Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Maroc

La conférence de Marrakech approuve le Pacte mondial pour les migrations

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à côté de Louise Arbour, représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour les migrations internationales, lors de la conférence des Nations Unies sur les migrations, à Marrakech, le 10 décembre 2018.

Plus de 150 pays ont adopté lundi à Marrakech (Maroc) le Pacte mondial sur les migrations des Nations unies, en le défendant par de vibrants plaidoyers face aux critiques des nationalistes et partisans de la fermeture des frontières.

"Nous ne devons pas succomber à la peur", a exhorté le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avant l'adoption formelle de ce texte destiné à renforcer la coopération internationale pour une "migration sûre, ordonnée et régulière".

Comme plusieurs dirigeants présents à Marrakech, M. Guterres a aussi dénoncé les "nombreux mensonges" sur le Pacte qui a généré des tensions politiques dans plusieurs pays et fait éclater la coalition gouvernementale en Belgique, avec la démission des ministres issus du parti nationaliste flamand.

Le document doit encore faire l'objet d'un ultime vote de ratification, le 19 décembre à l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

Prévue sur deux jours, la conférence intergouvermentale de Marrakech qui coïncide avec le 70ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme devait être une étape purement formelle du processus onusien.

Mais le sujet déchaînant les passions, une quinzaine de pays (Autriche, Australie, Bulgarie, Chili, Estonie, Hongrie, Italie, République tchèque, République dominicaine, Lettonie, Pologne, Slovaquie, Slovénie et Suisse) ont annoncé leur retrait ou le gel de leur décision après avoir approuvé le texte le 13 juillet à New York.

"Gouvernance mondiale"

Les Etats-Unis, qui s'étaient retirés de l'élaboration du texte en décembre 2017 en le jugeant contraire à la politique d'immigration du président Donald Trump, ont lancé vendredi dernier une nouvelle salve contre le Pacte et contre toute forme de "gouvernance mondiale".

Malgré cette opposition, M. Guterres s'est dit confiant sur la suite du processus: "la réponse a été donnée par plus de 150 pays qui sont venus ici", a-t-il dit au cours d'un bref point de presse.

Alors que les nationalistes européens se mobilisent contre le Pacte à l'approche des élections européennes de mai 2019, la chancelière allemande Angela Merkel est venue le soutenir en personne, comme plusieurs premiers ministres européens: l'Espagnol Pedro Sanchez, le Portugais Antonio Costa, le Grec Alexis Tsipras, le Danois Lars Løkke Rasmussen --qui vient de resserrer la politique migratoire de son pays-- et le Belge Charles Michel, qui a donc maintenu son déplacement au prix de l'unité de sa coalition.

Dans un discours très applaudi, Mme Merkel a plaidé avec passion pour le multilatéralisme en rappelant l'histoire de son pays, marqué par le nazisme.

"La réponse au nationalisme pur a été la fondation des Nations unies et l'engagement de trouver ensemble des réponses à nos problèmes communs", a-t-elle dit.

"Ce modèle de coopération est complexe, il comprend parfois des pas en avant et parfois des peaux de banane (...) mais c'est le seul moyen pour ceux qui veulent un monde meilleur", a lancé le Premier ministre belge. Sans regret face au prix politique à payer, Charles Michel s'est dit "debout, droit et fier des convictions portées par la Belgique".

Non contraignant, le Pacte recense des principes --défense des droits de l'Homme, des enfants, reconnaissance de la souveraineté nationale-- et liste différentes options de coopération --échanges d'information et d'expertises, intégration des migrants etc... Il prône l'interdiction des détentions arbitraires, n'autorisant les arrestations qu'en dernier recours.

Présents à Marrakech, les défenseurs des droits de l'Homme et les ONG l'ont défendu avec ardeur même si certains le trouvent insuffisant, notamment sur les droits des migrants. Ses détracteurs, eux, le voient comme un encouragement à un flux migratoire incontrôlé.

"Accord historique"

"Entre le laxisme inacceptable et le tout sécuritaire insupportable, il y a une voie que nous ouvrons aujourd'hui", a de son côté estimé le roi du Maroc Mohamed VI, dans un message aux participants. "L'Afrique sera un acteur central" du Pacte, a-t-il assuré, rappelant que le Maroc pilote le dossier migratoire de l'Union africaine.

Le Mexique, le Guatemala, le Salvador et le Honduras ont pour leur part salué un "accord historique" et mis en avant leur nouveau "plan de développement" régional destiné à freiner l'émigration depuis l'Amérique centrale, alors que des milliers de migrants se massent à la frontière américaine placée sous haute surveillance par le président Trump.

Le Mexique prévoit 35 milliards de dollars d'investissements pour ce plan qui est "la première et la plus importante application du Pacte", a déclaré Marcelo Ebrard, le chef de la diplomatie mexicaine au cours d'un point-presse avec ses trois homologues.

Il y a environ 258 millions de personnes en mobilité et migrants dans le monde, soit 3,4% de la population mondiale. Plus de 80% des déplacements entre les pays se fait de façon légale. Pour la migration clandestine, plus de 60.000 sont morts pendant leur périple depuis 2000, selon les chiffres de l'ONU.

Toutes les actualités

Une dizaine d'arrestations pour "avortement illégal" au Maroc

Quartier d’une banlieue ouvrière de Marrakech au Maroc, 28 avril 2008. (AP Photo/Alfred de Montesquiou)

Onze personnes ont été interpellées mardi pour "avortement illégal" dans la ville de Marrakech, a annoncé la police marocaine. L'IVG est passible de prison au Maroc, où le sujet fait débat. 

Dans un communiqué, la sûreté nationale (DGSN) indique avoir ouvert une enquête après avoir "reçu des plaintes sur une clinique pratiquant l'avortement illégal".

Le propriétaire de la clinique, quatre infirmières et six patients, dont une adolescente de 17 ans, ont ensuite été interpellés pour "implication présumée dans la pratique courante d'avortement illégal, détournement de mineur, adultère et complicité", selon la même source. Huit des personnes mises en cause ont été placées en garde à vue et la fille sous contrôle policier.

Le Maroc s'était engagé en 2015 dans un profond débat sur "l'urgence" d'un assouplissement de sa législation face au fléau des centaines d'avortements clandestins pratiqués chaque jour, dans des conditions sanitaires parfois désastreuses.

Une commission officielle avait dans la foulée recommandé que l'avortement dans "quelques cas de force majeure" devienne autorisé, notamment en cas de viol ou de graves malformations. Aucune loi n'est depuis venue entériner ces recommandations ardemment soutenues par les défenseurs des droits des femmes.

L'interruption volontaire de grossesse reste passible de six mois à cinq ans de prison au Maroc. Le code pénal sanctionne aussi bien la femme qui avorte (de six mois à deux ans de prison) que les personnes qui pratiquent l'acte (de un à cinq ans de prison).

Les grossesses non désirées renforcent le phénomène des "mères célibataires" et l'abandon d'enfants, jusqu'à 150 par jour, affirment des ONG. Les enfants nés hors mariage sont considérés comme "illégitimes" par la loi marocaine.

Les autorités marocaines annoncent la reprise des vols aériens

Un Boeing de la compagnie aérienne Royal Air Maroc à l'aéroport Benslimane du Maroc, le 2 février 2020. (Photo FADEL SENNA / AFP)

Le Maroc reprendra ses vols intérieurs à partir du 25 juin, a annoncé dimanche l'agence de presse gouvernementale, citant le ministère du Tourisme, de l'artisanat, du transport Aérien et de l’économie sociale.

Plus tôt dans la journée, le gouvernement a déclaré qu'il assouplirait encore les mesures pour le secteur des services et le transport intérieur.

Selon le quotidien Le Matin, "plusieurs lignes redémarreront, telles que Casablanca-Dakhla, Casablanca-Laayoune, Casablanca-Oujda, Casablanca-Agadir, Fès-Marrakech, Agadir-Tanger, Marrakech-Dakhla".

Les Marocains envoient 8 millions de masques à 15 pays africains

Un Boeing 787-8 "Dreamliner" de la Royal Air Maroc (RAM) atterrit à l'aéroport Benslimane du Maroc, le 2 février 2020. (Photo: Fadel Senna/AFP)

Le Maroc a annoncé dimanche l'envoi d'une aide médicale comprenant près de huit millions de masques sanitaires à une quinzaine de pays africains pour les aider à lutter contre l'épidémie de nouveau coronavirus.

Selon l'Agence marocaine de presse (MAP), l'aide est composée de près de 8 millions de masques, 900.000 visières, 600.000 charlottes, 60.000 blouses, 30.000 litres de gel hydroalcoolique, 75.000 boîtes de chloroquine et 15.000 boites d’Azithromycine.

Le royaume a commencé à envoyer cette aide dimanche, a précisé le ministère marocain des affaires étrangères dans un communiqué. Il précise que tous ces produits et équipements sont fabriqués au Maroc et respectent les normes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

D'après la MAP, les 15 pays devant bénéficier de cette aide médicale sont: le Burkina Faso, le Cameroun, les Comores, le Congo, Eswatini, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Malawi, la Mauritanie, le Niger, la République Démocratique du Congo, le Sénégal, la Tanzanie, le Tchad et la Zambie.

La Mauritanie a reçu son lot dès dimanche, selon la MAP.

Le roi Mohammed VI avait annoncé en avril le lancement d'une "action de solidarité" en faveur des pays africains pour permettre "un partage d'expériences" dans la gestion de la pandémie.

Le royaume a multiplié les initiatives diplomatiques et les investissements ces dernières années en Afrique.

Ce pays de 35 millions d'habitants a été relativement épargné par le nouveau coronavirus, avec 8.793 cas de contamination et 212 décès officiellement recensés.

Économie avec Eric Manirakiza: le sort des artisans marocains inquiète

Économie avec Eric Manirakiza: le sort des artisans marocains inquiète
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:28 0:00

Les Marocains lancent une application de traçage facultative contre le coronavirus

Un travailleur médical emballe un échantillon d'un chauffeur de taxi lors d'un test de COVID-19 à Rabat, Maroc, le 27 mai 2020.

Les autorités marocaines ont lancé lundi une application mobile de traçage des contacts par smartphone pour lutter contre la propagation de la maladie Covid-19, a annoncé le ministère de la Santé dans un communiqué.

Cette application baptisée "Wiqaytna" (notre protection) utilise une technologie Bluetooth (communication entre appareils électroniques situés à proximité), avec un usage "volontaire", selon la même source.

L'application "envoie une notification à l'utilisateur en cas de proximité physique prolongée avec un autre utilisateur positif au Covid-19 et permet au ministère de la Santé de faire "une évaluation du risque d'exposition", puis le cas échéant, d'entrer en contact avec le cas notifié, selon la même source.

Le Maroc, qui compte 35 millions d'habitants, a multiplié les dépistages ces derniers jours, avec environ 208.366 tests menés, 7.819 cas officiellement détectés et 205 morts, selon le bilan publié lundi.

L'application "Wiqaytna" qui s'inspire d'une technologie utilisée à Singapour a été validée par la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), un organisme officiel qui a conditionné son utilisation à plusieurs mesures de protection des données privées.

Différents pays se sont dotés ces dernières semaines de systèmes de traçage, avec parfois des débats très vifs sur leur compatibilité avec les libertés individuelles.

A Singapour, l'application gouvernementale "TraceTogether" lancée mi-mars a connu un succès mitigé, avec un faible nombre d'utilisateurs (1,5 million de personnes, soit à peine un quart de la population) et donc une efficacité limitée.

Au Maroc, la stratégie autoritaire adoptée pour limiter la contagion, --confinement obligatoire, déplacements limités, contrôles policiers fréquents-- suscite une adhésion assez forte de la population, selon les indicateurs officiels.

La prolongation du confinement obligatoire au 10 juin prochain, pour une durée totale d'environ 10 semaines, a cependant suscité des réserves. Dans les faits, beaucoup ont recommencé à retrouver une vie normale ces derniers jours.

Voir plus

XS
SM
MD
LG