Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La presse mondiale célèbre la "Romantada" de l'AS Rome


Les joueurs de l'AS Roma célèbrent leur victoire lors du match retour contre Shakhtar Donetsk, Rome le 13 mars 2018.

Ce jeu de mots sur la spectaculaire remontée (1-4, 3-0) de l'AS Rome barre les Unes de L'Equipe en France et d'Il Tempo en Italie, pour célébrer l'exploit romain face au Barça, qui a résonné bien au delà des frontières de l'Europe.

Au Brésil, le quotidien généraliste de Rio O Globo parle ainsi de "qualification improbable". "C'était presque une mission impossible, mais ce n'est pas pour rien que le football est un sport si passionnant", peut-on encore lire.

Le quotidien sportif brésilien Lance titre "Historique! La Roma donne une leçon au Barça et se qualifie en demi-finales", et poursuit: "Avec un football enchanteur, la Louve a donné le tournis au Barça".

>> Lire aussi : Le président du Barça s'excuse après l'élimination en ligue des champions

Au pays du football roi, plusieurs médias évoquent également la belle performance d'Alisson, gardien titulaire de la Seleçao, et reproduisent ses déclarations d'après match: "Nous sommes entrés dans l'histoire du club, mais nous ne voulons pas nous arrêter là".

En Italie, évidemment, la presse est en "Extase", comme la Une de Tuttosport. "Impériaux! Une grande Roma renverse le Barça", exulte encore La Gazzetta dello Sport. "La Roma dans le mythe" acquiesce le Corriere dello sport.

En Catalogne, c'est la déprime après "La chute de Rome" comme le relate Mundo Deportivo, qui pleure "un Barça difficilement reconnaissable. (...) K.-O. en quarts après avoir été écrabouillé au stade Olympique".

- Barça, un "fiasco total" -

Le quotidien madridiste Marca dénonce quant à lui un "Fiasco total en Europe", stigmatisant le "Désastre à Rome de l'équipe de Valverde (coach)" et une "Remontada historique", cette fois infligée à un Barça bourreau du PSG la saison dernière sur le même mode (0-4; 6-1).

Toujours en Espagne, As frappe sa Une d'un "Batacazo culé" que l'on peut traduire par "Ecroulement barcelonais". Et Sport évoque un "Echec sans excuses", se flagellant encore avec "Débâcle: le Barça subit une remontée dans un match lamentable". Là encore, le coach des Blaugrana en prend pour son grade: "Sans stratégie, Valverde a choisi des options défensives et n'a pas su réagir à temps pour éviter l'élimination"

>> Lire aussi : Le Barça à Rome sur la route de ses ambitions

En Allemagne, Kicker, magazine du football, titre: "le Destin peut être si beau". "Aurait-on pu l'écrire mieux? La remontée sensationnelle de la Roma contre Barcelone a montré au monde du football que l'argent ne joue parfois aucun rôle. Ce scénario de mardi soir était en réalité parfait", peut-on encore y lire.

"Le Miracle de Rome - C'est ici que le rêve de triplé de Messi s'est effondré", s'exclame Bild, le quotidien le plus vendu d'Allemagne, qui a posté sur son site une photo du propriétaire américain de la Roma James Pallotta se jetant dans une fontaine de la Piazza del Popolo durant la fête populaire qui a suivi le match.

- "Dzeko a éclipsé Messi" -

"Et la surprise est venue de Rome", publie au Portugal le quotidien sportif A Bola en Une. "Le pouvoir de la Roma a réduit en cendres un Barça trop petit face à la grandeur du jeu", ajoute le quotidien dans ses pages intérieures. "Six minutes ont suffi pour entamer le naufrage catalan", souligne A Bola en référence au premier but de Dzeko.

"Le porte-avions par le fond!", clame l'autre grand quotidien sportif portugais Record. "Rome a réussi un retournement épique", observe pour sa part le quotidien généraliste Diario de Noticias.

En Angleterre, le Sun se moque d'un "Triste Barça" quand The Times décrit un "Barcelone abasourdi par le comeback de la Roma". The Times félicite le héros du match, Edin Dzeko, "une nuisance pour les défenseurs du Barça toute la nuit". En Bosnie, pays natal de Dzeko, le buteur est fêté.

Klix.ba, un des principaux sites d'information bosniens écrit: "Edin Dzeko a éclipsé Leo Messi" et "a laissé le grand Barcelone en ruines". "Le nom du Diamant(Dijamant, le surnom de Dzeko en Bosnie) n'a jamais retenti plus fort à l'Olimpico (stade de Rome)", titre le quotidien Oslobodjenje.


Avec AFP

XS
SM
MD
LG