Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

L'opposition manifeste à Dakar contre le système de parrainage

Les partisans des partis d'opposition participent à un rassemblement contre la politique du président sortant à Dakar, le 11 janvier 2019.

Quelques milliers de partisans de l'opposition sénégalaise ont manifesté vendredi à Dakar pour réclamer plus transparence dans processus électoral devant conduire à la présidentielle du 24 février.

Ils protestaient contre l'élimination d'un grand nombre de dossiers de candidature par le Conseil constitutionnel.

"Il y a une injustice dans la vérification des parrainages puisque ce sont ceux (du président sortant) Macky Sall qui ont été vérifiés en premier, ce qui fait que d'autres candidats ont eu des doublons" invalidant certains de leurs parrainages, a expliqué à l'AFP Mariama Diallo, venue pour soutenir Karim Wade, l'un des principaux opposants.

"Les parrainages ont été une excuse pour disqualifier le plus de candidats possibles", a-t-elle ajouté, alors que les orateurs se succédaient dans une ambiance festive sur une scène installée au pied d'un obélisque, sur la place de la Nation, dans le centre de la capitale.

Sur les 27 personnalités ayant rentré un dossier pour se présenter à la magistrature suprême, seules sept, dont le président Macky Sall, sont parvenues à recueillir le nombre nécessaire de parrainages --environ 52.000 signatures--, un seuil fixé par une loi controversée adoptée l'an dernier, selon le Conseil constitutionnel.

Une partie des dossiers ont été recalés à cause de la présence de doublons dans les parrainages, la loi stipulant qu'un électeur ne peut parrainer qu'un seul candidat.

Font partie de la liste des retenus la figure montante de l'opposition, Ousmane Sonko, l'ex-Premier ministre Idrissa Seck, un proche de l'ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012), Madické Niang, le candidat du Parti de l'Unité et du Rassemblement (PUR), El Hadji Sall, ainsi que le maire déchu de Dakar, Khalifa Sall, et Karim Wade, ancien ministre et fils d'Abdoulaye Wade.

Parmi les 20 recalés figurent notamment un ancien président de l'Assemblée nationale et du Sénat, Pape Diop, et deux anciens Premiers ministres, Abdoul Mbaye et Hadjibou Soumaré.

Khalifa Sall et Karim Wade, en délicatesse avec la justice, risquent en outre d'être jugés "inéligibles" et exclus de la liste définitive qui doit être publiée d'ici au 20 janvier, tandis que d'autres candidats ont introduit des recours et espèrent encore pouvoir se présenter.

Le rassemblement était organisé par le Front de résistance nationale (FRN), une coalition de seize candidats de l'opposition qui réclame également depuis des mois le départ du ministre de l'Intérieur, chargé d'organiser les élections, Ali Ngouye Ndiaye, jugé trop proche du président Macky Sall.

Toutes les actualités

La peinture pour lutter contre les violences faites aux femmes

La peinture pour lutter contre les violences faites aux femmes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:48 0:00

Le succès du coronavirus au Sénégal divise les experts

Le succès du coronavirus au Sénégal divise les experts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:41 0:00

Mystérieuse maladie de peau: toujours pas d'explications

Mystérieuse maladie de peau: toujours pas d'explications
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Une maladie mystérieuse frappe les pêcheurs sénégalais

Le ministre de la pêche Alioune Ndoye au chevet des malades au Sénégal, le 20 novembre 2020.

Depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie dans plusieurs villages de pêcheurs traditionnels au Sénégal, les autorités ne donnent aucune cause exacte.

Les premiers examens n’ont pas permis d’élucider l’origine de cette maladie qui cause une grande anxiété au sein des populations. Par peur, beaucoup de Sénégalais ont décidé de ne plus toucher au poisson alors que le plat national, le célèbre Thiebou Dienn, est fait à base de riz et de poisson.

Les autorités ont très tôt pris les devants pour éviter que la psychose ne s’installe. Après une visite dans le villages de pêcheurs touchés par la maladie, le ministre de la pêche, Alioune Ndoye, s’est voulu rassurant disant que la mise en circulation des poissons est réglementée pour protéger le consommateur.

"Nous confirmons une prompte réaction du ministère de la santé et de toutes ses équipes et le professionnalisme des médecins qui ont permis tout de suite d’isoler et de les prendre en traitement avec des résultats probants car au bout de deux jours certains sont rentrés chez eux donc cela est rassurant", a d’emblée souligné le ministre.

Ila aussi précisé qu’il parlait pour rassurer au niveau de tout ce qui se dit quant au fait de manger ou non du poisson. Le ministre de la pêche est ainsi revenu sur l’origine de la maladie.

"Les poissons déversés sur le marché font d’abord l’objet d’analyses et de certification quant à leur caractère consommable. Donc nous rassurons de ce point de vue-là", a-t-il dit.

Des assurances qui ne semblent pas convaincre les Sénégalais. Beaucoup d’entre eux ont préféré opter pour la prudence.

Pour Khady Sow, femme au foyer, il est tout simplement exclu d’aller acheter du poisson au marché où à la plage: "Nous n’allons plus au marché et nous n’allons plus prendre des risques par rapport à ça. On fait maintenant le menu et on change de repas parce que c’est plus sûr ", précise-t-elle. "La plage, c’est fini jusqu’à nouvel ordre".

Ces craintes ne se limitent pas aux ménagères.

Abdoulaye Camara est un sportif habitué de la plage. Il juge qu’il il est pour le moment plus raisonnable d’éviter les plages et la mer. "Ca me pose problème et j’ai complètement arrêté mes activités sur la plage vu qu’il a problème. Une maladie dont tu ne connais pas l’origine ni l’infection, je ne vois pas pourquoi risquer d’aller à la plage alors qu’on peut faire nos activités dans les salles de sport et dans les terrains de football", affirme-t-il.

Les premiers résultats des examens effectués sur l’axe maritime Dakar-Popenguine n’ont pas permis de lever les équivoques.

Après analyse d’échantillons d’eau de mer, d’équipement de pêcheurs et de poissons, les experts ont relevé la présence de plusieurs composantes chimiques. Ils ont suggéré la remise des résultats à des toxicologues et l’orientation des recherches vers les filets utilisés par les pêcheurs.

Pour le moment, cette maladie qui se caractérise par des pustules et des abcès qui envahissent tout le corps, garde encore tous ses mystères.

Les Sénégalais se méfient du poisson depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

Les Sénégalais se méfient du poisson depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie

Les Sénégalais se méfient du poisson depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG