Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La France à l'offensive face "au coup d'Etat dans le coup d'Etat"


Le nouveau président par intérim de Mali Bah Ndaw a prêté serment lors de la cérémonie d'inauguration à Bamako, au Mali, le 25 septembre 2020.

La France a réagi vite et fort au coup de force du colonel Assimi Goïta au Mali, mais sa marge de manoeuvre s'avère étroite et risque d'être brouillée par son soutien à la junte tchadienne.

A la différence du putsch d'août 2020, marqué par un certain attentisme initial, le président Emmanuel Macron a rapidement condamné avec "la plus grande fermeté" ce "coup d'Etat dans le coup d'Etat" et brandi la menace de sanctions, au nom des Européens.

Paris a exigé la libération du président Bah Ndaw et du Premier ministre Moctar Ouane, arrêtés lundi et retenus dans une base militaire, et "la reprise immédiate du cours normal de la transition".

Selon un responsable militaire, ils ont été libérés dans la nuit de mercredi à jeudi, après avoir démissionné.

Ces deux dirigeants incarnaient le visage civil de la transition - qui doit conduire à des élections début 2022 - face au colonel Goïta, vice-président et chef de la junte à l'origine du coup d'Etat en août.

"La réaction de la France tient en partie à la bonne relation qu'elle a établie avec le président Ndaw, qui revenait tout juste d'un sommet sur l'économie africaine à Paris", relève Andrew Lebovich, expert sur le Sahel au Conseil européen des Relations internationales (ECFR).

"Le gouvernement français veut sans doute aussi éviter le tumulte d'un nouveau coup de force militaire", dit-il à l'AFP.

Déclaration de la junte malienne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:33 0:00

"Complaisance au Tchad"

Pour Nicolas Normand, ancien ambassadeur de France au Mali, "il faut être très ferme vis-à-vis de Goïta, c'est une question de principe" mais le message risque d'être difficile à faire passer après le précédent tchadien.

"On nous a déjà beaucoup reproché une certaine complaisance au Tchad. On a beaucoup dit que cette complaisance avait encouragé Goïta. En tout cas elle a été mal perçue au Mali", explique à l'AFP le diplomate, aujourd'hui chercheur indépendant.

La France, prise de court par la mort brutale du président Idriss Déby Itno en avril, son allié de longue date dans la région, a alors soutenu la transition militaire mise en place au Tchad avec à sa tête le général Mahamat Idriss Déby, fils du défunt chef de l'Etat.

Le gouvernement français souligne la différence entre les deux pays: "circonstances exceptionnelles" après le décès brutal de Déby, contre "nouveau coup de force contre les autorités civiles" au Mali.

Après ce énième bouleversement à Bamako, la lutte contre le jihadisme au Sahel, emmenée par la force française Barkhane (5.100 hommes), se retrouve une nouvelle fois fragilisée.

Au lieu de se concentrer sur la reconstruction de l'Etat et le soutien aux populations, de plus en plus sensibles aux sirènes jihadistes, les autorités maliennes se retrouvent aux prises avec l'instabilité politique.

"Si on met Goïta et le Mali sous sanctions, Barkhane ne pourra pas rester longtemps, ou difficilement, et les jihadistes risquent de prendre le pouvoir dans une situation de chaos", anticipe Nicolas Normand.

La junte a toutefois très clairement manifesté dès sa prise de pouvoir en 2020 sa volonté de maintenir la coopération militaire avec Barkhane et la force de l'ONU (Minusma).

Barkhane et Ag Ghali

"Vu l'importance de Barkhane pour la stabilité du Mali, il est difficile d'imaginer sa remise en question, de même que la coopération (sécuritaire entre Etats) au niveau régional, au moins du point de vue malien", considère Andrew Lebovich.

"Mais la communauté internationale va vraisemblablement se demander si et comment elle souhaite poursuivre sa coopération avec le Mali", ajoute-t-il.

Côté politique, le colonel Goïta pourrait s'allier avec une partie du Mouvement du 5-Juin (M5), le collectif qui avait mené en 2020 la contestation contre le président aujourd'hui déchu Ibrahim Boubacar Keïta et qui avait été marginalisée par les colonels après le putsch, considèrent des experts.

Se pose la question d'éventuelles négociations avec les jihadistes, qui ont une influence de plus en plus marquée dans le nord et le centre du Mali.

"Ce qui rend le président Macron aussi furieux, c'est qu'une partie de la classe politique malienne est prête à négocier avec Iyad Ag Ghali", chef de file de l'alliance jihadiste au Sahel affiliée à Al-Qaïda et ennemi juré de la France, estime Antoine Glaser, expert des questions africaines.

Le tumulte malien complique aussi son plan de réduction de la force Barkhane au fur et à mesure que les Etats de la région prendront leur destin en main et gagneront en stabilité, dit-il à l'AFP. "C'est tout un processus qui se retrouve déstabilisé".

XS
SM
MD
LG