Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

La branche d'Al-Qaïda au Sahel se dit prête à négocier avec Bamako, sous conditions

Des soldats togolais arrivent à l'aéroport de Bamako jeudi 17 janvier 2013 afin de combattre les insurgés djihadistes qui contrôlent le nord du Mali et arracher cette partie du pays aux groupes liés à Al-Qaïda. (Photo AP / Jerome Delay)

Le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance jihadiste du Sahel affiliée à Al-Qaïda, s'est dit prêt à accepter de négocier avec Bamako à condition que la France et l'ONU retirent leurs forces du Mali.

Cette annonce fait suite à la récente décision du président malien Ibrahim Boubacar Keïta de rompre avec la ligne directrice suivie jusqu'alors officiellement dans le conflit en cours depuis 2012 et de tenter de dialoguer avec certains jihadistes maliens.

"Nous sommes prêts à engager des négociations avec le gouvernement malien, dont le président a annoncé son souhait de négocier avec (le GSIM) afin de discuter des moyens de mettre fin au conflit sanglant entré dans sa septième année à cause de l'invasion des croisés français", dit le groupe dans un communiqué publié par sa plate-forme al-Zallaqa et authentifié lundi par le Centre américain de surveillance des sites jihadistes SITE.

"Nous n'avons pas d'autre condition préalable pour prendre part à ces négociations" que ce que le GSIM présente comme la demande des Maliens, "à savoir la fin de l'occupation raciste et arrogante des croisés français".

"Il ne saurait être question de négociations à l'ombre de l'occupation, avant le départ du Mali de toutes les forces françaises et de ceux qui les suivent", dit le GSIM.

Le GSIM décrit sa prise de position comme une réponse à la demande exprimée par les Maliens lors de récentes manifestations contre la présence française. Le gouvernement malien "devrait retirer l'invitation formelle" faite aux Français et "déclarer ouvertement la fin de la présence de Barkhane et des troupes de la Minusma sur son territoire".

Barkhane est la force antijihadiste française déployée au Mali et au Sahel avec 5.100 hommes. La Minusma est la mission des Nations unies. Elle avait environ 12.000 soldats au Mali fin 2019.

Le Mali est le théâtre depuis 2012 d'une crise multiforme qui a fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. Si un accord de paix a été signé en 2015 avec les rebelles séparatistes du nord, le pays reste en proie aux agissements des groupes jihadistes, aux tensions intercommunautaires, fomentées ou attisées par ces mêmes jihadistes, et aux trafics de toutes sortes ébranlant l'autorité de l'Etat, qui ne s'exerce que sur des parties du territoire.

- Silence officiel -

Les violences se sont propagées du nord au centre du pays et aux voisins du Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Devant la dégradation sécuritaire des derniers mois, et après avoir longtemps rejeté toute discussion avec ceux que le gouvernement malien appelle "terroristes", le président Keïta a admis en février l'existence d'une démarche d'approche des groupes jihadistes.

Le nombre des morts au Sahel "devient exponentiel et je crois qu'il est temps que certaines voies soient explorées", avait-il dit.

Quelques jours auparavant, un de ses représentants avait indiqué avoir envoyé des émissaires en direction d'Iyad Ag Ghaly, à la tête du GSIM, et d'Amadou Koufa, chef de la katiba Macina, l'une de ses branches, qui sévit depuis 2015 dans le centre.

M. Keïta avait dit qu'il attendait toujours des "frémissements" de réponse à la démarche entreprise. Il avait aussi dit ne pas exclure des discussions avec le groupe Etat islamique (EI) et son chef local, Adnane Abou Walid al-Sahraoui.

Le sommet de Pau (France) sur le Sahel en janvier avait désigné l'EI comme l'ennemi prioritaire dans la sous-région.

Aucune réaction officielle au communiqué du GSIM n'est encore venue du gouvernement malien, de la France ou de l'ONU.

Toutes les actualités

Un ancien chef du renseignement arrêté à Bamako

Un ancien chef du renseignement arrêté à Bamako
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:22 0:00

Libération de deux Mauritaniens kidnappés le 18 juillet au Mali

umugabo washakaga guhitana Koloneli Asimi Goita Perezida w'inzibacyuho wa Mali aryamye mu ikamyoneti nyuma yo gutabwa muri yombi

Deux Mauritaniens enlevés au Mali le 18 juillet en compagnie de trois ressortissants chinois ont été libérés mardi, a indiqué une source proche du gouvernement mauritanien.

Les cinq hommes avaient été enlevés lors d'une attaque contre un site de construction d'une route à quelque 55 km de la ville de Kwala, dans le sud-ouest du Mali, non loin de la frontière mauritanienne, selon l'armée malienne.

Les deux Mauritaniens "ont été libérés cet après-midi par leurs ravisseurs et se trouvent désormais aux mains des autorités mauritaniennes", a dit à l'AFP un responsable du ministère mauritanien de la Communication, confirmant une information de l'Agence mauritanienne d'information (AMI, officielle).

"Ils se trouvent à Vassala, sur la frontière sud-est avec le Mali. Ils sont en bonne santé", a ajouté cette source, qui n'était pas en mesure de donner de détails sur les circonstance de leur libération ou sur l'identité des ravisseurs.

Ce responsable ayant requis l'anonymat et l'AMI n'ont pas non plus donné d'indications sur le sort des trois ressortissants chinois enlevés en même temps qu'eux.

L'agence de presse mauritanienne Al-Akhbar avait rapporté que les assaillants, arrivés à moto, avaient incendié des réservoirs de carburant avant de s'enfuir avec les otages. Des équipements de chantier avaient également été détruits, avait indiqué l'armée malienne, sans plus de détails.

Les rapts, à la fois de Maliens et de ressortissants étrangers, sont monnaie courante dans le pays, foyer de violences jihadistes, intercommunautaires ou crapuleuses qui ensanglantent cette partie du Sahel depuis des années.

Cinq catholiques maliens avaient été kidnappés le 21 juin après leur départ de Ségué, une localité située sur le plateau dogon (centre) peuplé en grande partie de catholiques. Quatre d'entre eux avaient été libérés deux jours plus tard et le cinquième à la mi-juillet.

Le journaliste français Olivier Dubois, enlevé dans le nord du Mali le 8 avril, est pour sa part toujours aux mains de ses ravisseurs.

Tentative d’assassinat d’Assimi Goïta : l’auteur présumé est mort

Tentative d’assassinat d’Assimi Goïta : l’auteur présumé est mort
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:07 0:00

Décès de l'homme soupçonné d'avoir tenté de poignarder le président malien de transition

Le personnel de sécurité escorte un agresseur présumé du président malien, le colonel Assimi Goita, hors de la grande mosquée Fayçal à Bamako, le 20 juillet 2021.

Un homme accusé d'avoir tenté de poignarder le président intérimaire du Mali, Assimi Goita, la semaine dernière, est mort à l'hôpital alors qu'il était détenu par les services de sécurité, a déclaré le gouvernement dans un communiqué dimanche.

Assimi Goita, un colonel des forces spéciales qui a orchestré deux coups d'État en moins d'un an, s'en est sorti indemne après que l'agresseur a tenté de le poignarder pendant la prière dans une mosquée de la capitale Bamako mardi dernier.

Le gouvernement malien annonce le décès de l'agresseur du président Goïta
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00


Des agents de sécurité ont jeté un homme à l'arrière d'un pick-up militaire, selon une vidéo obtenue par Reuters, alors que le colonel Goita était aussitôt entouré de gardes du corps.

"Au cours des investigations (...) son état de santé s'est dédradé", lit-on dans le communiqué du gouvernement. Il a été transporté à l'hôpital, où il est décédé, ajoute le communiqué.

Une enquête est en cours pour déterminer la cause du décès.

Le Mali, théâtre d'opérations soutenues par la France contre les insurgés liés à Al-Qaïda et à l'État islamique pendant une décennie, a été plongé dans la tourmente politique après qu'une junte militaire dirigée par M. Goita a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita en août 2020.

M. Goita a été le vice-président du dirigeant de transition Bah Ndaw jusqu'à l'éviction de ce dernier en mai.

Le gouvernement malien annonce le décès de l'agresseur du président Goïta

Le gouvernement malien annonce le décès de l'agresseur du président Goïta
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG