demandait l'opposition depuis plus de 10 ans, et un mode de scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

"Sans tarder, un projet sera soumis à la ratification du peuple" lors d'un référendum, avait-il ajouté.

Quatre personnes sont mortes et des dizaines d'autres ont été blessées lors de manifestations lancées en août à l'appel d'une formation de l'opposition, le Parti National Panafricain, rejointe par une coalition de 13 partis d'opposition en septembre.

Vendredi, le parti présidentiel, l'Union pour la République (UNIR), s'est dit "consterné" par les violences, qu'il attribue aux manifestants.

L'opposition rejette le projet de réforme du gouvernement, dénonçant la non-rétroactivité de la mesure, qui permettrait à Faure Gnassingbé de se représenter pour deux scrutins supplémentaires en 2020 et 2025.

M. Gnassingbé est arrivé au pouvoir avec le soutien de l'armée en 2005, à la mort de son père, le général Gnassingbé Eyadema qui a dirigé le Togo d'une main de fer pendant 38 ans.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG