Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

L'opposition guinéenne marque cinq jours de deuil après la mort du centième manifestant en huit ans

Des hommes transportent un homme blessé lors d'une fusillade à Conakry, le 7 novembre 2018.

L'opposition guinéenne a annoncé jeudi un "deuil de cinq jours" pour marquer sa solidarité avec les victimes de violences policières et militaires après la mort la veille de deux manifestants portant, selon elle, à 100 le nombre de tués depuis l'arrivée au pouvoir du président Alpha Condé en 2010.

"Nous avons enregistré de nombreux assassinats ciblés, mais avec ce double meurtre d'hier, on a franchi la barre de 100 victimes de M. Alpha Condé", a déclaré le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, à l'issue d'une "réunion de crise" des dirigeants de l'opposition à son domicile.

M. Diallo a mis en cause des "bérets rouges", dont la présence aux côtés de la police a été récemment dénoncée par Amnesty International. Selon le chef de l'opposition, des membres de cette unité d'élite militaire "sont arrivés sur une moto et ont arrosé (de balles) un groupe de jeunes qui étaient assis".

"Le crime a été trop atroce, on va demander cinq jours de deuil jusqu'à lundi. Nous allons demander à tous les Guinéens épris de paix de se joindre à nous pour marquer leur solidarité avec la famille", a expliqué M. Diallo, qui s'exprimait devant des militants.

L'opposition multiplie depuis le début du mois d'octobre les journées "ville morte" et les manifestations pour protester contre la violation, selon elle, par le pouvoir d'un accord conclu en août sur l'installation des élus locaux après le scrutin contesté du 4 février. Elle accuse le gouvernement de corrompre ses élus pour s'assurer une large majorité des communes à travers le pays.

Elle avait appelé à une nouvelle journée "ville morte" mercredi et, jeudi, à une manifestation interdite par les autorités.

"Nous n'allons pas marcher aujourd'hui", a déclaré M. Diallo à ses partisans.

Mais il a promis que les manifestations reprendront la semaine prochaine, "avec mardi la marche des femmes pour exiger l'arrêt des assassinats de leurs enfants", puis une nouvelle "journée ville morte" mercredi 14 novembre, suivie le lendemain d'une "marche de protestation contre l'impunité dont jouissent les forces de l'ordre".

Amnesty International s'était inquiétée le 31 octobre du nombre de tués --18 depuis début de l'année-- lors des manifestations de l'opposition, demandant aux autorités de Conakry de veiller à ce que "personne d'autre ne perde la vie".

Avec AFP

Toutes les actualités

Les partisans de Diallo rejettent les résultats provisoires de la CENI

Les partisans de Diallo rejettent les résultats provisoires de la CENI
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Présidentielle guinéenne: le FNDC annonce "une série de manifestations illimitées"

Présidentielle guinéenne: le FNDC annonce "une série de manifestations illimitées"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

"Mission diplomatique préventive" à Conakry

"Mission diplomatique préventive" à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:19 0:00

Alpha Condé remporte la présidentielle guinéenne avec 59% des voix

Le président guinéen Alpha Condé (à dr.) avec son homologue ivoirien Alassane Ouattara lors d'une cérémonie marquant le 75e anniversaire du débarquement allié en Provence pendant la Seconde Guerre mondiale, à Saint-Raphaël, en France, le 15 août 2019.

Le président guinéen sortant, Alpha Condé, a gagné la présidentielle du 18 octobre avec 59,49% des voix, remportant ainsi un troisième mandat controversé, selon les résultats provisoires annoncés samedi par la commission électorale.

Son principal challenger, Cellou Dalein Diallo, qui s'est proclamé vainqueur de la présidentielle avant la publication des résultats, a obtenu 33,5% des suffrages, selon la commission.

Une forte présence policière était visible dans la capitale Conakry lors de cette annonce, a constaté un journaliste de l'AFP. Ces derniers jours, la Guinée a vécu une escalade de violences post-électorales qui ont fait au moins une dizaine de morts.

L'éventualité d'un troisième mandat consécutif de M. Condé, 82 ans, a provoqué pendant un an une contestation dans laquelle des dizaines de civils ont été tués, faisant craindre une éruption autour du vote, dans un pays coutumier des confrontations politiques sanglantes.

Le leader de l'opposition guinéenne Cellou Dalein Diallo le 7 novembre 2019 à Conakry
Le leader de l'opposition guinéenne Cellou Dalein Diallo le 7 novembre 2019 à Conakry

En mars, le président sortant avait présenté une nouvelle Constitution dans laquelle il s'engageait à moderniser le pays mais qui permettait aussi de ne plus limiter à deux les mandats successifs des présidents.

Agé de 68 ans, M. Diallo, battu par M. Condé en 2010 et 2015, a proclamé sa victoire lundi en se fondant sur les données remontées par ses partisans envoyés dans les bureaux de vote pour ne pas s'en remettre à la commission électorale et à la Cour constitutionnelle, inféodées au pouvoir selon lui. Il a revendiqué 53% des suffrages.

Le président guinéen Alpha Condé en passe de remporter un 3e mandat

Le président Alpha Condé salue ses partisans lors d'un rassemblement de campagne à Conakry le 16 octobre 2020. (Photo by JOHN WESSELS / AFP)

Le président Alpha Condé a largement devancé ses adversaires et devrait remporter un troisième mandat à la tête de la Guinée, selon les résultats préliminaires publiés jeudi par la commission électorale.

Avec 37 des 38 districts électoraux comptés, M. Condé, 82 ans, a déjà reçu 2,4 millions de voix. Son principal adversaire, Cellou Dalein Diallo, a reçu un peu plus de la moitié, soit 1,26 millions de voix.

Premier président démocratiquement élu de la Guinée en 2010, M. Condé a remporté un deuxième mandat en 2015. Sa décision de se présenter pour un troisième mandat a suscité des manifestations répétées, causant des dizaines de morts.

Des partisans du président Alpha Condé dans un bus à Conakry en pleine campagne électorale, le 8 octobre 2020.
Des partisans du président Alpha Condé dans un bus à Conakry en pleine campagne électorale, le 8 octobre 2020.

Les rues pluvieuses de la capitale Conakry étaient calmes après les résultats de jeudi soir, selon des témoins. La tension politique restée toutefois élevée.

Dès le lendemain de la président Cellou Dalein Diallo, 68 ans, avait déclaré avoir remporté la présidentielle.

Un porte-parole de la commission électorale a qualifié l'élection de dimanche comme étant "la plus transparente et la plus propre qui ait jamais été organisée en Guinée", tout en rejetant comme une "erreur de frappe" le fait que certaines circonscriptions affichaient un décompte où il y a plus de votants que d’électeurs inscrits. ".

Voir plus

XS
SM
MD
LG