Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

L'opposant Sonko, gardé à vue, garde le silence

Ousmane Sonko lors d'un débat présidentiel, le 21 février 2019.

Le principal opposant au pouvoir sénégalais, le député Ousmane Sonko, a passé sa première nuit en garde à vue et gardé le silence face aux gendarmes après son arrestation, à l'origine de troubles dans la capitale mercredi, a indiqué un de ses avocats jeudi.

Le parlementaire, troisième de la présidentielle de 2019 et pressenti comme l'un des principaux candidats à la prochaine, a été arrêté mercredi sur le trajet du tribunal où il devait être entendu sur des accusations de viols.

Il a été placé en garde à vue officiellement pour les troubles à l'ordre public qu'il aurait causés en se rendant en cortège au tribunal et en refusant de suivre l'itinéraire fixé par les autorités.

Son arrestation a provoqué les heurts parmi les plus sérieux qu'ait connus Dakar depuis des années. Des troubles ont été rapportés dans d'autres villes du pays.

"Ousmane Sonko est toujours en garde à vue. Lui et les gardes (du corps) arrêtés (en même temps que lui) gardent le silence pour protester contre les violations de leurs droits dont ils sont victimes", a dit à l'AFP Me Cheikh Khouraissy Ba.

M. Sonko, 46 ans, chef du parti Pastef-Les Patriotes, est visé depuis début février par une plainte pour viols et menaces de mort déposée par une employée d'un salon de beauté dans lequel il allait se faire masser pour, dit-il, soulager ses maux de dos.

L'affaire secoue le monde politique sénégalais, avec la présidentielle de 2024 à l'horizon.

M. Sonko, personnalité au profil antisystème et au discours impétueux, réfute les accusations. Ce musulman strict pratiquant crie au complot ourdi par le président Macky Sall pour l'écarter de la prochaine présidentielle. Le président a démenti.

Des groupes de jeunes et les forces de l'ordre ont échangé mercredi pendant une partie de la journée des jets de pierres et des tirs de gaz lacrymogènes dans la capitale. Les médias et les réseaux sociaux ont rapporté le pillage de magasins.

Le gouverneur de la région de Dakar, Al Hassan Sall, a demandé mercredi le concours des forces armées. Il a assuré jeudi à l'AFP que c'était pour une "mission ponctuelle", désormais terminée. Le calme est revenu dans la capitale, a-t-il dit.

Aucun bilan des blessés ou des interpellations n'a été communiqué.

Toutes les actualités

Découverte: le "marché sénégalais" de Casablanca

Découverte: le "marché sénégalais" de Casablanca
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00

Pour certains Sénégalais, il faut choisir entre un repas et les fournitures scolaires

Une enseignante avec ses élèves lors du premier jour de rentrée à Dakar, le 12 novembre 2020.

Au Sénégal, l’ouverture des classes est effective depuis plusieurs semaines mais certains parents peinent toujours à assurer les frais scolaires de leurs enfants. La faute à une conjoncture accrue.

Des frais d'inscription souvent hors de portée, des fournitures pas toujours au complet et des priorités à prendre en charge. Cette année, beaucoup de parents d’élèves comme Alioune Ndiaye font face à un dilemme: gérer la survie familiale ou assurer les frais de scolarité des enfants.

"S'occuper de sa famille chaque jour est une obligation et les charges sont nombreuses. À cela s'ajoute les frais pour la rentrée des classes, c'est très difficile pour nous les parents", explique-t-il.

Certaines mères de famille comme Maman Mbengue préfèrent sacrifier le budget quotidien familial.

"La situation est très difficile, rien que de subvenir à la dépense quotidienne pour assurer les trois repas c'est compliqué", avoue-t-elle. "Les enfants doivent retourner en classe sans fournitures scolaires. On manque réellement de moyens, des fois on sacrifie la dépense quotidienne pour acheter les matériels scolaires. Il est aussi important que l'enfant ne se sente pas inférieur ni qu’il ait honte face aux autres c'est-à-dire aller à l'école sans cahiers ou stylos", affirme-t-elle.

La précarité qui s'abat sur les familles ne laisse pas insensible le personnel enseignant. Pour soulager les parents, certaines écoles acceptent et appuient les élèves défavorisés malgré le non-paiement des frais d’inscriptions ou le manque de fournitures.

Madame Badji, enseignante à l’école élémentaire Hamo 5 dans la banlieue de Dakar, explique qu"il y a des restants de cahiers des élèves de l'année dernière qui sont dans l'armoire donc il faut juste prendre ça, les départager et donner aux élèves".

L’enseignante ajoute qu’elle ne voit pas "le renvoi (des élèves) normal, il faut juste attendre que leurs parents réagissent ou on va prendre les ardoises".

Dans les communautés également, des actions de solidarité sont souvent menées pour doter ces enfants de sacs et de fournitures scolaires.

L'affaire Barthélémy Dias remue le Sénégal

Le député socialiste sénégalais et membre de la coalition au pouvoir, Barthélemy Dias, salue les sympathisants alors qu'il quitte le palais de justice de Dakar le 1er décembre 2016.

Barthélémy Dias, principal candidat de l’opposition à la mairie de Dakar, cristallise les attentions et les tensions. Après une première et brève arrestation lors d’affrontements avec les forces de l’ordre le jour de son procès en appel, il a été interpellé puis relâché.

Barthélémy Dias est un des favoris pour la mairie de Dakar mais une affaire judiciaire continue de le poursuivre suite à son implication dans le dossier dit Ndiaga Diouf, du nom de ce jeune homme tué lors de l’attaque contre la mairie de Mermoz-Sacré il y a 10 ans.

Pour Me Mbaye, juriste, "dans cette histoire il faut savoir qu’il y a eu mort d'homme. Ce qui s'est passé, tout le monde le sait". "Maintenant il l'a fait ou il ne l'a pas fait, c'est à la justice de trancher", analyse le juriste.

Depuis plusieurs années, le procès peine à aller au bout. Certains pensent que le pouvoir veut l’utiliser pour invalider la candidature de Barthélémy Dias à la mairie de Dakar.

Pour le juriste Me Mbaye, il faut éviter de mélanger la marche de la justice à celle de la politique.

"C’est une coïncidence parce que le dossier à toujours suivi son cours, la chambre où elle est pendante a toujours renvoyé à des dates et ce sont ces dates-là qui ont coïncidé avec le calendrier électoral parce qu'au mois de juillet le dossier est passé et a été renvoyé au mois de novembre".

L’opposition pense fermement que ce procès est la dernière carte du pouvoir contre Barthélémy Dias et compte se battre.

L’analyste politique Pape Matar Fall estime que "la situation est très grave" trouvant "dommage que le Sénégal arrive à ces retentissements politiques".

"Il y a un recul démocratique sans précédent, les politiciens d'aujourd'hui ont oublié le sens de l'éthique, des idéologies et le sens patriotique", ajoute-t-il.

Après avoir annoncé publiquement son intention de ne pas aller répondre à la justice le 1er décembre, Barthélémy Dias à finalement annoncé qu’il allait assister à son procès en appel au nom de la paix.

Antony Blinken et Macky Sall ont signé des accords

Antony Blinken et Macky Sall ont signé des accords
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:03 0:00

Les États-Unis vont soutenir la production de vaccins de l’institut Pasteur de Dakar

Macky Sall a reçu le secrétaire d’État Antony Blinken à Dakar, le 20 novembre 2021. (Lionel Mandeix/Présidence de la République du Sénégal)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a terminé son séjour en Afrique par une visite au Sénégal. A Dakar, il a rencontré le président Macky Sall et animé une conférence de Presse conjointe avec son homologue Me Aissata Tall Sall. Plusieurs accords de coopération ont été signés.

Dans ce contexte de Covid-19, les États-Unis vont appuyer le Sénégal dans la production de vaccins à travers l’institut Pasteur de Dakar. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken espère que cela permettra au continent africain, qui importe 99% de ses vaccins, d’être plus autonome et de résorber une partie de son gap dans la vaccination.

Production de vaccins

"Nous sont très fiers du travail que vous faites. Et je sais que nous sommes impatients de faire plus pour aider les gens non seulement ici au Sénégal, pas seulement dans la région, mais dans le monde entier. Aujourd'hui, l'institut fabrique des vaccins contre la fièvre jaune", se félicite-t-il. Mais pour Antony Blinken l'objectif principal de "est de permettre d'augmenter considérablement la capacité à produire une gamme de vaccins, y compris ceux ciblant le COVID-19 et d'autres pandémies potentielles".

"Le renforcement de cette capacité est nécessaire, voire crucial, pour renforcer la sécurité sanitaire et la future résilience aux pandémies, non seulement au Sénégal, mais à travers le continent", détaille-t-il.

Au Sénégal, le secrétaire d’État américain a également rencontré le secteur privé et en sa présence, des accords ont été signés dans plusieurs domaines pour un montant global de plus d’1 milliard de dollars.

La démocratie au Sénégal

Dans un contexte national marqué par des tensions entre l’opposition et le pouvoir, la ministre sénégalaise des affaires étrangères a tenu à rassurer son hôte sur l’engagement du Sénégal pour la démocratie et le respect des libertés individuelles et collectives.

"Le Sénégal est vu comme un modèle de démocratie mais ce n’est pas qu’une perception, c’est une réalité. Nous sommes confortés de pouvoir participer à cette conférence sur la démocratie à laquelle le président Biden nous a convié pour parler du modèle sénégalais dans ce qu’il a d’écrit et d’institutionnaliser", a affirmé la ministre.

Une position confortée par le secrétaire d’État américain Antony Blinken qui estime que le Sénégal a longtemps servi de modèle démocratique fort en Afrique subsaharienne avec des valeurs qu’il partage avec les États-Unis. Face aux récentes actualités, il a tout de même ajouté que "le Sénégal ne peut pas tenir pour acquis les normes et institutions démocratiques et doit continuer à travailler pour protéger les libertés et l'espace politique pour des perspectives diverses".

Le secrétaire d’État américain a été cependant rassuré par ses "discussions" avec le président Macky Sall qu’il considère comme un "leader fort". "Nous attendons avec impatience le rôle qu'il jouera l’année prochaine en tant que président en exercice de l'Union africaine", a-t-il déclaré.

Selon lui, "son leadership est également attendu notamment en défendant la démocratie et sa résilience, ainsi que le rôle qu'il jouera dans le sommet pour la démocratie que le président Biden va accueillir très prochainement".

Blinken termine sa tournée par le Sénégal
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:52 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG