Liens d'accessibilité

L'opposant zimbabwéen Mawarire plaide non coupable d'incitation à l'émeute


Le pasteur du Zimbabwe Evan Mawarire parle lors d'une interview à Johannesburg, Afrique du sud, le 19 juillet 2016.

Le célèbre opposant zimbabwéen Evan Mawarire s'est déclaré non coupable des accusations d'incitation à l'émeute pour lesquelles il a été inculpé, mardi lors de la première audience de son procès devant un tribunal de la capitale Harare.

"Je plaide non coupable", a déclaré le pasteur au juge après la lecture de l'acte d'accusation.

Evan Mawarire et un autre opposant, Ocean Chiota, sont poursuivis pour avoir publiquement soutenu en juin à Harare des étudiants en médecine en grève pour protester contre le doublement de leurs frais de scolarité.

La prochaine audience de leur procès aura lieu le 28 septembre.

Le pasteur Mawarire, qui n'est affilié à aucun parti politique, avait lancé début 2016 sur les réseaux sociaux une campagne de protestation contre le gouvernement baptisée "#CeDrapeau".

Ses vidéos, où il apparaissait avec le drapeau zimbabwéen en écharpe pour dénoncer les conditions de vie de la population, avaient déclenché une vague de grèves et de manifestations dans le pays.

Le mouvement s'était éteint face à la brutale répression ordonnée par le président Robert Mugabe, 93 ans, qui dirige d'une main de fer le pays depuis son indépendance en 1980.

Inquiet pour sa vie, le pasteur Mawarire s'était exilé en juillet 2016 en Afrique du Sud puis aux États-Unis.

Le 1er février 2017, jour de son retour au Zimbabwe, il avait été interpellé à l'aéroport d'Harare et inculpé de tentative de sabotage du gouvernement.

Libéré sous caution une semaine plus tard, M. Mawarire doit comparaître pour ce dossier le 25 septembre.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG