Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

"La maison de l'horreur" sort de l'ombre les écoles coraniques du Nigeria

L'école coranique surnommée "la maison de l'horreur" à Kaduna, au Nigeria, le 27 septembre 2019.

Les récentes révélations de torture et de viols à l'encontre de jeunes dans une école coranique de Kaduna, dans le nord du Nigeria, ont mis sous les feux de l'actualité un réseau d'instituts islamiques échappant à tout contrôle des autorités.

Au cours d'une descente menée jeudi soir dans une maison du quartier de Rigasa, la police de Kaduna a découvert plus de 300 élèves et étudiants de nationalités différentes enfermés et enchaînés dans ce que les médias appellent désormais "la maison de l'horreur".

Les responsables de l'établissement les faisaient vivre dans "des conditions inhumaines et dégradantes sous couvert de leur apprendre le Coran et de les redresser" pédagogiquement, a expliqué à l'AFP le porte-parole de la police de l'Etat de Kaduna, Yakubu Sabo.

Des étudiants ont été découverts enchaînés à des barres de fer, mains et pieds menottés, leur corps portant ecchymoses et cicatrices, tandis que d'autres ont assuré avoir été victimes de viols.

"Si tu tentais de t'enfuir d'ici, et s'ils te rattrapaient, ils te pendaient, ils t'enchaînaient", a témoigné Abdallah Hamza, une des victimes.

Les écoles islamiques privées - connues localement sous le nom d'écoles Almajiri - sont très répandues dans le nord du Nigeria, principalement musulman, où la pauvreté est très élevée et où les services publics sont souvent absents.

Les autorités estiment à plus de neuf millions le nombre d'élèves présents dans ces établissements. "L'exemple le plus récent de Kaduna représente le pire du système avec des conditions très inhumaines", a déclaré à l'AFP Mohammed Sabo Keana, chef de l'ONG Almajiri Child Rights Initiative, basée à Abuja.

"Il s'agit d'un exemple clair de ce que vivent beaucoup d'enfants - y compris le fait d'être obligés de mendier dans la rue, d'être soumis à la violence, de dormir dans les pires conditions et de vivre dans de terribles conditions d'hygiène".

- "Lieu d'esclavage humain" -

Dans un communiqué, le bureau du président Muhammadu Buhari, lui-même un musulman du nord du Nigeria, a dénoncé l'établissement "comme une maison de torture et un lieu d'esclavage humain".

"Pour mettre fin aux pratiques culturelles génératrices de violences envers les enfants, nos autorités religieuses et traditionnelles doivent travailler avec les gouvernements fédéraux, étatiques et locaux pour dénoncer et faire cesser tous les types de violences qui sont amplement connus mais négligés depuis de nombreuses années par nos communautés ".

La présidence n'annonce cependant aucune mesure visant à interdire ces écoles hors de contrôle.

Les défenseurs du système Almajiri affirment qu'il offre aux familles pauvres des services que l'État nigérian n'est malheureusement pas en mesure de fournir.

Des millions d'enfants dans le pays n'ont ainsi pas accès à l'éducation alors que l'école primaire est en principe gratuite.

Fonctionnaire en retraite, Yusuf Hassan dirige la Fondation Almajiri dans la ville de Kano, dans le nord du pays, qui a cherché à améliorer le système.

Il insiste sur le fait que la plupart des écoles ne ressemblent pas à celle de Kaduna et blâme les prétendus "centres de redressement" où les familles envoient des jeunes tenus pour délinquants ou toxicomanes.

"Certains parents qui ont des enfants difficiles à prendre en charge à la maison les emmènent dans de tels centres de réadaptation", explique-t-il. "Certains centres finissent par enchaîner les enfants pour les empêcher de s'enfuir."

- Dans le droit chemin -

Yusuf Hassan blâme l'absence de soins médicaux ou psychiatriques de la part du gouvernement pour lutter contre la toxicomanie généralisée dans le nord du Nigeria. Selon lui, une première étape devrait être de séparer les centres de redressement et les écoles.

Mais, paradoxalement, certains de ceux qui ont subi un traitement brutal infligé dans de telles institutions font valoir que l'on peut en retirer beaucoup de bien.

Ainsi, Mohammed Usman s'est retrouvé enchaîné dans une de ces écoles lorsque sa famille l'y a emmené pour décrocher d'une dépendance à la drogue quand il avait une vingtaine d'années.

"Bien sûr, les élèves étaient fouettés lorsqu'ils se comportaient mal, ce qui nous a permis de changer de comportement et de rester dans le droit chemin", affirme à l'AFP Usman, aujourd'hui âgé de 45 ans et enseignant dans un lycée.

Il dit qu'il a été éduqué dans la religion, la moralité et le "respect" et qu'il a finalement réussi à décrocher de sa dépendance à la drogue.

"J'y ai passé neuf mois et quand les enseignants ont été satisfaits de ma rééducation, j'ai été libéré et je suis rentré chez moi. Depuis, je n'ai jamais repris de drogue".

Toutes les actualités

La mortalité lors d’accouchements au Nigeria

La mortalité lors d’accouchements au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:22 0:00

Problèmes de mortalité infantile et maternelle au Nigeria

La mortalité lors d’accouchements au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

Le taux de mortalité infantile et maternelle inquiète au Nigeria. De nombreuses femmes y meurent régulièrement pendant l’accouchement tandis que certains enfants décèdent immédiatement après la naissance.

Devant quelques dizaines de femmes en grossesse, Nkasi Obim Nebo discute des règles, et les donnes des conseils élémentaires à suivre pendant la période prénatale.

La jeune dame infirmière se considère tous les jours en mission de sauvetage. N’kasi Nebo et son équipe de cinq infirmières sont venues dans le camp de déplacés de Kuchingoro à la périphérie d’Abuja la capitale fédérale du Nigeria.

Des femmes en grossesse attendnt pour se faire consulter, le 18 janvier 2020. (VOA/Gilbert Tamba)
Des femmes en grossesse attendnt pour se faire consulter, le 18 janvier 2020. (VOA/Gilbert Tamba)


Pour cette journée de consultations, l’infirmière et sa suite occupent un des conteneurs offerts par la Fondation Nelson déjà en état d’abandon.

"Elles n’ont pas d’opportunité d’effectuer leurs consultations prénatales. La période prénatale est l’un des moyens les plus importants de s’occuper de la femme et de son bébé qui doit naître. Donc nous avions décidé d’offrir à ces communautés au moins quatre différents services de prises en charge pour ces femmes ce qui représente la base établie par l’OMS".

Chassées de leurs villes et villages d’origines dans le nord-est, ces femmes dans ce camp de plus de 3 milles déplacés n’ont pas accès à un centre de santé ni à des soins réguliers.


Il n’ y a pas une famille dans ce camp qui n’ait pas perdu des femmes en couche ou bébé pendant ou après l’accouchement. Il y a quelques mois, Queen Friday a perdu son bébé pendant l’accouchement.

"Nous sommes allés à l'hôpital et le médecin a dit qu'il y avait un problème, je ne peux pas accoucher jusqu'à ce qu’ une césarienne soit effectuée parce que les jumeaux ont été mal positionnés et je pourrais mourir si je dois accoucher. J'ai accepté la césarienne et l'un des jumeaux est décédé pendant l'opération tandis que l'autre a survécu".

Difficile de dire qui ne fait pas son travail, mais le problème au Nigeria la majorité des travailleurs du secteur de la santé est concentré dans les milieux urbains considérés plus favorisés.

Les femmes en état de grossesse sont souvent obligées de parcourir des kilomètres à pied ou à moto pour se rendre dans une structure sanitaire de proximité.




Pour Mary Zakaria qui aussi perdu son enfant dans ce camp après sa naissance la situation est alarmante.

"Quand mon temps pour accoucher s’est approché, je suis allé à l'hôpital. J'ai passé toute la journée dans les douleurs. Je pensais que j'allais mourir, Juste avant 16 heures, j'ai accouché d'un petit garçon et il est mort instantanément".

Au Nigeria, plus de cent femmes meurent chaque jour pendant l’accouchement. Le problème entre 86 et 90 % des femmes surtout dans les zones rurales a accès à un accouchement assisté à la maison.

La mortalité lors d’accouchements au Nigeria

La mortalité lors d’accouchements au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

Attaque djihadiste qualifiée d’extrêmement violente contre une base des Nations Unies

Attaque djihadiste qualifiée d’extrêmement violente contre une base des Nations Unies
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Attaque "extrêmement violente" contre un centre de coordination humanitaire

Des maisons de boue ont été incendiées par des combattants islamistes de Boko Haram dans le village de Maiborti, à la périphérie de Maiduguri, dans le nord-est du Nigéria, le 17 décembre 2018.

Des djihadistes ont mené une "attaque extrêmement violente" contre le centre de coordination humanitaire géré par l'ONU dans le nord-est du Nigeria, près du Cameroun, en proie aux insurrections djihadistes de Boko Haram et de l'ISWAP, branche ouest-africaine du groupe Etat islamique, selon l'ONU.

Les djihadistes ont incendié des bâtiments et pillé de l'aide humanitaire, ont indiqué ces sources.

Des combattants islamistes sont arrivés samedi vers 20H00 à Ngala, à bord de camions équipés de mitrailleuses lourdes et ont attaqué le centre de coordination humanitaire, proche d'un camp de déplacés où 55.000 personnes ont trouvé refuge et dépendent de l'aide humanitaire.

"Les assaillants ont tiré avec des mitrailleuses (...) et utilisé des lance-roquettes RPG. Les soldats qui protègent les lieux ont réussi à évacuer le personnel humanitaire vers leur base à proximité pendant que les combats se poursuivaient", a indiqué un employé humanitaire. "Aucun membre du personnel humanitaire n'a été blessé".

Un autre travailleur humanitaire a déclaré à l'AFP que les djihadistes "avaient pillé des hangars emportant avec eux la nourriture et des médicaments et incendié cinq véhicules".

Une source militaire contactée par l'AFP a indiqué que les assaillants avaient été repoussés après de longs échanges. "Nous avons perdu un soldat et tué quatre +terroristes+", un bilan qui n'a été confirmé ni par l'ONU ni par les autorités nigérianes.

L'ISWAP, une faction djihadiste liée au groupe Etat islamique, a affirmé dans un message diffusé en ligne avoir attaqué des soldats dans la région samedi mais elle n'a pas précisé avoir ciblé le centre d'aide humanitaire.

Le coordinateur humanitaire de l'ONU au Nigeria, Edward Kallon, s'est dit "indigné par l'attaque extrêmement violente contre ce centre humanitaire très important dans la région".

"Une section entière de l'installation a été incendiée ainsi que les rares véhicules que les agences des Nations unies utilisent pour se déplacer et acheminer l'aide", a-t-il expliqué.

M. Kallon a ajouté : "Cette attaque est la dernière d'un trop grand nombre d'incidents visant directement les acteurs humanitaires et l'aide que nous fournissons" dans le nord-est du Nigeria.

Selon l'ONU, 12 humanitaires ont été tués dans le pays en 2019, et deux sont toujours otages des djihadistes.

Le camp de Ngala a été installé en janvier 2016 après le retour de milliers de réfugiés nigérians, chassés du Cameroun.

Le conflit provoqué par Boko Haram et l'ISWAP a fait 35.000 morts et déplacé environ deux millions de personnes de leurs foyers depuis 2009.

L'ouest du Tchad meurtri par un nouvel attentat-suicide attribué à Boko Haram

Un nouvel attentat-suicide portant la marque de Boko Haram a tué neuf civils dans la nuit de dimanche à lundi dans la province du lac Tchad, où les attaques du groupe jihadiste se multiplient ces derniers mois.

"Une kamikaze s'est fait exploser hier (dans la nuit) à Kaiga Kindjiria" et a "provoqué la mort de 9 personnes, dont 2 femmes et 7 hommes", a indiqué à l'AFP un responsable de la sécurité dans la région sous couvert d'anonymat.

Cette attaque ainsi que le nombre de victimes ont été confirmés à l'AFP par le porte-parole de l'armée tchadienne, le colonel Azem Bermandoa.

- 'C'est Boko Haram' -

"Aux alentours de 23H00, une jeune femme kamikaze s'est infiltrée dans une concession où se trouvaient des jeunes femmes et hommes", a précisé à l'AFP un responsable local s'exprimant sous couvert d'anonymat.

"C'est Boko Haram, Il n'y a a pas doute", selon le porte-parole de l'armée.

Kaïga Kindjiria est un village d'environ 7.000 habitants situé dans la province du Lac Tchad. Il est régulièrement pris pour cible par le groupe djihadiste.

Le 14 août dernier, une kamikaze avait déjà fait exploser sa ceinture dans la même localité, tuant cinq civils et un militaire.

Depuis plusieurs mois, les attaques djihadistes se sont multipliées autour du Lac Tchad, une vaste étendue d'eau truffée d'îlots et de marécages partagée par le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Nigeria.

C'est au Nigeria qu'est née l'insurrection de Boko Haram en 2009, avant de se propager dans les pays voisins. La faction de Boko Haram affilié au groupe de l'Etat islamique, ISWAP, est particulièrement active dans cette zone.

Depuis 2015, les pays de la région luttent contre Boko Haram et ISWAP au sein de la Force multinationale mixte (FMM), une coalition régionale engagée autour du Lac Tchad avec l'aide de comités de vigilance composés d'habitants.

- Parly à N'Djamena -

Début janvier, l'ensemble des 1.200 Tchadiens de la FMM déployé depuis des mois au Nigeria sont rentrés au Tchad pour être redéployé sur les pourtours du Lac, côté Tchad, où les attaques se sont multipliées ces derniers mois. Mi-décembre, au moins 14 personnes ont été tuées dans un village de pêcheurs dans la même zone où a été perpétré l'attentat-suicide.

Chez son voisin camerounais, même constat: la région de l'Extrême-nord, qui borde une partie du Lac, est confrontée depuis plusieurs mois à un regain d'attaques de djihadistes nigérians de Boko Haram, selon Amnesty International. L'ONG décompte 275 personnes tuées en 2019, des civils pour la plupart.

Cet attentat-suicide intervient alors que la ministre française des Armées, Florence Parly, en visite à N'Djamena lundi, a souligné "l'engagement très fort" du Tchad dans la lutte contre le djihadisme au Sahel, où opèrent d'autres groupes djihadistes.

Présente au sein du G5 Sahel avec le Mali, le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie, l'armée tchadienne intervient bien en dehors de son territoire. Elle a ainsi récemment annoncé l'envoi d'un bataillon (480 personnes) dans la région des trois frontières, entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, victime de sanglantes attaques de groupes djihadistes.

Voir plus

XS
SM
MD
LG