Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

La valse des ministres et conseillers de Trump

Le président américain Donald Trump.

Donald Trump a annoncé dimanche le départ de sa ministre de la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen, qui vient grossir les rangs déjà bien fournis des membres ou proches de l'administration ayant quitté le navire depuis l'entrée en fonction du 45e président des Etats-Unis, en janvier 2017.

- Kirstjen Nielsen, ministre de la Sécurité intérieure -

Restant silencieuse sous les huées, Kirstjen Nielsen avait été prise à partie en juin 2018, alors qu'elle dînait dans un restaurant mexicain, par des manifestants qui dénonçaient la politique de séparations des familles de clandestins mise en oeuvre par l'administration Trump. Elle restera le visage de cette pratique qu'elle avait publiquement défendue face au scandale mondial.

Le départ à 46 ans de sa ministre de la Sécurité intérieure signale la volonté de Donald Trump de durcir encore sa politique d'immigration.

- Jim Mattis, ministre de la Défense -

Des divergences devenues insurmontables: Jim Mattis a annoncé le 20 décembre quitter son poste, critiquant notamment la stratégie diplomatique de Donald Trump.

"Il faut traiter les alliés avec respect", a écrit le chef du Pentagone dans sa lettre de démission, alors que les relations entre le président américain et de nombreux chefs d'Etat ou de gouvernement alliés sont dégradées.

Après l'annonce du retrait prochain des troupes américaines en Syrie, cet ancien général des Marines était dans une position plus inconfortable que jamais, lui qui s'y était vigoureusement opposé depuis près de deux ans.

"Je remercie chaleureusement Jim pour son service!", avait tweeté Donald Trump.

- John Kelly, secrétaire général de la Maison Blanche -

"John Kelly partira à la fin de l'année": c'est ainsi que Donald Trump a scellé le 8 décembre, devant les journalistes, le destin de son plus proche conseiller qui avait rejoint la Maison Blanche le 31 juillet 2017.

Si le président américain assure avoir apprécié ses services, la rupture semblait consommée depuis plusieurs semaines entre les deux hommes.

L'ultra-conservateur Mick Mulvaney a été nommé chef de cabinet par intérim.

- Jeff Sessions, ministre de la Justice -

Jeff Sessions a démissionné "à la demande" de M. Trump en novembre. Il était la cible de critiques présidentielles depuis qu'il avait décidé, en mars 2017, de se récuser de toute enquête touchant à la Russie à cause de ses rencontres avec l'ambassadeur russe en pleine campagne présidentielle.

Ancien sénateur de l'Alabama, un Etat encore très marqué par la ségrégation raciale, cet ultra-conservateur de 71 ans avait mis en place la politique anti-immigration du président, notamment la séparation des familles de migrants clandestins.

- Nikki Haley, ambassadrice à l'ONU -

Nikki Haley a annoncé début octobre sa décision de quitter son poste d'ambassadrice à l'ONU à la fin de l'année. Aucune explication claire n'a été fournie sur l'annonce surprise du départ de cette fille d'immigrés indiens au caractère affirmé, qui était devenue la femme la plus en vue du gouvernement.

Donald Trump a choisi en février son actuelle ambassadrice au Canada, Kelly Knight Craft, pour la remplacer mais elle doit encore être confirmée à ce poste par le Sénat.

- Scott Pruitt, ministre de l'Environnement -

Donald Trump avait accepté la démission de Scott Pruitt, le 5 juillet. Le dirigeant de l'agence de protection de l'environnement (EPA), qui a minutieusement détricoté le bilan environnemental de Barack Obama, était englué dans une cascade de scandales liés à son utilisation des fonds publics.

- Rex Tillerson, secrétaire d'Etat -

L'ancien PDG d'ExxonMobil a été limogé de son poste de chef de la diplomatie le 13 mars 2018, après des mois de tensions et d'humiliations de la part de M. Trump sur la stratégie diplomatique américaine. Il a été remplacé par le chef de la CIA, Mike Pompeo.

Donald Trump a depuis estimé que son ex-chef de la diplomatie était "bête comme ses pieds", une insulte lancée après la diffusion d'extraits d'une interview de Rex Tillerson peu flatteuse pour le président américain.

- Gary Cohn, conseiller économique -

Cet ancien patron de la banque d'investissement Goldman Sachs a quitté son poste de conseiller économique principal du président le 6 mars 2018 pour protester contre la décision du dirigeant d'imposer de nouveaux droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium, ultime goutte d'eau après plusieurs désaccords de fond entre lui et M. Trump.

- Steve Bannon, stratège -

Le "président Bannon", comme était surnommé ce conseiller de l'ombre très influent, a joué un rôle crucial dans la dernière ligne droite de la présidentielle remportée par Donald Trump, lorsqu'il a donné un virage résolument populiste à la campagne du milliardaire.

Proche de l'extrême droite, sa cohabitation avec d'autres ténors à la Maison Blanche a tourné à la guerre interne mais, même déchu, il a assuré qu'il continuerait à se battre "pour Trump". Il a démissionné le 18 août 2017.

- Michael Flynn et H.R. McMaster, Sécurité nationale -

Michael Flynn n'a tenu que 22 jours comme conseiller à la Sécurité nationale. Ancien chef du renseignement militaire américain très apprécié de Donald Trump, il a fait les frais, le 13 février 2017, de l'affaire russe, dont il est l'un des principaux protagonistes. H.R. McMaster, général trois étoiles, lui avait succédé avant à son tour de quitter ses fonctions pour être remplacé par le très conservateur John Bolton.

Avec AFP

Toutes les actualités

Des dizaines villes américaines sous la colère des manifestants

Des dizaines villes américaines sous la colère des manifestants
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

USA: Nouvelles manifestations

USA: Nouvelles manifestations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:12 0:00

Aux États-Unis, "la goutte d'eau qui fait déborder le vase"

Aux États-Unis, "la goutte d'eau qui fait déborder le vase"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Malaise chez Facebook qui refuse de censurer les messages de Trump

Donald Trump et Mark Zuckerberg se rencontrent le 19 septembre 2019 (Photo: Twitter Trump)

Le clash entre Twitter et Donald Trump éclabousse Facebook, en position délicate depuis que son patron, Mark Zuckerberg, a refusé de sanctionner des propos polémiques du président et est désavoué publiquement par des employés - un phénomène rare dans la Silicon Valley.

"Mark a tort, et je vais m'efforcer de le faire changer d'avis en faisant beaucoup de bruit", a tweeté dimanche Ryan Freitas, directeur du design pour le News Feed (fil d'infos) de Facebook.

Lundi, le mouvement a pris de l'ampleur avec une grève en ligne par plusieurs salariés, dont Sara Zhang, qui déclare sur Twitter: "Nous devons faire face au danger, pas rester à couvert."

A l'origine, deux interventions sans précédent de Twitter la semaine dernière.

La plateforme a d'abord signalé deux tweets du président américain sur le vote par correspondance avec la mention "vérifiez les faits".

Mark Zuckerberg a alors rappelé sur Fox News que les plateformes, selon lui, ne devaient pas jouer le rôle "d'arbitres de la vérité en ligne" - une interview retweetée par Donald Trump.

Puis, vendredi, Twitter a masqué un autre message du locataire de la Maison Blanche, sur les affrontements à Minneapolis après la mort d'un homme noir, George Floyd, pour violation des directives du réseau sur l'apologie de la violence.

"Les pillages seront immédiatement accueillis par les balles", déclarait Donald Trump au sujet des manifestations qui dégénèrent en émeutes.

Ces propos apparaissent aussi sur Facebook, mais Mark Zuckerberg a décidé de les laisser visibles, "après avoir hésité toute la journée".

Dans une publication sur son profil, il dit condamner à titre "personnel" la "rhétorique clivante et incendiaire" du président, mais n'entend pas supprimer les messages, au nom de la liberté d'expression et de l'intérêt du public à s'informer.

- Les révoltés du réseau -

"Je sais que beaucoup de gens sont mécontents (...), mais notre position est de faciliter le plus d'expression possible, à moins d'un risque imminent d'atteinte aux autres ou de dangers tels que décrits dans notre règlement".

Twitter et Facebook ont mis en place des systèmes de lutte contre les contenus dangereux (appels à la haine, harcèlement...) et contre la désinformation.

Mais Facebook exempt les personnalités et candidats politiques de l'essentiel de ces mesures.

"Je ne sais pas quoi faire, mais je sais que ne rien faire n'est pas acceptable. Je suis un employé de Facebook en désaccord complet avec la décision de Mark de ne rien faire au sujet des publications récentes de Trump, qui incitent clairement à la violence", a tweeté samedi Jason Stirman, un responsable en recherche et développement de la société, passé par Twitter.

"Je ne suis pas seul chez Facebook. Il n'y a pas de position neutre sur le racisme", a-t-il ajouté.

De fait, plusieurs autres salariés ont pris la parole ce weekend.

"Je pense que le tweet de Trump (sur les pillages) encourage la violence extra-judiciaire et attise le racisme. Respect à l'équipe de Twitter", écrit David Gillis, un designer.

Sara Zhang et d'autres employés appellent à changer le règlement, qui n'offre que deux choix : laisser les contenus ou les retirer.

"La décision de Facebook ne pas agir sur des publications qui incitent à la violence ignore d'autres options possibles pour assurer la sécurité de notre communauté", remarque-t-elle.

Sur Twitter, le message en question du président est resté visible malgré l'avertissement, mais les utilisateurs ne peuvent pas le retweeter, le "liker" ou y répondre.

- Appel à un ami -

Pour ne rien arranger, la presse américaine a révélé dimanche que Mark Zuckerberg et Donald Trump se sont entretenu vendredi par téléphone.

La conversation a été "productive", selon des sources anonymes du site spécialisé Axios et de la chaîne CNBC. Elle n'a été ni confirmée ni démentie par les intéressés.

La question se pose désormais sur la capacité de la toute nouvelle "Cour suprême" de Facebook à intervenir.

"Nous avons conscience que les gens veulent que le Conseil se penche sur beaucoup de questions importantes liées aux contenus en ligne", a tweeté le "Conseil de supervision" du réseau, qui a pris forme au début du mois.

Il est censé avoir le dernier mot sur le maintien ou non des contenus controversés, en toute indépendance.

Le géant des réseaux est directement concerné par la contre-attaque de Donald Trump contre Twitter.

Le président américain a signé jeudi un décret s'attaquant à une loi fondamentale de l'internet américain, la Section 230, qui offre aux plateformes numériques une immunité contre toute poursuite judiciaire liée aux contenus publiés par des tiers. Et leur donne la liberté d'intervenir à leur guise pour policer les échanges.

Affaire George Floyd: les dirigeants américains n'apprécient pas les critiques de l'étranger

Affaire George Floyd: les dirigeants américains n'apprécient pas les critiques de l'étranger
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG