Liens d'accessibilité

Le bureau d'éthique du Congrès américain affaibli par les républicains


Le Congrès américain

La majorité républicaine de la Chambre des représentants américaine a brusquement réduit les pouvoirs de l'organisme indépendant chargé d'enquêter sur les violations éthiques des élus.

Le groupe majoritaire a adopté lundi soir, jour férié aux Etats-Unis, un changement du règlement intérieur, que toute la Chambre est appelée à adopter mardi lors de sa rentrée parlementaire.

Le Bureau d'éthique parlementaire, créé en 2008 après des scandales de corruption, n'est pas supprimé mais sera renommé et il passera avec cette réforme dans le giron des parlementaires, qui auront le pouvoir de mettre fin à des enquêtes. Il n'aura plus le droit de communiquer. Des élus se plaignaient que le bureau, en enquêtant sur eux, n'aient pas respecté la présomption d'innocence.

Mais le vote en catimini a provoqué un tollé chez les associations de lutte pour la transparence en politique et chez la minorité démocrate.

"Les républicains disent qu'ils veulent curer le marigot, mais le soir précédant la rentrée du nouveau Congrès, les républicains ont éliminé le seul organisme de supervision éthique indépendant de leurs actes", a tonné Nancy Pelosi, chef des démocrates de la Chambre. "L'éthique est la première victime du nouveau Congrès républicain", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

La conseillère de Donald Trump Kellyanne Conway a reconnu mardi sur MSNBC que le vote avait été une "surprise". Le président élu républicain n'a pas commenté ce changement, mais il a fait campagne pour "curer le marigot" de Washington en luttant contre l'influence des lobbyistes.

XS
SM
MD
LG