Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Centrafrique

La situation humanitaire se détériore dans l'est de la RCA

La mairie d’Alindao, à 400 km au sud-est de Bangui, Centrafrique, 29 novembre 2018. (VOA/ Felix Yepassis-Zembrou)

La situation humanitaire se détériore de plus en plus à Bakouma dans l'est de la Centrafrique. Cette localité minière occupée depuis quelques jours par des rebelles du FPRC et de l'UPC s'est complètement vidée de ses habitants. Les autorités locales appellent Bangui à l'aide.

Depuis le 31 décembre dernier, la ville minière de Bakouma est passée sous le contrôle des hommes du FPRC de Nourradine Adam et de l'UPC du chef de guerre nigérien Ali Darassa.

Plus d'une dizaine de personnes ont été tuées pendant la prise de la ville alors que des milliers d'autres ont fui en brousse et vers Bangassou à 130 kilomètres de là.

La situation humanitaire se détériore dans l'est de la RCA
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:30 0:00

Ces hommes armés, hostiles à toute négociation avec les autorités, assurent avoir investi Bakouma pour combattre des hommes de l'Armée de résistance du seigneur (LRA), une rébellion ougandaise quasi inopérationnelle depuis plusieurs mois dans cette zone. L'affirmation a été rejetée en bloc par plusieurs sources locales contactées par VOA Afrique.

Sur le terrain, la situation humanitaire est catastrophique dans cette ville riche en uranium, car de nombreuses personnes, parmi lesquelles des enfants, continuent de fuir en brousse pour tenter de gagner Bangassou à pieds. La Préfète du Mbomou Pierrette Benguere appelle à l'aide.

A Bangui, l'organisation de la société civile SCRCA monte au créneau et engage le gouvernement à prendre ses responsabilités, comme l'a expliqué à VOA Afrique Solange Touabena, sa coordonnatrice.

Le gouvernement n'a pas encore officiellement réagi à cette agression alors qu'il est dans la droite ligne d'un dialogue avec les groupes armés sous la bannière de l'Union Africaine.

Des FACA et des casques bleus de la Minusca sont positionnés à 11 kilomètres de Bakouma pour empêcher toute progression de ces hommes lourdement armés vers Bangassou.

Toutes les actualités

L'accord de paix dénoncé par les évêques

L'accord de paix dénoncé par les évêques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00

Les évêques dénoncent "l'hypocrisie" de l'accord de paix

Des réfugiés musulmans devant une église à Boali en République Centrafricaine le 9 février 2014.

Les évêques de Centrafrique ont dénoncé "l'hypocrisie" des accords de paix signés en Centrafrique depuis le début de la crise en 2013, alors que la mise en oeuvre de l'accord conclu début février entre le gouvernement et quatorze groupes armés reste fragile.

"Le peuple est fatigué par l'hypocrisie qui caractérise la signature des différents accords qui ont eu lieu dans ce pays", ont écrit les évêques de Centrafrique, dans un communiqué publié dimanche à l'issue d'une session de la conférence épiscopale centrafricaine.

"Une fois ces accords (...) signés, aussitôt ils sont violés", ont-ils ajouté.

Près de cinq mois après la signature de l'accord de paix négocié à Khartoum, le huitième depuis l'éclatement de la crise en 2013, sa mise en oeuvre reste lente et fragile.

Les évêques ont exhorté la communauté internationale "à ne pas permettre que les engagements pris, pour le respect concret et effectif de l'accord de Khartoum (...) ne deviennent de simples engagements verbaux".

Ils ont notamment condamné avec fermeté les tueries perpetrées en mai par l'un des groupes armés signataires de l'accord de paix ayant entraîné la mort de plus de 50 civils dans l'ouest du pays.

Dans ce communiqué, les responsables religieux ont demandé "avec insistance, que les auteurs de ces crimes soient arrêtés et traduits devant la justice".

Le défis de l'éducation en zone rurale en Centrafrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:13 0:00

Le chef de la Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca), Mankeur Ndiaye, a indiqué jeudi qu'en dépit d'avancées, entre 50 et 70 violations de l'accord de paix étaient rapportés chaque semaine.

La Centrafrique, pays de 4,5 millions d'habitants classé parmi les plus pauvres au monde, a basculé dans la violence et le chaos en 2013, après le renversement du président François Bozizé.

Dans ce pays où l'Etat ne contrôle qu'une maigre partie du territoire national, des groupes armés s'affrontent dans les provinces pour le contrôle des ressources, notamment les diamants, l'or et le bétail.

Environ 40% de la population en insécurité alimentaire aiguë

Des habitants sur le marché de Bangui, en Centrafrique, le 23 décembre 2015.

En Centrafrique, environ 40% de la population est dans une situation d'insécurité alimentaire aiguë, selon un rapport publié vendredi par le Programme alimentaire mondial (PAM).

"Plus de 1,8 million de personnes en Centrafrique se trouvent dans une situation d'insécurité alimentaire sévère", a indiqué ce rapport, qui rappelle qu'en dépit de la signature début février d'un accord de paix entre le gouvernement et quatorze groupes armés, "la situation sécuritaire reste précaire à travers le pays".

"C'est bien l'insécurité qui est la raison majeure de la difficulté d'accès à la nourriture", a déclaré le porte-parole du PAM, Hervé Verhoosel. "Il est grand temps que les acteurs respectent les accords de paix".

L'est de la Centrafrique, où le nombre de personnes déplacées est plus important qu'ailleurs, est la région la plus touchée par l'insécurité alimentaire, selon ce rapport.

Dans ce pays classé parmi les plus pauvres au monde, la situation humanitaire s'est fortement dégradée avec le déclenchement de la crise en 2013, après le renversement du président François Bozizé.

Selon l'ONU, 2,9 millions de personnes, dont la moitié sont des enfants, ont besoin d'assistance humanitaire et de protection dans ce pays qui compte environ 4,5 millions d'habitants. Environ 622.000 personnes sont recensées comme déplacées et 590.000 réfugiés centrafricains sont enregistrés dans les pays voisins.

En Centrafrique l'Etat ne contrôle qu'une maigre partie du territoire national, des groupes armés s'affrontent dans les provinces pour le contrôle des ressources, notamment les diamants, l'or et le bétail.

L'accord de paix, signé à Bangui début février entre le gouvernement et quatorze groupes armés, est le huitième depuis le début de la crise.

Plus de quatre mois après sa signature, la mise en oeuvre de cet accord, salué par la communauté internationale, reste lente et fragile.

Les dates des élections présidentielle et législatives centrafricaines fixées

Le président de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadera donne une conférence de presse à Bangui, le 11 avril 2018.

Les élections présidentielle et législatives auront lieu fin décembre 2020 en Centrafrique, pays d'Afrique centrale miné par la guerre depuis 2013, a annoncé jeudi l'Autorité nationale des élections (ANE) dans un communiqué.

L'ANE "fixe le premier tour des élections générales (présidentielle et législatives) au 27 décembre 2020, tandis qu'un second tour, si nécessaire, se tiendra le 14 février 2021".

Le budget pour ces élections générales centrafricaines a été estimé par l'ANE à environ 33 millions de dollars (29 millions d'euros).

L'actuel président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a été élu le 14 février 2016 et son mandat doit prendre fin le 30 mars 2021.

Publication du calendrier des prochaines élections
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

La Centrafrique, pays de 4,5 millions d'habitants classé parmi les plus pauvres au monde, a basculé dans la violence et le chaos en 2013, après le renversement du président François Bozizé.

Dans ce pays où l'Etat ne contrôle qu'une maigre partie du territoire national, des groupes armés s'affrontent dans les provinces pour le contrôle des ressources, notamment les diamants, l'or et le bétail.

Un accord de paix a été signé à Bangui début février entre le gouvernement et quatorze groupes armés. Il est le huitième signé depuis le début de la crise.

Plus de quatre mois après sa signature, la mise en oeuvre de cet accord, salué par la communauté internationale, reste lente et fragile. Certaines de ses dispositions, comme la nomination de chef de groupes armés à des poste gouvernementaux, divisent le paysage politique centrafricain.

Publication du calendrier des prochaines élections

Publication du calendrier des prochaines élections
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG