Liens d'accessibilité

La vague d'arrivées de migrants en provenance des Etats-Unis ralentit au Canada


Un groupe de migrants venus de Djibouti et de la Somalie a traversé la frontière des Etats-Unis à Emerson, Manitoba, Canada, 27 mars 2017.

La vague d'arrivées de migrants franchissant la frontière canado-américaine en situation irrégulière pour demander l'asile au Canada a ralenti avec l'arrivée de l'automne, ont indiqué les autorités vendredi.

La police fédérale canadienne, qui intercepte les migrants dès leur passage illégal entre les postes-frontières, a désormais "moins d'arrestations à effectuer" que pendant l'été, a indiqué à l'AFP Camille Habel, une porte-parole.

A l'heure actuelle, 2.000 personnes attendent toujours de pouvoir rencontrer les autorités frontalières qui évalueront la recevabilité de leur demande d'asile mais cette attente est désormais de "quelques jours au lieu de quelques semaines ou de quelques mois", a déclaré Ahmed Hussen, ministre canadien de l'Immigration, dans un communiqué.

L'armée canadienne a démantelé en partie ces derniers jours un campement de tentes près de la frontière qui accueillait jusqu'à 1.200 demandeurs d'asile. Le gouvernement compte toujours néanmoins y installer par précaution des mobil-homes, en prévision de l'hiver.

Au plus fort de la vague d'arrivées en juillet et en août, des centaines de requérants du statut de réfugié au Canada traversaient quotidiennement la frontière à travers des zones boisées pour éviter les points de contrôle officiels, contre 50 en moyenne aujourd'hui, selon le ministre.

Plus de 8.500 personnes ont été interceptées par la police fédérale en deux mois dans la seule province du Québec, contre seulement 320 pour le reste du Canada.

La plupart des demandeurs d'asile arrivés pendant l'été sont d'origine haïtienne et fuient les Etats-Unis avant la disparition prévue en fin d'année d'un statut de protection temporaire accordé à près de 60.000 d'entre eux après le séisme de 2010 dans leur pays.

Face à cet afflux soudain de demandeurs d'asile, le gouvernement fédéral avait renforcé ses effectifs aux frontières et construit des abris temporaires pour soulager les centres d'hébergement.

"Sans dire que les effectifs ont baissé, je pense qu'on est à un point où la situation s'est un peu plus stabilisée" avec l'arrivée du climat automnal et de températures moins clémentes, a indiqué Mme Habel.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG