Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'opposition appelle au boycott du recensement électoral au Togo


Le président Faure Gnassingbé à Lomé, 27 juin 2018. (Twitter/ Faure E. Gnassingbé)

Dans les prochains jours, la coalition de l'opposition togolaise va envoyer ses représentants à la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Avant que ses représentants ne prêtent serment et siègent, la coalition demande la suspension des travaux en cours à la CENI, notamment le recensement électoral.

La position de la coalition sur l'organisation des prochaines élections dans les pays a été présentée à Lomé. Elle appelle au boycott du recensement électoral, prévu pour démarrer le 1er octobre prochain.

La coalition estime que les conditions actuelles d'organisation de ce recensement ne sont pas bonnes et que les élections qui seront organisées dans ces mêmes conditions ne seront pas de qualité.

Brigitte Adjamagbo Johnson, coordinatrice de la coalition à la conférence de presse mercredi matin, le 26 septembre 2018. (VOA/Kayi Lawson)
Brigitte Adjamagbo Johnson, coordinatrice de la coalition à la conférence de presse mercredi matin, le 26 septembre 2018. (VOA/Kayi Lawson)

Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la C14, explique que "cette CENI ne comprend rien et s'entête à vouloir organiser un recensement".

"Nous demandons aux populations de se tenir à l’écart de ce qui va être fait et qui sera une mascarade", a-t-elle déclaré.

Lors d'une rencontre du comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO, le 23 septembre dernier, la coalition a réussi à obtenir une recomposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Ainsi, elle a jusqu'au 30 septembre pour envoyer les noms de ses représentants au sein de la commission électorale. Toutefois, la C14 exige que le président de l'instance organisatrice des prochaines élections soit une personnalité neutre ou au pire des cas d'une autre nationalité.

XS
SM
MD
LG