Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

L'opposition guinéenne marque cinq jours de deuil après la mort du centième manifestant en huit ans

Des hommes transportent un homme blessé lors d'une fusillade à Conakry, le 7 novembre 2018.

L'opposition guinéenne a annoncé jeudi un "deuil de cinq jours" pour marquer sa solidarité avec les victimes de violences policières et militaires après la mort la veille de deux manifestants portant, selon elle, à 100 le nombre de tués depuis l'arrivée au pouvoir du président Alpha Condé en 2010.

"Nous avons enregistré de nombreux assassinats ciblés, mais avec ce double meurtre d'hier, on a franchi la barre de 100 victimes de M. Alpha Condé", a déclaré le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, à l'issue d'une "réunion de crise" des dirigeants de l'opposition à son domicile.

M. Diallo a mis en cause des "bérets rouges", dont la présence aux côtés de la police a été récemment dénoncée par Amnesty International. Selon le chef de l'opposition, des membres de cette unité d'élite militaire "sont arrivés sur une moto et ont arrosé (de balles) un groupe de jeunes qui étaient assis".

"Le crime a été trop atroce, on va demander cinq jours de deuil jusqu'à lundi. Nous allons demander à tous les Guinéens épris de paix de se joindre à nous pour marquer leur solidarité avec la famille", a expliqué M. Diallo, qui s'exprimait devant des militants.

L'opposition multiplie depuis le début du mois d'octobre les journées "ville morte" et les manifestations pour protester contre la violation, selon elle, par le pouvoir d'un accord conclu en août sur l'installation des élus locaux après le scrutin contesté du 4 février. Elle accuse le gouvernement de corrompre ses élus pour s'assurer une large majorité des communes à travers le pays.

Elle avait appelé à une nouvelle journée "ville morte" mercredi et, jeudi, à une manifestation interdite par les autorités.

"Nous n'allons pas marcher aujourd'hui", a déclaré M. Diallo à ses partisans.

Mais il a promis que les manifestations reprendront la semaine prochaine, "avec mardi la marche des femmes pour exiger l'arrêt des assassinats de leurs enfants", puis une nouvelle "journée ville morte" mercredi 14 novembre, suivie le lendemain d'une "marche de protestation contre l'impunité dont jouissent les forces de l'ordre".

Amnesty International s'était inquiétée le 31 octobre du nombre de tués --18 depuis début de l'année-- lors des manifestations de l'opposition, demandant aux autorités de Conakry de veiller à ce que "personne d'autre ne perde la vie".

Avec AFP

Toutes les actualités

Enseignant guinéen tué en France : un suspect de nationalité turque en garde à vue

Policier français à Lyon le 24 mai 2019.

Moins de soixante-douze heures après l'agression mortelle d'un jeune universitaire guinéen près de Rouen (nord-ouest), qui a suscité un vif émoi en France pour son caractère présumé raciste, un homme de nationalité turque, selon des sources policières, a été placé en garde à vue lundi matin.

Le suspect, né en 1990, a été interpellé "ce matin à Rouen" et a des "antécédents psychiatriques", a-t-on déclaré de source policière.

"C'est un petit voyou connu pour des délits mineurs, comme de stupéfiants", a indiqué à l'AFP une autre source policière, qui a indiqué que le suspect portait "un maillot du club turc de Galatasaray", un club de football d'Istanbul, au moment des faits qui ont eu lieu vendredi vers 18H20 GMT, peu avant la finale de la Coupe d'Afrique des Nations entre l'Algérie et le Sénégal.

Le procureur de Rouen Pascal Prache a confirmé à l'AFP qu'une personne a été interpellée et placée en garde à vue.

Enquête sur la mort d'un Guinéen agressé en marge de la finale de la CAN
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Selon l'avocat de la famille Me Jonas Haddad, "il s'agit d'un crime raciste, sans aucun doute, mais rien ne permet d'établir que c'est en lien avec la finale de la CAN. Rien ne permet de dire aussi qu'il a été agressé par un supporteur algérien", avait-il dit lundi matin à l'AFP alors que certaines personnalités et associations pointaient du doigt la communauté algérienne.

- Marche blanche vendredi -

Vendredi soir, Mamoudou Barry, enseignant-chercheur à l'Université de Rouen-Normandie, a été invectivé par son agresseur, à la hauteur d'un arrêt de bus à Canteleu, alors qu'il rentrait chez lui en voiture avec son épouse, selon des proches de la victime et l'avocat.

"L'agresseur les a pointés du doigt et a dit: +Vous les sales noirs, on va vous niquer ce soir+", a expliqué Kalil Aissata Kéita, enseignant chercheur à l'Université de Rouen, lui aussi Guinéen et "ami proche" de la victime.

M. Barry serait descendu de sa voiture pour demander des explications. L'agresseur "l'a frappé à coups de poings et de bouteilles", puis, "la victime est mal tombée, il a perdu beaucoup de sang. Quelqu'un a tenté de lui faire un massage cardiaque", a expliqué Me Haddad. Transporté à l'hôpital de Rouen, Mamoudou Barry, père d'une petite fille, est mort samedi.

Mamoudou Barry, âgé de 31 ans, avait soutenu une thèse de droit le 27 juin à Rouen sur les "Politiques fiscales et douanières en matière d'investissements étrangers en Afrique francophone", selon le site de l'Université.

Une marche blanche doit être organisée vendredi à Rouen, a précisé l'avocat.

Cette agression mortelle a suscité de vives condamnations, en France comme en Afrique.

Le député Les Républicains (droite) Éric Ciotti s'est déclaré dès dimanche "scandalisé par ce crime barbare", tandis que la présidente de la région parisienne Valérie Pécresse se disait "choquée". "Le racisme à en pleurer. Une femme, une fille dévorées par le chagrin parce que la vie de celui qu’elles aimaient a rencontré un abruti", s'était indigné pour sa part le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure.

Lundi, le président guinéen, Alpha Condé, s'est déclaré "très touché".

"Le gouvernement guinéen suit de très près l'évolution des enquêtes diligentées par les autorités françaises", indique un communiqué de la présidence, en précisant que le chef de l'Etat "s'entretiendra avec l'ambassadeur de France en Guinée pour la suite à donner".

L'ex-Premier ministre guinéen et opposant Sidya Touré s'est lui aussi dit "très peiné par la mort du jeune enseignant Mamoudou Barry dans des conditions aussi tragiques". A Dakar, le président sénégalais Macky Sall a condamné sur Twitter un "crime odieux".

Dans un communiqué diffusé lundi, SOS Racisme estime que "toute la lumière doit être rapidement faite sur les circonstances de cet acte barbare. En effet, il flotte sur cet acte criminel un parfum de racisme sur lequel les services enquêteurs doivent rapidement se prononcer".

Enquête sur la mort d'un Guinéen agressé en marge de la finale de la CAN

Enquête sur la mort d'un Guinéen agressé en marge de la finale de la CAN
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

La Guinée a limogé son entraineur

Paul Put au stade d'Alger, en Algérie, le 9 juillet 2017

Le sélectionneur de l'équipe de football de Guinée, Paul Put, a été limogé mardi après les mauvais résultats du pays lors de la CAN 2019, a annoncé la Fédération guinéenne de football, alors que le Belge occupait ce poste depuis mars 2018.

La Guinée a été éliminée en 8e de finale de la CAN, en cours en Egypte, par l'Algérie (0-3), le 7 juillet. Au premier tour, elle avait fait match nul (2-2) avec Madagascar, suivi d'une défaite (0-1) face au Nigeria, puis d'une victoire (2-0) sur le Burundi.

"Le coach est remercié. Nous allons discuter avec lui des conditions de son départ. La Feguifoot (Fédération guinéenne de football) a mis fin à la collaboration avec Paul Put", a affirmé Antonio Souaré, président de la Fédération, lors d'une conférence de presse mardi, affirmant que M. Put n'avait pas atteint l'objectif qui lui avait était fixé.

"Sur 12 matches officiels disputés par l'équipe nationale sous le coaching de Paul Put, nous avons enregistré un résultat qui n'est pas satisfaisant, qui s'est soldé par cinq défaites, quatre matches nuls et trois victoires", a-t-il dit.

La Fédération a également dissous ses six commissions et suspendu deux de ses responsables mis en cause dans la fraude sur l'âge de deux joueurs cadets ayant abouti à l'élimination de la Guinée pour la prochaine Coupe du monde dans cette catégorie.

L'entraîneur national des cadets, Mohamed Maléah Camara, et les deux joueurs concernés par cette fraude sur l'âge, Aboubacar Conté et Ahmed Tidiane Keita, ont également été suspendus, en attendant que le Tribunal arbitral du sport se prononce sur le dossier.

Dr. Diene Keita, Guinéenne avant-gardiste

Dr. Diene Keita, ministre guinéenne de la Coopération et de l'Intégration Africaine.

La ministre guinéenne de la Coopération et de l’Intégration africaine œuvre pour le leadership des jeunes et des femmes. Experte en économie internationale et droit du développement, Diene Keita a occupé divers postes à responsabilité au sein de l’Onu.

Dans un entretien avec Mme Keita, nous avons abordé la question de la représentation des femmes dans les instances de décision. Plusieurs pays d’Afrique ont adopté des systèmes de quotas au sein de leurs gouvernements et parlements.

Pour l’heure, la Guinée compte seulement quatre femmes dans un gouvernement de 30 ministres. La ministre a toutefois assuré que des efforts sont en cours, basés sur le principe de la parité hommes/femmes.

"Quand on tombe, on se relève et on continue le combat", Diéné Keita, ministre guinéenne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:22 0:00

Voici un extrait de l’entretien:

Dr. Diene Keita: Au sein de tous nos ministères, chacun d'entre nous a fait l'effort maximum pour recruter encore plus de femmes.

VOA: Donc vous avez un système de parité au sein même de votre ministère?

D. Keita: Absolument. Bon, il y a des cadres qui sont là, que l'on n'allait pas enlever, mais parmi tous les nouveaux cadres qu'on a amenés, effectivement, cela a été fait de manière paritaire, et en tenant compte aussi de la jeunesse. Je suis très fière de mon cabinet, où j'ai mis des jeunes gens et des jeunes femmes. J'en ai même de moins de 30 ans.

Dr. Diene Keita (G) et une jeune femme de son cabinet avant une session parlementaire à Conakry le 4 juillet 2019.
Dr. Diene Keita (G) et une jeune femme de son cabinet avant une session parlementaire à Conakry le 4 juillet 2019.

VOA: Quels sont les obstacles que vous rencontrez en tant que femme?

D. Keita: Il y en a beaucoup, il faut le reconnaitre... Mais on n'arrive pas à ce niveau de fonction sans avoir la carapace un peu dure. Donc, quand on tombe, ou quand on est secoué, on se relève avec dignité et on avance, mais on a aussi la coopération et la collaboration des autres collègues. Quand il y a des missions un peu dures, on n'y va pas seul, on y va en groupe pour les différents secteurs.

Moi, je suis ministre de la Coopération et de l'Intégration africaine, donc mon travail aussi, c'est de mettre en avant le travail remarquable que font mes collègues sectoriels afin de mobiliser pour eux.

Donc, la difficulté ne se sent pas telle quelle, comme je dis, j'ai 30 ans d'expérience derrière moi et j'ai travaillé dans toutes sortes de conditions… On n’est jamais vraiment blindé, mais assez pour se rendre compte que, quand on tombe, on se relève et on continue le combat.

"On fait confiance à nouveau à la Guinée", Diéné Keita, ministre de la Coopération
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:57 0:00

VOA: Dans votre ministère, avez-vous des programmes qui s'adressent en particulier aux femmes?

D. Keita: Oui, absolument. Nous avons énormément de programmes qui s'adressent aux femmes, surtout avec l'organisation sous régionale Cédéao. Nous en avons également avec l'Union Africaine. Nous en avons aussi avec la Mano River ; mais avec les donateurs occidentaux, vous savez, on mobilise également beaucoup d'argent en faveur des femmes pour la Guinée, et je crois que cela est vraiment remarquable…

Des commerçantes au marché de Kindia en Guinée, le 21 août 2002.
Des commerçantes au marché de Kindia en Guinée, le 21 août 2002.

Je voudrais signaler une chose ici: on est peut être que quatre femmes (ministres) mais avec des portefeuilles importants. Une est ministre de l'Agriculture, une autre est ministre du Plan et du Développement économique, la troisième est ministre de l'Action sociale et de la famille, et moi de la Coopération. Ce sont des portefeuilles énormes, où, si nous faisons la différence, nous contribuerons à cette image remarquable de femmes au travail.

Des agricultrices après dix heures de travail dans les rizières de Nerica près de Maférénya en Guinée, le 19 août 2002.
Des agricultrices après dix heures de travail dans les rizières de Nerica près de Maférénya en Guinée, le 19 août 2002.

VOA: Auriez-vous un mot à dire sur les femmes en Guinée, sur la vie qu'elles mènent, les efforts qu'elles fournissent pour nourrir la famille, notamment les femmes chefs de famille?

D. Keita: Elles sont remarquables, toutes, dans les différentes catégories. Vous savez, quand on parle d'éducation aujourd'hui, toutes n'ont pas été à l'école, mais elles ont le sens de l’entreprenariat, une grande capacité de survie, à faire vivre leur famille. Et c'est cela qui fait la force de ce pays, parce qu'elles n'abandonnent jamais. Et elles sont, depuis l'histoire, battantes, et je crois que s’il y a quelque chose qui fonctionne bien en Guinée, c'est cette voix des femmes. Quand il faut parler, elles ne s'inquiètent pas, elles parlent, et elles défendent leur cause.

28 personnes ont été blessées jeudi à N'Zérékoré

28 personnes ont été blessées jeudi à N'Zérékoré
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:46 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG