Liens d'accessibilité

Avec l'afflux de réfugiés au Canada, Trudeau rassure les syndicats


Le Premier ministre Justin Trudeau le 14 juillet 2017 à Providence, Rhode Island.

Le Premier ministre Justin Trudeau est venu rassurer jeudi les syndicats sur la préférence nationale pour l'accès au marché du travail même si de nombreux travailleurs temporaires de l'agriculture ou les milliers de réfugiés vont être aidés.

Sans explicitement faire référence aux réfugiés haïtiens qui arrivent en masse des Etats-Unis depuis deux mois et qui vont probablement se voir octroyer un permis de travail temporaire, Justin Trudeau a ménagé les syndiqués du commerce et de l'alimentation, un secteur qui absorbe bon nombre de travailleurs saisonniers.

Les travailleurs étrangers temporaires installés au Canada bénéficieront de "nouvelles voies d'accès" à la résidence permanente, a promis le chef du gouvernement.

"Nous avons mis fin à la règle discriminatoire qui empêchait des gens de travailler pour plus de quatre ans au Canada" et "dorénavant, nous voulons créer de nouvelles voies d'accès à la résidence permanente pour les personnes qui travaillent déjà au Canada", a-t-il déclaré au syndicat de l'alimentation et du commerce.

Mais, a-t-il rassuré, à qualification égale, la préférence doit toujours être donnée au travailleur canadien conformément à la législation qui stipule qu'une entreprise peut embaucher un étranger "lorsqu'il n'est pas possible de faire appel à des Canadiens".

Justin Trudeau est vivement critiqué par l'opposition au Québec, province où les réfugiés haïtiens sont arrivés des Etats-Unis par crainte de la perte fin 2017 de leur statut de protection temporaire accordé à près de 60.000 d'entre eux après le séisme de 2010.

Le chef du Parti québécois (indépendantiste) Jean-François Lisée a demandé lundi que le gouvernement fédéral paye la facture de l'accueil des réfugiés puisque ce sont "les invités de Justin Trudeau".

Il estime que le Premier ministre a ouvert la porte à l'immigration illégale quand il avait souhaité sur son compte Twitter fin janvier la bienvenue aux personnes menacées par les politiques anti-immigration de Donald Trump.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG